8ème réunion du forum des parties prenantes sur le système du suivi-évaluation de la CEDEAO : Renforcer la performance institutionnelle et le mécanisme de la mise en œuvre de l’agenda communautaire

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Les experts du système de suivi-évaluation de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont en conclave à Niamey, du 11 au 13 octobre 2021. Cette 8ème réunion du forum s’inscrit dans le cadre du renforcement de la performance institutionnelle et le mécanisme de la mise en œuvre de l’agenda communautaire 2050. C’est le ministre du plan, M. Abdou Rabiou qui a présidé l’ouverture des travaux, en présence du ministre délégué chargé de l’intégration africaine et de la représentante-résidente de la CEDEAO au Niger. 

La tenue de cette session traduit l’excellence de la collaboration étroite de la Commission de la CEDEAO avec les experts nationaux, afin de repositionner le suivi-évaluation des projets et programmes communautaires dans les institutions et dans les Etats membres. A l’entame de son discours, la représentante de la vice-présidente de la commission de la CEDEAO, la représentante-résidente, Mme Alapini Liliane a adressé sa gratitude à la GIZ pour son soutien financier et technique à l’organisation réussie de cette réunion et son immense contribution à l’institutionnalisation de la gestion axée sur les résultats.

« Le suivi et l’évaluation des projets et programmes dans toutes les institutions de la CEDEAO revêt un caractère prioritaire », a souligné la représentante-résidente. En effet, c’est le meilleur gage pour s’assurer que leur mise en œuvre impacte positivement la vie des citoyens de la Communauté et que ceux-ci bénéficient des avantages escomptés. C’est pourquoi, « il importe que les décideurs aux niveaux national que régional accordent toute l’attention requise au suivi-évaluation des projets et programmes de la CEDEAO », a expliqué Mme Alapini Liliane qui précise que l’une des attributions du département de vice-présidence de la Commission de la CEDEAO est de suivre et d’évaluer tous les programmes et projets communautaires mis en œuvre dans les institutions, les agences spécialisées de la CEDEAO et dans les Etats membres, et de faire un rapport au Conseil des Ministres par le biais du Comité de l’Administration et des Finances (CAF). Cette réunion donne l’occasion à toutes les parties prenantes de se forger une vision commune de la politique, et d’explorer les étapes nécessaires à la mise en œuvre effective de l’agenda 2050. « Des leçons précieuses pourront être tirées et permettront de renforcer le mécanisme de redevabilité envers les Etats membres et les autres parties prenantes qui contribueront à la réalisation du programme d’intégration de la CEDEAO », estime Mme Alapini Liliane.

Au cours des travaux, les experts devaient s’atteler à examiner certaines implications de la politique sur les institutions et les États membres ; discuter des mécanismes pour soutenir la mise en œuvre de la politique de suivi-évaluation de la CEDEAO par les États membres ; présenter le rapport annuel de performance de la CEDEAO pour commentaires et contributions générales ; et définir un mécanisme pratique et efficace pour la collecte de données de performance auprès des États membres.

« Il s’avère donc nécessaire de veiller à ce que le système de suivi et évaluation de la CEDEAO soit continuellement renforcé, pour fournir des informations précises et opportunes, sur la mise en œuvre des programmes et projets communautaires », a soutenu le ministre du Plan, M. Abdou Rabiou. C’est certainement, dit-il, consciente de cette nouvelle donne en matière de gouvernance, que la Commission de la CEDEAO a élaboré sa politique de suivi et évaluation, approuvée par le Conseil des Ministres lors de sa 85ème session ordinaire.

Ismaël Chékaré(onep) et Assad Hamadou (ASCN)