Célébration à Niamey du 61ème anniversaire de l’indépendance du Nigéria : L’Ambassadeur du Nigeria fait l’éloge des relations avec le Niger

Société
Spread the love

Sharing is caring!

A l’occasion de la célébration du 61ème anniversaire de l’indépendance de la République fédérale du Nigeria, l’Ambassadeur de ce pays au Niger, SE Muhammad Sani Usman, a offert une réception, vendredi 1er octobre 2021, à l’Ambassade à Niamey. Plusieurs responsables des institutions de la République, des membres du gouvernement, des députés nationaux ainsi que plusieurs diplomates accrédités dans notre pays et une forte délégation des ressortissants nigérians vivant au Niger ont pris part à la cérémonie dans la joie et la convivialité. M. Usman a d’abord rappelé le processus historique et l’importance de cette indépendance pour son pays, avant d’évoquer les relations de coopération qui unissent le Niger et le Nigeria, partageant une frontière de près de 1.500 km.

C’est par les hymnes nationaux des deux pays qu’a débuté cette célébration. Dans son intervention, le diplomate nigérian a évoqué les étapes qui ont conduit à l’accession à l’indépendance du Nigéria. Il a aussi rendu un hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour cette cause. Le 1er octobre 1960, Elhadj Aboubacar Tafawa Balewa, Premier ministre de l’époque au Nigeria, a reçu les instruments constitutionnels symbolisant l’indépendance du Nigeria vis-à-vis de la Grande Bretagne, accédant ainsi au statut légitime d’Etat souverain et indépendant, a rappelé SE Muhammad Sani Usman.  «61 ans plus tard, la jeune nation qui a commencé avec une population d’environ 45 millions de personnes, est passée à plus de 200 millions d’habitants. Le Nigeria est actuellement le pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 250 groupes ethniques, plus de 500 langues locales et trois religions prédominantes à savoir : l’Islam, le christianisme et le culte traditionnel», a indiqué le diplomate nigérian.

«Même si notre population et notre diversité sont nos atouts majeurs, ils constituent aussi l’un des obstacles à notre développement et notre progrès» a ajouté M. Usman, précisant que la divergence sur le plan religieux, culturel, ethnique et politique entre Nigérians a exacerbé les griefs préexistants et mis à rudes épreuves la cohésion sociale. Illustrant ses propos, le diplomate a rappelé la guerre civile de 1967 à 1970. Il s’est quand même, réjoui de constater la détermination du Nigeria de rester une entité indivisible qui est demeurée inébranlable. «C’est ce qui justifie la reconduction du slogan « Mieux Vivre Ensemble » pour célébrer ces 61 ans d’indépendance», a-t-il estimé. SE Muhammad Sani Usman, a lancé un appel à ses concitoyens pour cultiver l’unité, la coexistence pacifique et le patriotisme. «Nous devons nous focaliser sur le fait que nous sommes d’abord des Nigérians, avant de nous identifier à nos différents groupes ethniques», a-t-il suggéré.

Le diplomate a, par la suite, exhorté ses concitoyens à travailler pour la grandeur du pays, avec les compétences, la fierté et dévouement, ‘‘des qualités pour lesquelles les Nigérians sont connus dans le monde entier’’. «La bonne gouvernance et le développement économique ne peuvent prospérer que dans un environnement de paix et de sécurité. Le changement souhaité par tous ne peut être réalisé que si nous sommes unis dans un but, en tant qu’individus et en tant que nation», a-t-il estimé.

Abordant la question des relations bilatérales, SE Muhammad Sani Usman a indiqué que le Nigeria apprécie les relations fraternelles et de voisinage qui le lient au Niger et s’est engagé à continuer à promouvoir la coopération et le partenariat, en restant fidèle aux engagements bilatéraux. «Je note avec fierté que notre culture et notre patrimoine communs ainsi que le développement socio-économique et politique parallèle et la vision patriotique de nos dirigeants ont considérablement contribué à façonner notre relation unique», a-t-il indiqué. M. Usman a enfin décliné son vœu de voir que ‘‘notre amitié et notre collaboration soient portées à un niveau supérieur, qui nous permettrait de résoudre nos problèmes communs tout en nous concertant sur nos objectifs de développement durable ».

Mahamadou Diallo(onep)