Atelier sur le dialogue intergénérationnel de haut niveau sur le leadership féminin au Niger : 82 jeunes filles formées

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

À l’instar des autres Etats membres des Nations Unies, le Niger a célébré le lundi  21 Septembre, la Journée internationale de paix. Cette journée créée en 1981 est dédiée à la paix et particulièrement à l’absence de guerre, qui doit se manifester par le cessez de feu dans les zones de combat. À cet effet, le Réseau Paix et Sécurité des femmes de l’espace CEDEAO (REPSFECO-Niger), a organisé un atelier sous le thème : «dialogue intergénérationnel de haut niveau sur le leadership féminin au Niger ». Ainsi durant deux jours consécutifs, il a été question d’échanger avec la jeunesse en vue de trouver des voies et moyens qui permettront de faciliter la création d’emploi mais aussi de créer de nouvelles élites propices à l’émergence d’une nouvelle génération apte à répondre aux sollicitudes d’un développement  local.

La représentante de la Ministre de la Promotion de la femme et de la protection de l’enfant, Mme Hassane Maimouna, a souligné l’importance de l’atelier qui dit-elle intervient dans un contexte particulièrement marqué par des défis sécuritaires majeurs au Sahel et partout dans le monde. Pour Mme Hassane Maimouna, ce dialogue constitue un cadre approprié pour apporter une contribution active à la réponse aux défis sécuritaires et de consolidation de la paix au Niger. Aussi a-t-elle ajouté, cela permet de renforcer le leadership des femmes sur un thème central qu’est la paix et la sécurité.  « Tous les efforts déployés pour la recherche de la paix et de la sécurité au Niger, doivent être soutenus et relayés par l’ensemble des Nigériens chacun dans sa sphère de responsabilité et unis dans un creuset de solidarité et de collaboration », a-t-elle lancé.

Intervenant à son tour, le représentant de l’UNFPA, M. Cheikh N’Diaye a invité les participants à un changement d’approche afin de pallier le cycle d’insécurité en Afrique de l’Ouest et du Centre. Il a expliqué que la plupart des pays de la région font face à divers facteurs de fragilité et d’instabilité, allant des conflits aux sècheresses et inondations récurrentes en passant par l’extrémisme violent et la vulnérabilité économique dues aux crises mondiales.

La journée du 21 Septembre constitue une opportunité d’échanges et de partage sur de nouvelles approches et alternatives pour une paix durable et stable, a-t-il dit. Il a soutenu que des jeunes et adolescents en bonne santé, formés et mieux informés et qui participent dans les affaires de leurs pays constituent un formidable atout en terme de capital humain pour le dividende démographique. « Ils pourront ainsi jouer des rôles cruciaux an matière de consolidation de la paix et de promotion du développement économique et social », a-t-il  déclaré.

Quant à la Présidente du Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l’Espace CEDEAO (REPSFECO), Mme Bana Fatima Moutari, elle a relevé que cette année, la célébration de la journée internationale de paix a coïncidé avec la gestion d’un évènement majeur qui est la pandémie du COVID19. « Elle bouleverse et continue de peser sur les économies à l’échelle mondiale. C’est pourquoi j’interpelle, les citoyens, la société civile et les Etats à une résilience collective pour sauvegarder les acquis», a affirmé Mme Bana Fatima.

A la fin des travaux, le Député-Maire de Makalondi, M. Diara Banyoua a témoigné des efforts fournis par les Organisations non-gouvernementale ainsi que le système des Nations Unies dans la promotion de la Paix et l’émancipation de la femme en l’occurrence de la jeune fille. Il a appelé les Nations Unies et les ONG intervenant dans la consolidation de la paix de continuer à s’investir sur le terrain pour que la paix puisse être obtenue et maintenue.

La représentante des jeunes qui ont participé à l’atelier, Melle Mazou Souley Halimatou (Miss Littérature 2019), a remercié la présidente du REPSFECO pour cet atelier sur le leadership qui a-t-elle souligné a été d’une contribution inestimable. Aussi a-t-elle ajouté cet atelier a permis  aux jeunes filles de  prendre  conscience des potentialités qu’elles possèdent et qu’elles peuvent développer en tant que jeune fille d’aujourd’hui et femme modèle pour toujours.

 

 Rahila Tagou(onep)