1ère session du Cadre de Concertation sur l’Education Nationale de l’année scolaire 2021-2022 : Pour la compréhension mutuelle, la consolidation du dialogue social et l’instauration d’un climat de confiance entre les acteurs

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Education Nationale, Dr Rabiou Ousman a présidé le 22 octobre à Niamey, l’ouverture des travaux de la première session du Cadre de Concertation sur l’Education Nationale de l’année scolaire 2021-2022. La présente session cadre avec un autre engagement du Président de la République de promouvoir des relations saines avec la société civile. Plusieurs questions relatives à l’éducation ont été débattues afin d’asseoir un climat de confiance et de dialogue entre les acteurs.

Au cours de cette journée, les participants ont échangé sur le cadre d’organisation dudit Ministère qui sera désormais le socle d’échanges et de réflexions sur le système éducatif mais également sur d’importantes thématiques ayant fait l’objet de la note de cadrage relative à la rentrée scolaire 2021-2022. Il s’agit entre autres mesures contenues dans ce document de cadrage d’assurer la qualité des enseignements apprentissages à travers un paquet d’activités notamment de mettre l’accent sur l’enseignement apprentissage de la lecture-écriture au primaire et au collège, d’assurer un soutien scolaire aux élèves en risque de décrochage, de mettre en œuvre les stratégies de remédiation pédagogique aux élèves des classes de 6ème en difficultés, d’organiser les formations continues des enseignants en lien avec leurs besoins spécifiques, de confier les classes de CI-CP ; 6ème et 5ème aux enseignants les plus expérimentés et d’utiliser les enseignants expérimentés comme référents pour accompagner les débutants.

Autres objectifs à atteindre,  c’est aussi d’améliorer le pilotage du système. Il s’agit à ce niveau de créer le Groupe de travail éducation dans chacune des régions pour rendre le système éducatif plus résilient et prendre en charge les problèmes les plus sensibles, d’instaurer des réunions de coordination à tous les niveaux des structures du ministère, de renforcer le dispositif de suivi et de contrôle à tous les niveaux, d’élaborer un tableau de bord de gestion et de suivi du personnel enseignant mis à disposition ainsi que des effectifs des élèves et de la situation des infrastructures et équipements, de procéder à un contrôle des effectifs des élèves notamment dans les classes d’examens pour vérifier la régularité des inscriptions et des transferts. A cet effet des inspections inopinées seront diligentées pour identifier les inscriptions irrégulières des élèves dans les établissements publics et des sanctions sévères seront en conséquence envisagées contre les agents incriminés.

Toujours en ce qui concerne l’amélioration du pilotage du système éducatif, on retient entre autres mesures celle d’interdire formellement de faire payer des frais aux parents d’élèves, autres que ceux prévus de façon régulière par les structures communautaires dans le cadre de la mise en œuvre de leur plan d’action, d’ interdire également les cours privés dans les établissements publics, de procéder au contrôle régulier des établissements privés par rapport au respect de la règlementation en vigueur et réprimer les contrevenants, de mettre en œuvre toutes les stratégies incitatives à la scolarisation des filles contenues dans la Stratégie nationale d’accélération de l’éducation et de la formation des filles et des femmes” au Niger (SNAEFFF), notamment celles relatives à son maintien à l’école, de mettre en œuvre toutes les reformes

relatives à l’organisation administrative et pédagogique des Ecoles Normales et de lutter aussi contre toute forme de pratiques corruptives en milieu scolaire. Selon le ministre Rabiou Ousman, la présente session du cadre de concertation sur l’éducation nationale est une preuve que les responsables de l’éducation nationale ont pris le flambeau du combat pour une éducation de qualité.

 Mamane Abdoulaye(onep)