56ème édition de la Cure Salée : Ingall en pleine ébullition à la veille de l’événement tant attendu

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La Cure Salée ou ‘’Festival des Nomades’’ débute officiellement, ce jour 17 septembre à Ingall, une localité située à 160 km à l’ouest de la ville d’Agadez. Cette année, l’événement se présente dans un contexte particulier marqué notamment par l’annonce de la participation du Président de la République, SEM. Mohamed Bazoum, et de nombreuses autres personnalités.

La Cure Salée est une fête annuelle qui rassemble de nombreux éleveurs venus de tous les coins  du pays et de certains pays voisins. Ils convergent vers les terres salées de la zone d’Ingall. Il est de tradition pour les éleveurs de quitter le sud du pays  qui est une zone agricole afin d’éviter les conflits entre éleveurs et agriculteurs en déplaçant le pâturage dans la zone salée d’Ingall. Il est en effet nécessaire pour le bétail –  chèvres, moutons,  vaches et dromadaires de compléter l’herbe par des apports en sel minéraux : d’où le nom ‘’ Cure Salée’’.

Aussi, les éleveurs conduisent leurs troupeaux à travers un long pâturage dans une transhumance du sud au nord sur une distance de 300 à 400 km pour une durée de 2 à 3 mois.  Pendant ce déplacement, les troupeaux convergent vers les sources salées des 3 Teggida de la plaine de l’Ighazer : Tegidda N’Tessoumt, Tegidda n’Adrar, Tegidda n’Tagai. Cette rencontre d’envergure est un moment pour les éleveurs de satisfaire les besoins des animaux mais également de célébrer la grande  fête annuelle de la cure salée.

À la veille de cette fête tant attendue, la ville d’Ingall  est aminée de jour comme de nuit par des chants et danses de démonstration. L’arrivée des festivaliers a créé une ambiance toute particulière dans la ville. Le site qui devrait abriter les festivités est entouré de tentes qui servent d’abris pour les festivaliers et de points de vente de produits divers. Le décor planté par ces derniers sur le site et aux alentours est impressionnant et attrayant pour tout visiteur. Ajouter à tout cela, leur mode d’habillement qui reflète la culture des nomades Touareg et Wodaabe.

la Cure Salée, un cadre d’opportunités

À 48h des festivités, le ministre en charge de l’Elevage, M. Tidjani Idrissa Abdoulkadri, a effectué une visite sur le site pour constater de visu l’état d’avancement des préparatifs. À l’issue de cette visite, le ministre Tidjani Idrissa Abdoulkadri s’est rejoui de la rehabilitation des infrastructures d’acceuil. « Notre ambition est de faire de la Cure Salée une opportunité pour le Niger et les éleveurs en particulier. Au délà des festivités, que cette fête soit un cadre d’échanges et de redynamisation du secteur de l’élevage. Nous attendons  une grande mobilisation de la population d’ Ingall en particulier et celle du Niger en général ». Le minstre Tidjani Idrissa Abdoulkadri a salué la présence du Chef de l’État,  M. Mohamed Bazoum à l’édition 2021 de la cure salée.

À la veille des cérémonies, les festivaliers venus nombreux s’activent pour célébrer la fête à travers des séances de démonstration en chants, danses et courses de dromadaires.  C’est la joie totale qui se dégage. « C’est une fierté pour nous de prendre part à cette fête. C’est une fête que nous avons héritée de nos ancêtres. C’est egalement un cadre d’échanges et de partage d’expérience.»,  a dit Daniri Dargoudo, un éleveur prenant part à la fête. 

Pour Maigari Boyi, un autre éleveur, la fête de la cure salée est une occasion de nouer des liens avec d’autres éleveurs. « C’est un grand plaisir pour nous de se rencontrer, de se concerter ici. Cette année, Dieu merci, la saison est en train de finir sur de bons signes. Tous les éleveurs sont là. Nous sommes très contents pour l’organisation de cette fête. Surtout que la Cure Salée nous a énormément manqué » se rejouit Maigari Boyi. 

Notons qu’il est de tradition de procéder au cours de cette période de transhumance à une campagne de vaccination du cheptel. Il est également prévu des audiences foraines d’etablissement de pieces d’état civil, etc.

Par Oumar Issoufou et Abdoul-Aziz Ibrahim (envoyés spéciaux) (onep)