Cérémonie de lancement de l’Initiative ‘’Adopte Une Rue’’ : Une initiative novatrice et salutaire de l’OEDD

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La Ministre de l’Environnement et de la lutte contre la désertification, Mme Garama Saratou Rabiou Inoussa, a présidé hier matin la cérémonie d’ouverture du lancement de l’initiative ‘’adopte une rue’’. L’objectif de cette rencontre est d’assurer de façon permanente l’amélioration du cadre de vie des populations pour une meilleure santé et un mieux-être.

En procédant au lancement, la ministre de l’environnement et de la lutte contre la désertification, Mme Garama Saratou Rabiou Inoussa, a dans son discours indiqué que l’Initiative ‘’Adopte Une Rue’’ ne manquera pas d’améliorer l’environnement et le cadre de vie des concitoyens. Il est connu de tous que les villes et les villages font notamment face à d’énormes problèmes de gestion de déchets et d’insalubrité, d’amenuisement des espaces verts et autres plantations d’embellissement.

C’est dans ce contexte, selon elle, et en vue de contribuer à apporter des solutions durables à cette situation peu reluisante que son département ministériel, le gouvernorat de la région, la ville de Niamey, avaient conjointement lancé en décembre 2019, un Pacte Eco Citoyen, initié par l’Organisation pour l’Environnement et le Développement Durable (OEDD), dont la détermination à œuvrer pour un environnement sain et un meilleur cadre de vie de la population n’est plus à démontrer.

Mme Garama Saratou Rabiou Inoussa a, à cet effet rappelé que le pacte éco citoyen est un engagement volontaire et individuel du citoyen à adopter de nouveaux réflexes et comportements responsables pour mieux protéger et gérer l’environnement. Selon elle, il constitue un instrument privilégié, une opportunité de se saisir, pour travailler chacun en ce qui le concerne, à l’avènement d’un environnement sain et d’un développement durable dans le pays.

La ministre de l’environnement et de la lutte contre la désertification a en outre notifié que le pacte éco système est en parfaite cohérence avec les ambitions fortes de la diplomatie environnementale du programme de renaissance 3 du Président de la République du Niger.

Elle a par la suite souligné que son appropriation par chaque citoyen sera d’une contribution certaine à la mise en œuvre de la déclaration de politique du gouvernement, dans le secteur de l’environnement.

Elle a saisi cette occasion pour lancer un appel à l’endroit des autres partenaires pour emboiter le pas à la coopération luxembourgeoise, pour qu’une telle opération soit répliquée à travers de nombreuses rues de Niamey, dans les villes et villages du pays.

La ministre de l’environnement a enfin conclu que ses services compétents sont naturellement disposés, à apporter l’expertise et les conseils nécessaires, en collaboration avec l’ONG OEDD et les collectivités concernées, pour la génération de cette noble initiative, en particulier à l’endroit des institutions de la république, et des partenaires techniques et financiers.

Auparavant, le chargé d’affaire du Grand-duché de Luxembourg, M. Eric Dietz, a dans intervention indiqué  qu’avec le ministère de l’environnement, de la lutte contre la désertification, les municipalités, les citoyens, travailleront pour que cette artère de la Rue de l’Azawak soit un exemple de salubrité, un modèle de rue propre, ombragée et attrayante qui contribue à la santé et au mieux-être des citoyens.

Il a en plus rassuré que le grand-duché du Luxembourg sera aux côtés du Niger pour su’il continue à enregistrer des réels succès dans divers domaines du développement économique et social.

De son côté, le président de l’Organisation pour l’Environnement et le Développement Durable (OEDD), M. Idi Ango Omar, a dans son allocution mentionné que l’initiative adopte une rue est en effet un engagement qui exprime une volonté de diverses parties prenantes à œuvrer ensemble pour réaliser des activités continues de salubrité et d’hygiène, de plantation d’arbres d’ombrage et d’ornement le long de la rue ainsi que des aménagements divers.

Il a en outre ajouté que de nombreux défis seront à relever notamment pour le boulevard qui pour l’instant ne dispose ni de système d’évacuation des eaux de pluies, ni de gestion des eaux usées.

Le président de l’OEDD a enfin rassuré de leur détermination pour participer avec tous les riverains et toutes les parties prenantes à la transformation de la rue à travers un plan d’aménagement pertinent et cohérent.

Par Farida Ibrahim Assoumane(onep)