Atelier de lancement conjoint INS-UAM des activités du Projet «Renforcement des chaines de valeur des données Infranationales au Niger» : Faciliter les prises de décision pour le bien-être des populations locales

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’Institut National de la Statistique (INS) et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) avec le soutien du Centre Africain sur la Population et la Santé (en anglais (APHRC) ont conjointement lancé hier à Niamey, les activités du projet «Renforcement des chaines de valeur des données Infranationales au Niger». Cette initiative de l’APHRC, à travers ce projet pilote en direction de quatre pays Africains (Burkina Faso, Niger, Ouganda et Sénégal) a pour objectif général de renforcer les systèmes de données pour la planification et la prise de décision au niveau national et infranational.

Les objectifs spécifiques de ce projet sont de co-créer des micro-exemples de bons systèmes de données adaptés aux différentes structures de gouvernance Infranationales, qui comblent les lacunes de l’ensemble de la chaine de valeur des données. Il s’agit aussi d’explorer différentes approches de renforcement durable des capacités et le rôle des Universités publiques du Niger dans la création de systèmes de données et de capacités locales, y compris les stages et la supervision des étudiants. Il est également question d’identifier les bonnes pratiques et les points d’entrées appropriés qui ont le plus d’impact sur l’adoption et l’utilisation des données au sein des systèmes infranationaux et enfin de déterminer la manière la plus efficiente et rentable de construire des systèmes de données durables pour soutenir la prise de décision au niveau infranational.

Au Niger, l’INS et l’UAM à travers une équipe de chercheurs coordonnée par le Département de Mathématiques et Informatique, ont été sélectionnés à l’issue d’un processus très compétitif, en vue d’implémenter le projet pilote de renforcement des systèmes de données au niveau de quatre régions (Agadez, Dosso, Maradi et Tahoua). Le projet pilote s’étalera sur une période de 30 mois au cours de laquelle les deux institutions travailleront en étroite collaboration. Ce lancement vise à informer et échanger avec les représentants des régions bénéficiaires ainsi que des ministères et des organisations internationales présentes au Niger, sur les opportunités offertes aux régions pour mettre en ligne leurs données relatives au suivi et à l’évaluation des actions de développement. Ce processus de renforcement des systèmes de données numérisées, vise également à faciliter les prises de décision  pour le bien-être des populations locales.

Lors de ce lancement, le Secrétaire général de l’Institut National de la Statistique, M. Sani Oumarou a expliqué que l’objectif visé à travers la mise en place d’un tel dispositif est de renforcer le système de données pour la planification et la prise des décisions au niveau national et régional. «Pour ce faire, les deux structures s’appuieront sur les directions régionales de l’INS pour le déploiement des dispositifs nationaux au niveau régional», a-t-il déclaré.

Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire général de l’Université Abdou Moumouni de Niamey a dit que ce projet INS – UAM cadre avec le plan stratégique 2017-2021, en cours d’évaluation qui vise entre autres à garantir une offre de formation permanente et innovante à travers une professionnalisation des filières en vue de les adapter aux besoins multiples de l’économie nationale. «Ce projet sera l’occasion pour nos apprenants de trouver un terrain de stage propice au développement de leurs compétences. Par ailleurs, ce projet peut compter sur l’expérience de notre institution en matière de gestion des bases de données et son expertise pour partager nos expériences avec les participants», a déclaré M.  Ali Doumma.

Dans sa présentation, le représentant l’APHRC a dit que la vision de ce centre est de transformer la vie des africains à travers la recherche, de renforcer les capacités des chercheurs en ce qui concerne l’écosystème de recherche et développement en Afrique, d’engager les politiques pour accompagner les questions de santé et de développement. M. Moussa Bagayoko a précisé que ce centre gère plus d’une centaine de projets et couvre plus de 30 pays dont la plupart des pays subsahariens à travers des interventions directes ou indirectes.

 Mamane Abdoulaye(onep)