2ème espace de partage entre les membres de la CNDH et la Société Civile : Renforcer la collaboration pour la promotion et la protection des droits humains

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) avec l’appui de l’Ambassade du Royaume de Danemark, à travers le Projet «Gouvernance Démocratique et Droits de l’Homme (GDDH) a organisé, les 4 et 5 novembre à Niamey, son deuxième espace de partage entre les membres de la CNDH et une vingtaine d’organisation de la Société Civile (OSC), venues des différentes régions du pays, chargées de la défense des droit humains, principalement des droits de la femme et de l’enfant. Ces échanges ont portés sur la revue des recommandations issues du dernier espace de partage ainsi que sur les questions relatives à la jouissance des droits humains notamment ceux de la femme et de l’enfant au Niger. C’est le président de la CNDH, Elhadji Moussa Maty qui a présidé l’ouverture des travaux.

L’objectif visé par la CNDH à travers cet Espace annuel de partage est de contribuer à la promotion de droits de cette frange de la population que constituent les femmes et les enfants. Il s’agit spécifiquement de recueillir la perception des participants sur le niveau de jouissance des droits humains par la femme et l’enfant, de recueillir les témoignages des acteurs sur les cas de violation des droits de la femme et de l’enfant, d’inciter les acteurs à une meilleure implication dans le processus de formulation d’un plan de plaidoyer sur la lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG) et enfin de renforcer la collaboration entre la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) et les Organisations de la Société Civile (OSC) conformément aux Principes de Paris.

A l’ouverture des travaux, le président de la CNDH est revenu sur les missions de la CNDH qui, se doit d’assurer sur l’étendue du territoire la promotion des droits humains, en général et spécifiquement les droits de la femmes, de l’enfant, des personnes en situation de handicap, ainsi que ceux de toute autre personne vulnérable, à travers notamment, l’information, l’éducation et la communication. Elle doit également effectuer des campagnes d’information et de sensibilisation sur les droits humains sur tout le territoire national. Pour M. Maty, la CNDH a aussi la mission d’entretenir des relations de coopération, d’une part, avec les organisations nationales des droits humains au niveau régional et international, d’autre part, avec les organisations régionales et internationales s’intéressant à la promotion des droits humains. Elle doit donner des avis et faire des recommandations aux pouvoirs publics sur toutes les questions en rapport avec la promotion et la protection droits humains.

«Ce qui nous conforte dans la création de cet espace de partage lequel demeure un cadre national d’échanges sur toutes les questions relatives à la promotion et la protection des droits humains», a déclaré le président de la CNDH. Mieux, selon Elhadji Moussa Maty, pour accomplir ses missions, la CNDH s’est dotée d’un plan d’actions stratégiques 2019-2023 ayant permis de définir ses choix relativement aux défis liés à la question de la promotion et la protection des Droits Humains. «Ce plan a également permis à la CNDH de disposer d’un cadre logique d’intervention, cohérent, en adéquation avec ses missions, dans le but d’une meilleure mobilisation de ressources nécessaires à l’atteinte de ses objectifs», a-t-il ajouté.

Le président de la CNDH a rappelé que dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’actions stratégique, la CNDH avait sollicité et obtenu un appui de l’Ambassade du Royaume de Danemark, à travers le projet «Gouvernance Démocratique et Droits de l’Homme (GDDH)». Il a précisé que ce Projet a permis la tenue du premier espace de partage de 2019 ainsi que le présent atelier. Pour le président de la CNDH, si l’Espace de partage de 2019 n’avait réuni que les Organisations de la Société Civile de Niamey, la présente rencontre, pour l’obtention de meilleurs résultats a été ouverte aux représentants des OSC de l’intérieur du pays. «Cependant, il convient de remarquer que même si les résultats du premier espace avaient été très concluants, l’avènement de la pandémie du COVID-19 n’avait pas permis leur consolidation», a-t-il fait observer.

 Mamane Abdoulaye(onep)