2ème édition de la Foire des Entreprises et Industries Culturelles du Niger (FICNI) : Les acteurs culturels déterminés pour booster l’entreprenariat culturel

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Les acteurs culturels se sont fortement mobilisés ce mardi 17 mai 2022 au CCOG de Niamey pour la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition de la Foire des Entreprises et Industries Culturelles du Niger (FICNI), initiée par l’Agence de Promotion des Entreprises et Industries Culturelles (APEIC). Placée sous le thème : «Booster l’entreprenariat culturel pour le développement du Niger », cette foire est une occasion pour les acteurs d’accroitre les échanges et promouvoir leurs produits. Le FICNI est aussi un cadre idéal pour les promoteurs culturels de présenter au public des produits culturels et artistiques. Ainsi, des participants venus d’Europe et des pays voisins, Nigeria, Benin, Burkina Faso, etc., prennent part à cette rencontre culturelle.

La cérémonie d’ouverture de cette deuxième édition a été riche en animation culturelle avec les prestations de plusieurs artistes nigériens, dont Yacouba Moumouni dit Denké-Denké, Jonel le Slameur, Maman Sani dit Adamoulmoula, etc. Et c’est parti jusqu’au 22 mai prochain ! Durant 6 jours, cette foire propose des activités aussi riches que variées, notamment, des expositions des produits d’art (livres, arts plastiques), du cinéma, du spectacle, des conférences sur des thèmes d’actualité se rapportant au développement culturel, etc.

Procédant à l’ouverture des festivités, le ministre de la Culture, du tourisme et de l’artisanat M. Mohamed Hamid a vivement rappelé l’intérêt que les  autorités du Niger portent au secteur de la culture. «Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Bazoum Mohamed et le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Ouhoumoudou Mahamadou, me chargent, de vous notifier l’attention toute particulière qu’ils portent au développement culturel en général et aux entreprises et industries de la culture en particulier» a déclaré M. Mohamed Hamid avant d’inviter l’administration tant publique que privée, la population à s’apprécier des produits artistiques et culturels du Niger afin de booster la créativité locale. «Nous formulons le vœu de voir tous nos édifices publics décorés de nos œuvres d’art et cela pour faciliter la circulation sur le marché national et international des biens et services culturels nigériens», a-t-il déclaré.

 Selon le ministre en charge de la Culture, le programme politique du Président de la République a accordé une place de choix à la culture car deux programmes lui ont été dédiés à savoir : le programme ‘’valorisation du patrimoine culturel’’ et le programme de ‘’développement de la créativité artistique’’. «Cette dernière prend en compte le volet industries culturelles et toute la stratégie de développement des entreprises et industries culturelles. De par cet engagement, mon département a inscrit dans le PDES 2022 – 2026, un ambitieux programme de sauvegarde et de valorisation du patrimoine culturel de notre pays dénommé ‘’Tattalin al’adun Niger’’», a-t-il notifié.

Lors des visites des stands, le promoteur du studio Kountché et président de l’ANACIMM, l’artiste Pheno B. a expliqué que la culture est une source d’épanouissement des populations et un facteur de dynamisme économique qui crée de l’emploi. «Le Studio Kountché est l’une rare maison de production qui accompagne les artistes dans leurs projets. Les artistes ont la volonté et ils font de leur mieux avec les moyens de bord» a lancé Phéno B. avant d’expliquer le mécanisme de fonctionnement de son studio.  

M. Moussa Issoufou est promoteur d’une maison d’édition, il a exposé des ouvrages littéraires. Pour lui, cette foire est une occasion de montrer la richesse de la culture nigérienne, particulièrement la littérature. «La culture constitue un véritable créneau de développement. Les acteurs doivent se mobiliser pour multiplier ce genre d’initiatives. Les autorités ainsi que les acteurs culturels eux-mêmes se sont engagés pour cette cause. Et je pense qu’ils doivent pérenniser cette initiative» exhorte-t-il. 

Notons que plusieurs partenaires accompagnent cet évènement dont l’UEMOA, l’Union Africaine à travers le CELTHO, la galerie Soleil d’Afrique, l’Ambassade de France au Niger à travers le CCFN/JR, etc. Toutes les filières culturelles telles que la musique et le spectacle, le livre et l’édition, le cinéma et l’audio-visuel, la mode, le design et les arts visuels, sont fortement représentées à cette deuxième édition du FICNI.

Abdoul-Aziz Ibrahim(onep)