Campagne de sensibilisation du Médiateur de la République sur le COVID 19 à Tahoua : Pour une application constante des mesures  barrières par les populations

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Médiateur de la République Me Ali Sirfi Maiga poursuit sa campagne de sensibilisation contre la pandémie du COVID 19 à l’intérieur du pays. Après les régions de Maradi et de Zinder, il a entamé depuis dimanche dernier, en partenariat avec l’Ong World Vision, une campagne de sensibilisation dans la région de Tahoua. Cette campagne vise à rappeler aux populations de Tahoua que le virus circule toujours au Niger, et qu’elles doivent continuer à observer les gestes barrières.

Dans l’allocution qu’il a prononcée à l’occasion du lancement de cette campagne à Tahoua, le Médiateur de la République a rappelé qu’il ya encore quelques mois, l’humanité découvrait l’existence du COVID-19, virus insaisissable, dangereux et mortel. Il a ajouté que les efforts conjugués des Etats et des organisations internationales, ont permis de le ralentir et même de l’éradiquer, en ce qui concerne certaines contrées du monde. «Mais comme vous le savez sans doute, le virus circule toujours. En atteste les statistiques macabres qui sont égrenés chaque jour par les medias, relativement à cette pandémie, en Amérique, en Europe et dans bien d’autres pays. Le CORONA-VIRUS circule encore. Certes, on a le fort sentiment que par la grâce de DIEU, le tout puissant, le Niger, à l’instar d’autres pays africains, a pu maitriser la progression de la maladie. Les mesures d’urgences appliquées par notre pays ont montré leur efficacité et c’est le lieu ici de s’en réjouir» a dit Me Ali Sirfi Maiga.

Mais, devait-il ajouter, les mesures d’urgence sont progressivement levées ou assouplies, à travers le monde, et au Niger. Le monde se déconfine alors peu à peu et les frontières, fermées depuis plusieurs mois, vont à nouveau s’ouvrir, pour permettre la libre circulation des populations. Malheureusement, a souligné le Médiateur,  c’est dans ce même contexte que l’on constate la résurgence soudaine de la pandémie dans plusieurs pays à travers le monde. «En effet, si au Niger, les nouvelles contaminations baissent progressivement, dans certains pays, on assiste à une vague de contaminations, qui progresse, à tel point qu’il est envisagé, à nouveau, un reconfinement. Le monde étant un vaste village planétaire, il urge pour nous de considérer cet état de fait pour revenir sur certaines mesures préventives et éviter à nos populations tout risque de contamination. Pour ce faire, nous aurons à poursuivre la sensibilisation, notamment en ce qui concerne les gestes barrières que malheureusement, nous sommes en train d’oublier» a indiqué Me Ali Sirfi Maiga.

Le Médiateur de la République a ajouté que le port de la bavette, le lavage systématique des mains, le respect de la distanciation sociale doivent être accomplis et considérés par tout un chacun comme des réflexes patriotiques, parce qu’en l’absence d’un vaccin ou d’un traitement adéquat, «nous n’avons que nos comportements positifs. C’est en cela que nous pouvons sauver des vies, c’est en cela que nous pouvons sauver nos vies». Selon le Médiateur, l’heure n’est pas encore au relâchement, mais plutôt à l’application constante des mesures de barrière. «Cette maladie capricieuse a suffisamment fait des dégâts dans notre vie, dans notre conscience, individuelle et collective. Elle nous a déstabilisés, en nous empêchant d’aller au travail, pendant plusieurs mois. Elle a secoué la structure de nos économies, paralysé l’exécution de nos programmes de développement et modifié les objectifs de croissance. Elle a impacté sur un aspect de notre communion avec DIEU, en modifiant la formule classique du pèlerinage à la Mecque. N’est-ce pas, comme l’indiquais le Président de la République, une preuve suffisante de son existence réelle ?» a dit Me Ali Sirfi Maiga.

Le Médiateur de la République a insisté que la COVID-19 existe, elle est réelle, elle circule et il faut, à tout prix, l’arrêter par des gestes positifs. «Les pouvoirs publics, accompagnés par plusieurs organismes, s’activent pour cette tâche, qui n’est pas facile. C’est le lieu de remercier World Vision, qui ne cesse de consentir, auprès des structures publiques, d’énormes efforts allant dans ce sens. C’est le lieu aussi de lancer un appel à toute la population de Tahoua, sur la nécessité de ne pas relâcher l’application effective des mesures préventives de lutte contre ce virus capricieux et insaisissable», a conclu Me Ali Sirfi Maiga .

 

  Oumarou Moussa(onep)