Au cabinet du Premier Ministre : SE Ouhoumoudou Mahamadou reçoit le directeur Afrique et Moyen Orient de Veolia, une délégation tunisienne et les responsables de l’association Dokin Iska Dan Filingué

Audiences
Spread the love

Sharing is caring!

Le Premier Ministre Ouhoumoudou Mahamadou a reçu, hier matin, M. Philippe Bourdeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient de Veolia, la maison mère de la Société d’exploitation des eaux du Niger (SEEN). La rencontre qui s’est déroulée en présence du ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement a permis aux deux personnalités de s’entretenir sur la pérennité du secteur de l’hydraulique au Niger et des renégociations en cours pour prolonger le contrat d’affermage de la SEEN qui est arrivé à échéance.

A sa sortie d’audience, le directeur Afrique et Moyen Orient de Veolia a expliqué avoir évoqué avec le Premier Ministre les ambitions du Gouvernement pour «développer l’accès à l’eau potable à la plus grande partie de la population dans les zones pastorales, dans les zones rurales et bien évidemment compléter l’alimentation dans les zones urbaines». Il a affirmé que SE Ouhoumoudou Mahamadou a laissé six (6) mois à Veolia et à la SEEN pour prolonger le contrat de façon à définir de nouvelles modalités d’organisation du secteur de l’eau  «pour assurer sa pérennité et pour mettre en place les engagements» des autorités nigériennes en matière d’accès à l’eau potable dans les zones rurales.

Le ministre de l’hydraulique et de l’assainissement, M. Adamou Mahaman, a précisé que les six (6) mois accordés visent à permettre aux différentes parties de négocier dans la sérénité, mais aussi d’évaluer les 20 ans de partenariat avec la SEEN. «Il s’agit de nous pencher sur ce qui a marché et de revoir ce qui n’a pas marché afin de tirer les conclusions et aller dans un nouveau contrat sur la base des objectifs que nous allons fixer», a-t-il indiqué. Toujours est-il que l’issue des négociations sera déterminée par le respect par la SEEN des conditions du Gouvernement.

Dans l’après-midi, SE Ouhoumoudou Mahamadou a reçu une délégation d’investisseurs tunisiens conduite par M. Samir Saied, ministre de l’Economie et du plan de la Tunisie. La délégation tunisienne était accompagnée du ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat des Jeunes, du ministre du Plan et du président de la Chambre de commerce, d’industrie du Niger. Au cours de cette audience, les échanges ont porté sur le développement des relations économiques entre le Niger et la Tunisie afin de les «hisser à la hauteur des excellentes relations historiques entre nos deux pays», précise le chef de la délégation tunisienne.

Le ministre tunisien de l’Economie et du Plan a indiqué que les deux parties ont identifié, lors de leurs séances de travail, plusieurs opportunités, notamment dans l’agro-industrie, la santé et les travaux publics. Ces opportunités, a-t-il dit, vont faire l’objet de travaux intenses durant les prochaines semaines et seront pris en compte tous les aspects afin d’assurer le succès de toutes les entreprises tunisiennes qui vont investir au Niger. «Nous ferons ensemble de manière à ce que nous les concrétisions par des projets bénéfiques dans un cadre de partenariat équitable, gagnant-gagnant, pour pouvoir capitaliser sur cette relation privilégiée entre nos deux pays et pour pouvoir exploiter l’excellente opportunité qui va être offerte bientôt par l’autoroute transsaharienne qui va pouvoir relier la Tunisie au Niger», a noté M. Samir Saied.

La dernière audience de la journée a accordée à une délégation de l’association Dokin Iska Dan Filingué conduite par l’ancien ministre Assoumana Malam Issa. La délégation est venue s’entretenir avec le Premier ministre sur l’organisation, en janvier prochain, de la célèbre course hippique de Filingué dont le grand prix porte le nom du légendaire cheval du terroir appelé «Dokin Iska». Au sortir de l’audience, le chef de la délégation s’est dit satisfait du soutien du Chef du Gouvernement et de sa disponibilité.

M. Assoumana Malam Issa a aussi rappelé que les départements de Balleyara, d’Abala et de Filingué qui sont concernés par cette manifestation populaire, sont aussi en proie à l’insécurité qui sévit dans l’Ouest du Pays. Il a annoncé que son association apportera sa contribution pour éradiquer «ce mal» et ses corolaires qui traumatisent les populations locales. «Et pour cela, nous allons organiser au cours du festival, un forum sur la paix et la cohésion sociale et une course hippique qui sera dédiée à la paix et à la cohésion sociale. Nous allons sillonner les communes et sensibiliser les populations pour qu’elles contribuent au combat des FDS et éradiquer le phénomène d’insécurité que nous connaissons», a affirmé M. Assoumana M. Issa.  

Souleymane Yahaya(onep)