Célébration de la fête de Pâques à travers le monde : Au Niger, les chrétiens invités à œuvrer, en collaboration avec les autres citoyens, à être lumière par leur témoignage de vie

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Les chrétiens du monde entier ont célébré dimanche dernier la résurrection du Christ ou Pâques après les 40 jours de carême, de prière, de jeûne et de partage. Malgré la pandémie de la Corona virus, de nombreux fidèles ont effectué le déplacement des paroisses pour louer le Seigneur.

Au Vatican, le pape François a, au soir de Pâques, invité à «ne jamais perdre l’espérance […] Il est toujours possible de recommencer.» C’est le message d’espoir délivré par le pape François, samedi saint 3 avril, au cours de la veillée pascale. Devant 150 fidèles réunis dans la basilique Saint-Pierre de Rome, le souverain pontife a médité sur ce que signifie «l’invitation de Pâques» pour les croyants. «Il est possible de toujours recommencer», et ce «au-delà de tous nos échecs», a expliqué François. «Et en ces sombres mois de pandémie, nous entendons le Seigneur ressuscité qui nous invite à recommencer, à ne jamais perdre l’espérance», a-t-il poursuivi devant une assistance entièrement ‘’masquée’’.

Au Niger, Mgr Laurent Lompo, l’Archevêque de Niamey retiendra que la résurrection du Christ renverse la situation sous nos yeux. Ce qui avait semblé être un retentissant échec se manifeste soudain comme la voie d’un triomphe. «C’est d’abord un triomphe, une victoire de la vie sur la mort : Jésus ressuscité se fait lumière du monde. Une lumière qui dissipe les ténèbres de nos vie, illumine et renouvelle toutes les réalités de l’homme et la société et nous invite au renouveau», a-t-il dit, avant de soutenir que «La résurrection du Christ est aussi une victoire de l’amour sur la haine. Tous ceux qui avaient voulu supprimer un homme qui les gênait n’ont pas réussi à l’abattre. Celui qui aime jusqu’au bout recueille en cette nuit pascale, à travers sa résurrection la victoire de l’amour sur la violence et la condamnation purement injuste».

Pour l’Archevêque de Niamey, Pâques vient porter à la plénitude et multiplier les joies de nos existences individuelles et collectives. «En dépit du contexte sécuritaire très difficile, de la forte demande au niveau alimentaire, des difficultés économiques et politiques, des attaques terroristes incessantes, de la pandémie de coronavirus, ayons toujours la joie dans le cœur, la foi solide et l’espérance à transmettre aux nouvelles générations. Nous savons tous bien que les zones d’ombre de notre société nigérienne sont en grande partie, les conséquences de la perte des valeurs morales et spirituelles. Les chrétiens sont invités à œuvrer, en collaboration avec les autres citoyens, à dissiper ces ombres, en étant lumière par leur témoignage de vie» a insisté Mgr Laurent Lompo.

L’Archevêque de Niamey a par la suite demandé de Mettre Dieu au centre de notre vie en tant que leaders religieux, coutumiers, acteurs de la société civile et hommes politiques pour construire notre pays où règnent la paix, la justice, le respect de l’autre et la réconciliation. «Si nous avons l’assurance que le Christ est ressuscité et qu’avec lui nous allons tous ressusciter aussi, cette fête de Pâques devait changer quelque chose en nous. Elle devait nous apprendre à mieux vivre avec ceux que nous n’aimons pas. Apprendre à aimer ceux qui ne nous aiment pas à la manière de celui qui a dit «Pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font» Lc 23,34.», a dit Mgr Laurent Lompo.

La fête de Pâques, cette année a aussi été l’occasion de renouer avec les baptêmes d’adultes et de jeunes, empêchés l’année dernière du fait de la survenue de la covid-19 qui a eu pour conséquence la fermeture des lieux de culte.

Abandé Moctar