Brevet de Technicien Supérieur (BTS-d’Etat) session 2021 : 5222 candidats repartis dans 15 centres face aux épreuves

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Les examens du Brevet de Technicien Supérieur (BTS d’Etat) session 2021 ont démarré hier sur toute l’entendue du territoire national. Le lancement officiel des épreuves a été donné au CEG 25 de Niamey par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, PhD. Mamoudou Djibo, en présence des autorités administratives de la capitale ainsi que des cadres de l’éducation.

Au total quelque 5222 candidats sont repartis dans 15 jurys dont 11 à Niamey. Au niveau des jurys 9 et 10 où a eu lieu le lancement de la session, les épreuves se passent dans la sérénité selon le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche. PhD. Mamoudou Djibo a assuré que la transparence absolue sera de mise pour que les résultats qui seront proclamés soient les résultats mérités issus d’une formation sérieuse et d’une correction sérieuse.

Pour ce faire, le ministre Mamoudou Djibo a indiqué que le gouvernement a mis à la disposition de l’ONECS (Office national des examens et concours du supérieur) tous les moyens indispensables et l’organisation nécessaire. «Dieu merci. Jusqu’alors tout se passe sans faute», s’est-il réjoui avant de souhaiter bonne chance à tous les candidats.

Cependant, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a été ferme quant à la crédibilité et qualité des examens. «Nous veillerons, comme nous avons veillé au BAC, pour qu’on ait des examens propres et des résultats tout aussi propres. Nous ne fléchirons pas et celui qui se fait prendre (NDLR : dans la tricherie), tant pis pour lui», a prévenu PhD Mamoudou Djibo.

Une rigueur que le ministre de l’Enseignement supérieur explique par l’importance des cadres titulaires de ce diplôme pour les administrations publiques et privées. Le BTS d’Etat, soutient le ministre, est un diplôme de cadres moyens qui se situent entre les cadres de conception et ceux d’exécution. Les administrations et entreprises des secteurs public et privé ont besoin selon le ministre PhD Mamoudou Djibo, «de techniciens compétents qui mettent en œuvre la réflexion des cadres de conception et transmettent leur intrant aux agents d’exécution pour qu’ils réussissent leurs missions».

A noter que cet examen (le BTS) comprend des épreuves écrites et orales ainsi que des travaux pratiques en atelier. Outre les onze (11) centres logés dans la capitale, on compte quatre autres centres à l’intérieur du pays notamment à Agadez, Maradi, Tahoua et Zinder.

Siradji Sanda(onep)