2ème Réunion du Comité d’orientation dans le Cadre du Processus d’arrêt des Activités d’exploitation de la COMINAK : Conséquences, solutions et perspectives relatives à une éventuelle fermeture du site, à l’ordre du jour

Economie
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le ministre d’Etat à la Présidence, M. Massoudou Hassoumi, a présidé hier matin, dans la Salle des Banquets de la Primature, la 2ème réunion du Comité d’orientation dans le cadre du processus d’arrêt des activités d’exploitation de la Compagnie Minière d’Akouta (COMINAK) et du réaménagement du site d’exploitation. C’était en présence des membres du gouvernement, des autorités administratives et coutumières de la région d’Agadez en général et ceux d’Arlit en particulier, des responsables de la COMINAK et ceux du groupe ORANO au Niger.

 

Cette réunion se tient trois semaines après la 1ère session du genre tenue par ledit comité. Elle permettra, selon M. Massoudou Hassoumi, aux nombreux participants d’examiner les conséquences sur la SONICHAR de la fermeture du site d’exploitation de la COMINAK, mais aussi et surtout, de réfléchir sur les mesures idoines à déployer, pour éviter le pire pour la SONICHAR, c’est-à-dire l’arrêt de ses activités. «En effet, l’arrêt des activités industrielles de la COMINAK, va se traduire par une baisse importante de l’énergie produite par la SONICHAR et donc de son chiffre d’affaire. Si rien n’est fait, ceci peut se traduire par le dépôt de bilan de SONICHAR et donc le renchérissement du coût de l’offre énergétique de la région», a alerté M. Hassoumi.

Si cette situation advenait, a-t-il ajouté, c’est la situation financière de la NIGELEC et celle de la SOMAÏR, qui s’en trouveraient gravement affectées. «On peut dès lors imaginer qu’elles en seraient les impacts négatifs sur la situation socioéconomique et sécuritaire régionales», a déclaré le ministre d’Etat. M. Massoudou Hassoumi a ajouté qu’un Comité ad-hoc, réunissant l’ensemble des acteurs concernés, a eu à faire une analyse des conséquences sur la SONICHAR, de la fermeture de l’exploitation de la COMINAK, et a proposé les mesures à mettre en œuvre pour perpétuer sainement la production d’électricité par la SONICHAR. «Ce rapport vous a été diffusé, il y a quelques jours. Pour alimenter nos échanges, une synthèse de ce rapport ainsi que les résultats des séances de concertation récentes, pour rendre applicables certaines des mesures proposées dans ce rapport, vous seront présentés», a précisé le ministre d’Etat à la Présidence.

Massoudou Hassoumi a ensuite dit compter sur les contributions de chacun des participants, afin que les mesures que la réunion retiendra soient les plus pertinentes possibles, pour le sauvetage de la SONICHAR, et donc pour le plus grand bien des autres acteurs économiques de la région.

Par la suite, le Secrétaire Permanent dudit Comité, M. Abdoul Razack Amadou a présenté un exposé sur les conséquences, solutions et perspectives relatives à une éventuelle fermeture du site de la COMINAK.

Ce comité, installé le 2 avril, va œuvrer également pour le réaménagement du site d’exploitation. Ce dernier projet comprend le réaménagement de la mine, le démantèlement des installations, la gestion des verses et des bassins ainsi que la surveillance environnementale, conformément à la réglementation nigérienne et aux recommandations internationales. Rappelons que la COMINAK a décidé d’arrêter ses activités de production au Niger le 31 mars 2021, à cause des difficultés financières. Cette société exploite depuis 1978 les gisements d’Akouta, Akola et Ebba situés à Arlit, dans la région d’Agadez.

Mahamadou Diallo(onep)