Atelier de validation des Plans de restauration de Dallol Bosso, Tabalak et du plan de Développement Communal (PDC) de Tabalak : Renforcer la résilience des écosystèmes naturels et des communautés locales

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Dans le cadre du projet intitulé « Partenariat Régional sur l’Eau et l’Environnement en Afrique Centrale et Occidentale ou PREE », l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a organisé, hier matin, à  Niamey, un atelier de validation des Plans de restauration de Dallol Bosso, Tabalak et du plan de Développement Communal (PDC) de Tabalak. C’est le Secrétaire général du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification, le colonel Major Souley Aboubacar qui a présidé l’ouverture des travaux en présence du coordonnateur régional des programmes eau et zones humides du bureau régional de l’UICN Dakar et de plusieurs

invités.

Dans son discours d’ouverture prononcé à cette occasion, le Secrétaire général du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification a indiqué que  la gestion intégrée des bassins versants des zones humides fait partie intégrante des préoccupations majeures de l’Etat du Niger. « C’est pourquoi, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), à laquelle notre pays est membre, vient accompagner les efforts de l’Etat pour faciliter l’élaboration de ces documents stratégiques de planification et de gestion, combien importants pour la promotion d’un développement local, dont la validation est objet de notre rencontre d’aujourd’hui », a-t-il indiqué. En effet, a-t-il précisé,  une fois validés, ces documents serviront d’outils d’aide à la décision et permettront ainsi aux communes concernées de connaitre l’état actuel de leurs ressources naturelles et, conséquemment, de mieux planifier les interventions à mener, en vue de leur gestion écologiquement rationnelle, axée sur la restauration des zones humides et sites Ramsar, en tant qu’écosystèmes particuliers.

Le colonel major Souley Aboubacar a aussi remercié  l’UICN et son partenaire technique et financier, en l’occurrence l’Agence Suédoise pour le Développement International (ASDI), pour leur accompagnement si précieux dans le cadre de ce processus.

Pour sa part, le Réprésentant du bureau UICN au Niger, Dr Seyni Abdoul-Aziz a précisé que le Programme Afrique Centrale et Occidentale de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature a sollicité et obtenu le soutien financier de l’Agence Suédoise pour le Développement International (ASDI) pour la mise en œuvre de son projet intitulé « Partenariat Régional sur l’Eau et l’Environnement en Afrique Centrale et Occidentale ou PREE ». 

« L’Objectif global de ce programme est de renforcer la résilience des écosystèmes naturels et des communautés locales dans les bassins fluviaux et lacustres d’Afrique occidentale et centrale », a-t-il souligné.

Par ailleurs, il a indiqué que dans le cadre de l’exécution du PREE au Niger, six (06) activités ont été retenues. Il s’agit entre autres de soutenir l’établissement et l’opérationnalisation de (2) Comités Locaux de l’Eau (CLE) dans les communes de Sarkin Yamma et Djirataoua; d’appuyer l’actualisation du PDC de la commune rurale de Tabalak en intégrant la dimension changement climatique et réduction des risques et catastrophes naturelles ; de  former les communautés sur la démarche, les outils et les technologies de valorisation durable des produits forestiers non ligneux et halieutiques dans les bassins versants des sites Ramsar de Tabalak et du Dallol Bosso; d’appuyer les initiatives communautaires de valorisation durable des produits forestiers non ligneux, halieutiques et génératrices d’emplois verts dans le bassin versant des sites Ramsar de Tabalak et Dollol Bosso; d’aménager des petits périmètres irrigués familiaux dans la commune de Tabalak et N’Gounga et enfin de mettre en œuvre des actions de protection et de restauration des écosystèmes dégradés dans les sites Ramsar de Tabalak et du Dollol Bosso. « Toutes ces activités ont déjà commencé et même presque finies sur le terrain avec l’appui de l’Etat du Niger et des acteurs nationaux », a-t-il précisé.

De son côté, le maire de la commune de Tabalak, M. Ousmane a remercié l’UICN  pour avoir choisi la commune de Tabalak dans le cadre de l’appui  à la conservation de la nature dont la mare de Tabalak. « Ce projet PREE a contribué à l’élaboration du Plan de Développement Communal (PDC)  dans notre commune de Tabalak », a-t-il indiqué. 

Par Yacine Hassane (onep)