1ère réunion du Comité de supervision du dispositif national de mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives au Niger, au titre de l’année 2021 : Objectif, le respect au quotidien de la norme ITIE dans les administrations concernées

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Premier ministre, Chef du gouvernement Ouhoumoudou Mahamadou a présidé, le 4 Juin dernier à la Primature, la 1ère réunion du Comité de supervision du dispositif national de mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) au Niger, au titre de l’année 2021. Cette rencontre s’est déroulée en présence des membres de gouvernement ainsi que des membres du Comité de Supervision. L’ordre du jour s’articule autour de la présentation de la norme ITIE, l’examen du plan de travail 2021 du dispositif national, discussions sur la stratégie de mise en œuvre et divers.

A l’ouverture de ces travaux, le Premier ministre a rappelé le contexte dans lequel se tient cette réunion. «La première réunion du Comité de supervision du dispositif national de mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives au Niger, au titre de l’année 2021, intervient quelques jours seulement après l’adoption de la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement (DPG) par les députés», a-t-il déclaré. A travers la DPG, le Premier ministre a réaffirmé avec force l’engagement du gouvernement à renforcer davantage la gouvernance des secteurs pétrolier et minier et une meilleure intégration des industries minière et pétrolière à l’économie nationale. Cet engagement, précise le Chef du gouvernement,  se traduira aussi par une plus grande visibilité des investissements dans ces secteurs et leurs contributions au développement local et communautaire.

Cet engagement est en cohérence avec la Constitution en son Article 150. A cet effet, Ouhoumoudou Mahamadou a fait savoir que les contrats de prospection et d’exploitation des ressources naturelles et du sous-sol ainsi que les revenus versés à l’Etat, désagrégés, société par société, sont intégralement publiés au Journal Officiel de la République du Niger. «Vous comprenez alors toute l’importance que nous accordons au Dispositif National ITIE pour contribuer à améliorer notre système de gouvernance en général conformément aux engagements du Président de la République, Chef de l’Etat  Mohamed Bazoum, contenus dans le Programme de Renaissance Acte III», a-t-il fait remarquer aux participants.

Le Chef du gouvernement a aussi rappelé que c’est en février 2020 que le Niger a réintégré l’ITIE après sa suspension par le Conseil d’Administration de l’ITIE en 2017 pour insuffisance de résultats ayant entrainé son retrait du processus. Pour mettre en œuvre l’Initiative, «le Gouvernement a mis en place un nouveau dispositif qu’il espère plus efficient avec le concours de toutes les parties prenantes», a-t-il indiqué. C’est dans cette perspective que dès juillet 2020 que le gouvernement a pris un décret pour réorganiser le fonctionnement du dispositif national et la création subséquente du comité de supervision placé sous la présidence du Premier ministre et qui comprend plusieurs membres du gouvernement et des acteurs non étatiques. «La norme ITIE est l’instrument idéal qui nous permet de remplir les exigences constitutionnelles auxquelles je faisais allusion tantôt», a-t-il reconnu.

Soulignant l’intérêt qu’accorde le Programme de Renaissance Acte III au renforcement du dispositif national, le Chef du gouvernement a déclaré que ce renforcement passe par l’implication effective de toutes les parties prenantes en particulier les ministères concernés dans la mise en œuvre de l’Initiative. «Un dispositif national pleinement fonctionnel contribuera à la transparence et à la redevabilité et favorisera un débat citoyen constructif et responsable», a insisté le Premier ministre.

Dans ses explications, le secrétaire permanent du dispositif national de mise en œuvre de l’ITIE, M. Abdel Karim Aksar a dit que cette rencontre est en fait une réunion statutaire du dispositif national de mise en œuvre de l’Initiative pour la transparence de l’industrie extractive qui se tient deux fois par ans pour définir la stratégie de mise en œuvre de l’initiative. «Nous avons saisi cette occasion pour mettre au parfum les ministres qui sont pour la plupart nouveaux sur la norme ITIE et les défis de sa mise en œuvre», a-t-il ajouté. Le secrétaire permanent du dispositif national de mise en œuvre de l’ITIE a espéré que les ministres, chacun en ce qui le concerne, prendra les mesures nécessaires pour faciliter le travail au secrétariat permanent du dispositif national de l’ITIE.

M. Abdel Karim Aksar a précisé que la principale difficulté à relever est l’intégration de l’ITIE dans le système gouvernemental. C’est pourquoi, il a émis le vœu que la norme ITIE sera respectée au quotidien dans le travail des administrations des ministères des mines et du pétrole.

 Mamane Abdoulaye(onep)