Atelier d’information et de sensibilisation des parties prenantes sur le protocole de Nagoya à Diffa : Mettre les connaissances traditionnelles au profit de la protection des ressources naturelles

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Secrétaire général adjoint du Gouvernorat de Diffa a présidé le mardi 15 mars 2022, à la Direction régionale des archives une réunion des parties prenantes sur le protocole de Nagoya et le projet de mise en place du cadre national APA «FEM/PNUE/APA-NIGER». Cette réunion a vu la participation du conseiller technique au Conseil National de l’Environnement pour un Développement Durable (CNEDD), du représentant du Conseil régional, ainsi que plusieurs d’autres invités.

Pour, le Directeur régional Adjoint de

l’Environnement, Lieutenant colonel Lamine Traoré, le partage des avantages issus de l’utilisation des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles associées est considéré comme un élément clé pour favoriser la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité.

Quant au conseiller technique du CNEED, le Colonel major Attari Boukar, il a noté que la piraterie des ressources et des connaissances traditionnelles associées sont monnaies courantes dans les pays en développement victimes de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire. En effet, a-t-il  poursuivi, il est très facile de miroiter quelques devises insignifiantes en échange de nos ressources génétiques et de plusieurs secrets traditionnels en vue de la fabrication de nouveaux produits par les utilisateurs notamment dans les domaines de la santé, des cosmétiques et de l’alimentation.

Pour le Secrétaire général Adjoint du Gouvernorat, M. Daouda Bardé, le Protocole de Nagoya, cadre parfaitement avec les politiques et stratégies nationales du Niger notamment la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI, Niger 2035), le Plan de Développement Economique et Social (PDES 2017-2021) et l’Initiative «3 N», les Nigériens Nourrissent les Nigériens.

Aussi, Daouda Bardé a expliqué que la mise en place de ce cadre requiert la participation active de tous les acteurs au niveau national et régional, de ce fait, ces acteurs doivent être informés afin qu’ils jouent efficacement leurs rôles. C’est dans cet esprit, a-t-il poursuivi que le présent atelier a été organisé afin de renforcer les capacités des acteurs en vue d’une meilleure contribution au processus de mise en place de ce cadre. M. Bardé a enfin invité les participants à s’impliquer fortement pour mieux capitaliser les résultats de cette rencontre d’échange de manière responsable.

Mato Adamou  ONEP Diffa