Centre d’écoute et d’échanges sur le cancer de Niamey : Faire mieux connaitre la maladie et le traitement pour redonner espoir aux patients

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le centre d’écoute et d’échanges sur le cancer est l’initiative d’une patiente guérie de la maladie, Mme Abdou Sambo Fatchima. En effet, Fatchima était atteinte de cancer du sein en 2011 et a pu se faire soigner à l’étranger. Pendant son traitement en France, le centre d’écoute et d’échanges de l’hôpital a contribué significativement à sa guérison. D’où l’idée de faire bénéficier son pays d’un centre pareil afin d’apporter un soutien moral et psychologique aux patients atteints du cancer. Elle s’est portée volontaire pour aider les malades à travers diverses activités de sensibilisation sur le cancer.

Grace à l’appui technique et financier de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le centre d’écoute et d’échanges est mis en place. L’inauguration officielle s’est déroulée le 4 février dernier, à l’ occasion du lancement officiel des activités de la journée mondiale de lutte contre le cancer. 

Avec une capacité d’accueil de 30 personnes, le centre dispose d’une documentation riche et variée sur les différents types de cancer ainsi que les méthodes de traitement. On y trouve aussi des livres écrits par des patients guéris du cancer relatant leurs expériences de la maladie dont celui de l’initiatrice dudit centre, Mme Abdou Sambo Fatchima intitulé «Mon Cancer du Sein»; et celui d’Ibrahima Madougou Moubarack qui était atteint du cancer de sang (leucémie) depuis son tendre enfance. Son livre est intitulé «Les Estampilles du destin», c’est un roman suivi de poèmes.

Cet espace de communication interpersonnelle visant à combattre les préjugés et les stéréotypes sur le cancer est une première dans la sous-région selon l’initiatrice. Le centre accueille les patients et leurs proches deux fois par semaine. Depuis le démarrage des activités, le 25 janvier 2022, à ce jour avant même l’inauguration officielle, le centre a enregistré 25 patients souffrants de cancer dont deux (2) hommes. Lors des rencontres d’échanges et de dialogue, le personnel édifie les malades sur le cancer contrairement aux rumeurs ou aux images stéréotypes sur la maladie qu’ils reçoivent.

Ce mardi matin du 8 février 2022, Mme Fatchima et son équipe composée de professionnels de la santé échangent avec des femmes atteintes du cancer du sein. A cœur couvert, les malades s’expriment sur les formes de stigmatisation dont elles sont victimes. Tant d’images stéréotypes attribuées au cancer sans fondement qui traumatisent ces femmes.

«Je suis isolée dans ma famille ! Tu mourras bientôt ! Les gens n’aiment pas que je partage les mêmes toilettes avec eux ! Tu vas contaminer toute la famille ! Tu es condamnée à mourir !». Telles sont des expressions qui sortent de la bouche des femmes malades atteintes de cancer lors de la causerie avec Mme Fatchima et l’équipe médicale. Les malades portent ainsi un double fardeau, celui de la maladie et celui la stigmatisation sociale. Leur environnement immédiat pense que c’est une maladie contagieuse et fatale. Ce qui les plonge dans une attitude de fatalisme et dans un état d’esprit faible et déprimé.

Avant de fréquenter le centre d’écoute et d’échanges, Hadjara H n’avait pas de connaissances sur le cancer. Elle se contente de ce que raconte son entourage qui l’isole par peur d’être contaminé. Elle a perdu tout espoir. C’est son premier passage dans le centre d’écoute et d’échanges et elle témoigne avoir pris connaissances de sa maladie et le comportement alimentaire à adopter pendant le traitement.

Aissa D aussi est non seulement évitée par ses proches mais également dissuadée de se rendre dans une formation sanitaire, car selon son témoignage son sein serait amputé et qu’elle mourait à la suite de celle-ci. Elle est donc encouragée à poursuivre un traitement traditionnel. Ce qui n’a pas donné de résultats concluants pour elle et a finalement décidé de se rendre au centre anti cancer. Les échanges avec le personnel du centre d’écoute et d’échanges ont donné espoir à Aissa qui croit désormais à la guérison.

Mariama S n’est pas évitée par ses proches, mais elle s’est auto confinée  et son esprit n’était figé que sur la maladie qu’elle porte. Mariama indique avoir perdu toute estime de soi. Mais maintenant, elle suit le traitement contre le cancer et fréquente désormais le centre d’écoute et d’échanges, un espace dans lequel elle cause avec des professionnels de la santé et des patients guéris. « Ce qui me remonte le moral et me donne espoir d’être guérie un jour», a-t-elle confié.

«C’est une maladie contagieuse, c’est une maladie fatale. Dès qu’on parle de cancer la société  pense à la  mort. Or une fois dépisté à temps, on peut guérir, l’on peut s’en sortir», a dit Mme Fachima.

Le centre d’écoute et d’échanges sur le cancer est un espace qui permet aux malades et à leurs proches de bénéficier de soutien moral et psychologique à travers des séances de sensibilisation animées par des professionnels sur plusieurs thèmes en rapport avec la maladie. Les activités du centre ont pour objectif d’aider les patients et leurs familles à mieux comprendre la maladie et sa prise en charge. Il s’agit entre autres des causeries individuelles et par groupe, des témoignages, la projection des documentaires et des films sur le cancer.

Le centre a aussi pour vocation d’aider les malades à rompre avec l’isolement, de diminuer le stress engendré par la maladie et les soins et aussi de valoriser l’estime de soi face aux effets secondaires du traitement.

Oumar Issoufou(onep)