Atelier du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement : Echanger sur l’ensemble des activités menées au cours de l’année 2021 et envisager les perspectives pour l’année 2022

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Adamou Mahaman a procédé hier à Niamey à l’ouverture de la rencontre sur le bilan de l’année 2021 et la programmation de l’année 2022 qui constitue un cadre idéal d’évaluation, regroupant les principaux acteurs du secteur de l’eau et de l’assainissement. Elle a pour objectif de partager les informations avec tous les acteurs et de rendre plus visibles les efforts consentis par l’Etat et ses partenaires dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Cette rencontre sert aussi de cadre d’évaluation de la mise en œuvre du Programme Sectoriel Eau, Hygiène et Assainissement (PROSEHA 2016-2030).

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Adamou Mahaman a d’abord souligné l’importance de cette rencontre qui, a-t-il dit, vise à faire le bilan exhaustif des réalisations physiques et financières et consolider les résultats régionaux relatifs à la situation hydraulique et à l’assainissement durant l’année 2021; identifier les problèmes rencontrés dans le cadre de la mise en œuvre des activités et faire des recommandations permettant de les solutionner; dégager les perspectives et les priorités pour l’année 2022 afin d’améliorer les indicateurs d’accès à l’eau potable et l’assainissement.Aussi, elle coïncide avec l’évaluation de la première année de mise en œuvre du Programme de Renaissance Acte III du Président Mohamed Bazoum, qui prévoit les réalisations, d’ici 2025, de 30 000 équivalents points d’eau modernes en milieu villageois et 5000 équivalents points d’eau pastoraux ;l’optimisation des centres et l’intégration des nouveaux dans le périmètre concédé à la Société de Patrimoine des Eaux du Niger (SPEN), avec comme objectifs la réalisation de 460 000 branchements particuliers et de 10 000 bornes fontaines;l’amélioration des conditions d’hygiène et de l’assainissement pour assurer un accès de tous aux latrines et aux édicules publics décents par la certification de 11 160 villages pour un changement de comportement ; la réalisation de 50 000 édicules publics dans les établissements scolaires, les formations sanitaires et les autres lieux publics et de vie ; l’équipement des 8 Chefs-lieux de Région en Station de Traitement de Boues et Vidange(STBV) ;  l’opérationnalisation du Plan d’Actions National de Gestion Intégrée des Ressources en Eau par la mise en place des agences de l’eau dans huit (8) sous bassins.

« En plus du défi sécuritaire dont fait face notre pays, les résultats de la Campagne Agro-Sylvo-Pastorale et Hydraulique de l’année 2021 n’ont pas été à la hauteur des attentes de nos laborieuses populations », a déploré M. Adamou Mahaman.Avec le retour progressif de la sécurité notamment dans la région de Diffa, un programme d’urgence d’un montant de 1,4 milliard de FCFA entièrement financé par la Coopération Danoise dans le cadre du Mécanisme Commun de Financement a été mis en place pour la réhabilitation des infrastructures hydrauliques des localités concernées par le Programme « Retour des déplacés » du Président de la République, a fait savoir le ministre en charge de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Aussi, a-t-il souligné, afin de venir en aide aux populations impactées par le déficit de la campagne agricole 2021, le Gouvernement a décidé de mettre en oeuvre un Plan d’urgence pour lapériode de novembre 2021 à mars 2032 dont le volet hydraulique d’un montant de 4872 000 000 FCFA concerne la réalisation et la réhabilitation des ouvrages hydrauliques sur l’ensemble du pays, particulièrement, en milieu pastoral. Cette opération vise non seulement à éviter les mouvements des populations, mais aussi d’éventuels conflits intercommunautaires liés à l’utilisation des points d’eau pastoraux. Cependant, a rappelé M. Adamou Mahaman, malgré les avancées significatives enregistrées au cours de l’année 2021, des défis importants restent encore à relever dont entre autres : la recherche de financement pour booster les indicateurs d’accès aux services d’eau et d’assainissement; la réforme institutionnelle de l’hydraulique rurale ; la passation des marchés publics et le renforcement des capacités du secteur privé et l’opérationnalisation effective du dispositif du suivi évaluation.

Pour sa part, le chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du secteur Eau et Assainissement, M. Eric DIETZ, a invité le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement à assurer une programmation ascendante de manière systématique, sur la base des PLEA qui ont été développés et de continuer à améliorer la transparence et le respect des procédures de passation des marchés. Il a également convié les ONG et autres projets privés à s’aligner sur les initiatives de la planification pour plus d’efficacité de l’aide et à respecter le cadre d’harmonisation dans les approches d’interventions pour la mise en œuvre des activités du secteur

Par  Aïchatou Hamma Wakasso(Onep)