Allocution du Président de la République du Niger, Champion de la Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECAf), à l’occasion de la remise du Siège : «J’exhorte tous à garder le sens de l’unité, de la solidarité et de la dignité comme valeurs cardinales africaines», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

Discours
Spread the love

Sharing is caring!

 

«Excellence Monsieur Nana Akufo Addo, Président de la République du Ghana,

Monsieur Moussa FakiMahamat, Président de la Commission de l’Union Africaine,

Monsieur le Secrétaire Exécutif de la ZLECAf,

Mesdames et Messieurs,

Le processus de mise en œuvre de l’Accord instituant la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) va franchir aujourd’hui une nouvelle étape, celle de l’installation définitive du Secrétariat Exécutif de cette institution dans ses propres locaux. En ma qualité de champion de la ZLECAf, permettez-moi de me réjouir de cet important évènement qui constitue un signe de plus que ce projet emblématique de l’Union Africaine avance et poursuit inexorablement son chemin malgré les vicissitudes liées notamment à la pandémie COVID19 qui affecte l’ensemble de la planète.

Le 12ème Sommet Extraordinaire de l’Union Afrique tenu à Niamey, le 7 juillet 2019, a procédé au lancement officiel de la ZLECAf et a pris la décision qu’Accra, Capitale du Ghana, patrie du docteur Kwame Nkrumah, l’un des pères fondateurs de l’Union Africaine, accueillera le Siège du Secrétariat de la ZLECAf. «L’Afrique doit s’unir ou périr » avait dit cet éminent panafricaniste. En créant la ZLECAf nous avons fait le choix de nous unir. En acceptant d’accueillir le siège de la ZLECAf, le Ghana reste fidèle aux convictions de ce digne fils de l’Afrique.

En plus des fonds nécessaires au démarrage de l’institution, le Président Nana Akufo Ado, en mettant gracieusement à la disposition de notre organisation continentale, l’Union Africaine, un immeuble de grand standing pour abriter le Secrétariat de la Zone de Libre Échange Continentale Africaine, traduit en acte la volonté du peuple Ghanéen à rester un des portes flambeaux de l’intégration Africaine. En ma qualité de champion de la ZLECAf, je tiens à l’en remercier et à remercier le Gouvernement et le peuple ghanéens pour ce geste généreux témoignant de l’engagement du Ghana en faveur d’une intégration véritable du continent.

Mesdames, messieurs,

Notre continent dispose d’un actif démographique croissant. Pour transformer cet actif démographique en dividende économique il faut non seulement soigner, éduquer, former sa jeunesse mais aussi fournir des emplois aux 10 à 12 millions de jeunes Africains qui arrivent chaque année sur le marché du travail aujourd’hui. Seule la mise en œuvre de l’agenda 2063 et de ces plans et programmes peut nous permettre d’y parvenir. La ZLECAf est un outil formidable à cette fin. Elle n’est pas un programme isolé. Elle forme, avec les autres plans et programmes de l’Union Africaineun tout cohérent dans la perspective de renforcer l’intégration régionale et atteindre les objectifs de l’agenda 2063.Sans infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires, portuaires et de télécommunication, objets du plan de développement des infrastructures de l’Union Africaine, la Zone de Libre Echange Continentale Africaine sera une coquille vide.  Il en sera de même sans la mise en œuvre des autres plans relatifs à l’industrie, l’Agriculture, les Mines, etc.

En particulier, l’industrialisation de notre continent nous permettra de mettre fin à ce statut de simple réservoir de matières premières, statut digne d’un pacte colonial. Nos peuples veulent d’un ensemble économique intégré et dynamique où eux, leurs produits et leurs services circulent librement. Nous leur avons fait cette promesse et donné cet espoir en signant l’accord instituant la ZLECAf le 23 Mars 2018 à Kigali et en le faisant ratifier par le minimum requis de 22 Etats dès le 30 Mai 2019, c’est-à-dire en un an, ce qui est sans précédent dans l’histoire de notre organisation continentale. Nous leur avons donné cet espoir en lançant le processus d’opérationnalisation de la ZLECAf le 7 juillet 2019 à Niamey et en prenant date pour 2020 pour le démarrage des transactions.

Malheureusement, la COVID 19 a bouleversé notre agenda. Malgré tout, nous devons nous adapter, accélérer la cadence pour tenir les promesses faites à nos peuples. Je voudrais saisir la présente occasion pour demander à l’ensemble des parties prenantes de la ZLECAf de conjuguer leurs efforts, de mutualiser leur énergie pour que les objectifs fixés soient atteints notamment la finalisation des questions concernant la libéralisation tarifaire, les listes d’engagements spécifiques, le commerce des services et les règles d’origine.

Dans ce sens, je me réjouis de la proposition faite par les Afro-Champions visant à fournir un soutien logistique et technologique pour faciliter la tenue d’activités se rapportant au processus de la ZLECAf par le biais de la plateforme virtuelle. Nos Ministres, négociateurs et experts doivent saisir l’opportunité de cette offre des Afro-champions pour organiser des rencontres virtuelles et prendre les dispositions idoines pour que les activités prévues soient réalisées et que 2021 soit l’année de démarrage effectif des transactions.

Le Secrétariat de la ZLECAf doit être doté d’un budget conséquent et poursuivre le recrutement du personnel qualifié ainsi que la mise à disposition du personnel détaché. Je sais que le Président de la Commission, M. Moussa Faki, s’y attèle. Permettez-moi de le saluer et de saluer son leadership.

Mesdames, messieurs,

J’exhorte tous à garder le sens de l’unité, de la solidarité et de la dignité comme valeurs cardinales africaines telles qu’elles nous sont léguées par les pères fondateurs de notre organisation. Restons engagés et résolument déterminés à poursuivre le processus de mise en œuvre de l’opérationnalisation de la ZLECAfet des autres programmes et plans de l’agenda 2063.

 

Je vous remercie de votre aimable attention. ».

 

 

ONEP