1ère édition du Forum National des Jeunes 2022 : «La jeunesse face aux défis démographiques et du changement climatique au Niger», thème retenu pour cette édition

Non classé

Le Comité Consultatif des Jeunes du Niger (CCJN) auprès de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas organise du 28 au 29 septembre 2022, en collaboration avec Jhpiego, un forum national des jeunes, placé sous le thème «Jeunesse face aux défis démographiques et du changement climatique au Niger». C’est la ministre de l’Environnement et de la Lutte Contre la Désertification, Mme Garama Rabiou Inoussa qui a procédé hier matin à l’ouverture des travaux dudit forum en présence du représentant régional du Projet DMPASC de Jhpiego et de plusieurs jeunes nigériens et ceux homologues venus du Burkina, et de la Cote d’ivoire.

Dans son discours à l’ouverture des travaux, la ministre de l’Environnement et de la Lutte Contre la Désertification a indiqué que, le forum national des jeunes constitue un cadre d’échanges d’informations et de prise de décisions pour le présent et l’avenir des jeunes. Il offre aussi un faisceau d’opportunités de développement individuel et collectif pour la jeunesse de notre pays ; toute chose par ailleurs qui cadre parfaitement avec les orientations de la gouvernance politique, environnementale et sociale de notre pays. «Le thème choisi ‘’Jeunesse face aux défis démographiques et du changement climatique au Niger’’, traduit votre volonté et votre engagement à œuvrer sans relâche pour une jeunesse consciente de son rôle et de ses responsabilités dans le processus de renaissance de notre pays», a-t-elle souligné.

Par ailleurs, Mme Garama Rabiou Inoussa a exhorté le Comité Consultatif des Jeunes du Niger à continuer ses efforts, et surtout à mettre l’accent sur les actions vigoureuses, visant à promouvoir le développement des jeunes à travers, l’éducation, la santé, la protection et la préservation de l’environnement et l’innovation. «Les plus hautes autorités du Niger consacrent dans le Plan de Développement Economique et Social (PDES) et dans bien d’autres documents nationaux de référence, une place de choix à la jeunesse nigérienne» a-t-elle indiqué.

Pour sa part, l’ambassadeur du Royaume des Pays- Bas au Niger, SE. Paul Tholen a précisé que, la présence des jeunes à ce forum témoigne de leur sens de responsabilité et de l’engagement dans la construction de leur avenir. «Des mesures prises aujourd’hui par le gouvernement, le secteur privé, la société civile déterminent votre avenir et sans votre participation, cet avenir sera incertain», a-t-il affirmé.

SE. Paul Tholen devait ajouter que l’engagement significatif des jeunes est impossible sans leur jouissance du droit fondamental à l’éducation de qualité, au service de santé sexuelle et reproductive et à la formation professionnelle. «C’est pourquoi, Il est donc capital que, vous jeunes, vous continuez de prendre la parole, de sensibiliser nos communautés à des pratiques sociales et écologiques et aussi que vous vous engagez avec toute votre créativité et votre détermination pour influencer des discutions qui engagent votre avenir tout en respectant l’opinion des anciens et l’histoire de votre pays», a lancé l’ambassadeur de Royaume des Pays Bas aux jeunes participants.

Auparavant, le Président du Comité consultatif des jeunes auprès de l’Ambassade du Royaume des Pays Bas, M. Zakou Djodjo Hassoumi a rappelé que, sa structure est un regroupement de plusieurs organisations de jeunesse œuvrant pour le développement durable au Niger. Il accompagne l’Ambassade du Royaume des Pays Bas dans la mise en œuvre de son programme de coopération avec un accent sur l’engagement des jeunes notamment la stratégie «Youth at Heart». Pour M. Zakou Djodjo Hassoumi, le forum national des jeunes a un caractère ultime, car il servira de base aux jeunes et à leurs organisations de renforcer la réflexion autour des actions durables et de participation effective dans la recherche de solutions face aux défis démographiques dans un contexte de crise climatique (inondation, pluviométrie irrégulière, amenuisement de terres cultivables et ses conséquences). «Notre jeunesse aujourd’hui, veut être actrice, en plus d’être bénéficiaire, des programmes de développement. Nous avons besoin d’une éducation de qualité surtout pour les jeunes filles et la promotion du droit à la santé sexuelle et reproductive», a-t-il indiqué.

Yacine Hassane(onep)