2ème colloque panafricain des huissiers de justice et officiers judiciaires : La problématique de recouvrement des créances en Afrique au menu

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La Chambre nationale des huissiers de justice du Niger organise, du 10 au 11 juin 2021, à Niamey, la deuxième édition du colloque de l’Union africaine des huissiers de justice (UAHJ). Placée sous le haut patronage du premier ministre, chef du gouvernement, SE Ouhoumoudou Mahamadou, cette rencontre panafricaine qui réunit plusieurs délégation des pays membres de UAHJ, se tient sous le thème « recouvrement des créances et voies d’exécution des décisions de justice en Afrique: état des lieux et perspectives d’évolution », avec la participation de l’Union internationale des huissiers de justice et officiers judiciaires (UIHJ) et la chambre d’arbitrage et de justice de l’OHADA.

Ce 2ème colloque panafricain des huissiers et officiers de justice qu’a l’honneur d’accueillir la capitale nigérienne, coïncide avec la 14ème journée mondiale des huissiers de justice, célébrée tous les 10 juin. Au cours des deux jours, des praticiens et experts venus des quatre coins du globe partageront leurs expériences autour de la problématique de recouvrement des créances et voies d’exécution de décisions de justice, et décideront au terme de leurs travaux, des orientations pour l’évolution de l’exercice des fonctions d’huissier et d’officier de justice.

« Le recouvrement d’une créance, par un huissier, est extrêmement ardue en Afrique. La difficulté se trouve très souvent renforcée par la faible connaissance de la profession d’huissier. Et les textes et lois sont pris, à tort ou à raison, comme plus protectrice des débiteurs », a déploré le président de la chambre nationale des huissiers du Niger, Me Aboubacar Chalare, hier matin, dans son mot de bienvenue. Pour ainsi dire, ce colloque est un cadre idéal qui s’offre aux professionnels du domaine pour analyser les difficultés et réfléchir aux perspectives d’avenir du recouvrement des créances en Afrique. 

La rencontre intervient après l’entame du chantier de la réforme de l’acte uniforme portant procédure modifiée de recouvrement de créance et des voies d’exécution, a indiqué le président de l’UAHJ. Me Alain N’Gongang explique, l’association continentale, partenaire technique de l’OHADA est interpellée. A ce titre, « notre Union parlera d’une seule voix dans le cadre de ce processus, avec une contribution unique et enrichie en tenant compte des diversités à l’échelle du continent », a-t-il déclaré.

Le président de l’Union Africaine des huissiers de justice a saisi l’occasion pour louer la qualité de leur partenariat avec l’Union internationale des huissiers de justice (UIHJ) dont le président Me Mark Schimitz a fait le déplacement de Niamey.

« Nous pouvons et devons écrire une nouvelle page de l’histoire du partenariat qui lie nos deux organisations. Tel est le souhait ardent de tous les chefs des délégations des huissiers africains présentes au colloque », affirme Me Alain N’Gongang. 

Dans son discours solennel à l’ouverture de ce colloque de Niamey, le premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou a loué le rôle important des huissiers et officiers de justice dans le système judiciaire des pays d’Etat de Droit, comme le Niger, avant de les inviter à veiller au respect de la dignité humaine et aux droits des plus faibles, dans l’exercice de leurs fonctions.  

La politique générale du gouvernement qu’a présentée récemment SE Ouhoumoudou Mahamadou devant le parlement contient, autant d’engagements sur l’amélioration de la qualité de notre système judiciaire, afin qu’il soit davantage équitable et accessible à tous. « Cette volonté politique que nous avons clairement affichée et que nous entendons traduire en actes se déclinera à travers plusieurs actions qui prendront en compte la poursuite des réformes juridiques et institutionnelles, la diligence dans le traitement des affaires judiciaires en toutes matières, l’élargissement de la carte judiciaire et l’installation des juridictions spécialisées pour désengorger les tribunaux », a indiqué le Premier ministre. Il assure que l’exécutif nigérien a fait sien le défi de la consolidation de l’Etat de Droit afin de favoriser le respect des lois et règlements qui s’imposent à tous. A cet effet, explique le chef du gouvernement, les différents corps de métiers judiciaires dont celui de l’huissier de justice, sont essentiels pour garantir au système judiciaire toute la plénitude de son rôle.

Par Ismaël Chékaré (onep)