A la Présidence de la République : La délégation de la CEDEAO rend compte à SEM Issoufou Mahamadou des résultats de sa mission au Mali

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Président de la République, Chef de l’Etat SE. Issoufou Mahamadou, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a reçu hier, une délégation de haut niveau de la CEDEAO. Cette délégation avait à sa tête l’ancien président de la République Fédérale du Nigéria, SE. Goodluck Jonathan, désigné par la Cedeao pour diriger la médiation entre les acteurs de la crise politique qui sévit au Mali. La délégation qui a effectué une mission de bons offices au Mali où elle a séjourné du 15 au 19 juillet 2020, est venue rendre compte au Président Issoufou Mahamadou de la situation dans ce pays membre de la CEDEAO,

Cette mission comprend le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Kalla Ankouraou, président en exercice du Conseil des ministres de la CEDEAO ; le président de la Commission de la CEDEAO, M. Jean-Claude Kassi BROU et le Commissaire aux Affaires politiques, Paix et Sécurité de la CEDEAO, le Général Francis Behanzin.

A l’issue de l’audience, le chef de la délégation a indiqué qu’il était utile pour eux de venir rendre compte, au Président en exercice de la CEDEAO. «Quand il y a une crise, il n’y a pas de bâton magique pour l’éradiquer tout de suite et facilement. Cependant, nous avons trouvé des solutions qui vont satisfaire le peuple Malien», a déclaré SE. Goodluck Jonathan. «Quand nous sommes allés au Mali, il n’y avait pas de gouvernement, il n’y a pas de Cour constitutionnelle et il y a 31 députés qui sont contestés, au niveau de l’Assemblée nationale. Conformément aux dispositions du Protocole additionnel de la CEDEAO sur la bonne gouvernance et la démocratie mais aussi conformément aux lois nationales maliennes, nous avons pris des dispositions, pour que la Cour constitutionnelle soit recomposée, sur la base des quotas assignés à chaque autorité de nomination et que le problème des 31 députés soit étudié par cette Cour, qui aura un quorum, sur la base des désignations qui auront été faites et qu’un gouvernement d’union nationale soit mis en place dans les prochains jours. Les autres questions vont suivre», a confié le médiateur et Chef de mission de la CEDEAO, SE. Goodluck Jonathan.

Mahamadou Diallo(onep)