Défense Nationale : 1558 élèves-gendarmes prêts à servir la Nation

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de la Défense nationale, M. Alkassoum Indatou, a présidé le vendredi 18 mars dernier, la cérémonie officielle de présentation au drapeau et le baptême de la 54ème promotion des élèves-gendarmes. Baptisés du nom du Général Harouna Djibo Hamani, les 1558 élèves-gendarmes dont 72 filles, ont suivi une formation intensive en technique de combat et en droit pénal et connexes pendant 12 mois. Ces nouveaux gendarmes sortent de l’école à un moment où le Corps d’Armes de la Gendarmerie Nationale du Niger fait face à un défi sécuritaire sans précédant.

La promotion Général Harouna Djibo Hamani constitue l’un des plus grands contingents formés par la Gendarmerie Nationale. Malgré ce nombre important de 1.558 élèves-gendarmes formés dans l’enceinte du Centre d’Instruction de Koira Tegui, à Niamey, le Commandement et l’encadrement assurent les autorités de la  qualité de la formation reçue et des résultats obtenus par ces élèves qui viennent renforcer les effectifs du Corps à un moment où il est sollicité sur tous les fronts pour conduire des missions polyvalentes, et cela dans un contexte de défis sécuritaires multiples et complexes dans le pays et dans l’ensemble de la zone sahélienne.

A la cérémonie de présentation au Drapeau, le Haut-commandant de la Gendarmerie Nationale, le Général de corps d’Armée, Lawel Chékou Koré, a rappelé à ces élèves-gendarmes qu’ils appartiennent désormais à la grande famille des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et les a instruit à être respectueux, loyaux et dévoués à la patrie. «Vous allez bientôt regagner vos unités, où vous serez confrontés aux réalités du terrain. Demeurez toujours lucides, restez disciplinés et prenez conseils auprès de vos anciens. Vous devez à tout moment garder à l’esprit que la situation sécuritaire actuelle impose à tout soldat de se mettre toujours prêt pour le combat», a précisé le Haut-commandant de la Gendarmerie Nationale.

Le Général de corps d’Armée Lawel Chékou Koré a expliqué qu’en leur qualité de gendarmes, la mission de protection des personnes et des biens que doivent remplir les éléments de la 54ème promotion, leur impose d’être toujours disponibles pour la population grâce à des actions de proximité. «Cette mission du gendarme doit s’appuyer sur vos connaissances militaires et professionnelles solides acquises à l’école. Sachez que l’ennemi est diffus, et l’adversité est permanente. Seule une saine collaboration avec la population pourra vous aider dans l’accomplissement efficace de vos missions de police administrative, judiciaire et militaire», a dit le Haut-commandant de la Gendarmerie Nationale à la promotion Général Harouna Djibo Hamani.

La formation de l’ensemble de la promotion, a affirmé le Lieutenant-Colonel Mallam Yaganami Mahaman Kosso, directeur de l’école de la Gendarmerie Nationale, a duré 12 mois calendaires et s’est déroulée en deux (2) phases. La première phase qui est essentiellement militaire, a consisté «à faire acquérir aux élèves – gendarmes des aptitudes tactiques et techniques en vue d’être efficaces au combat», tandis que la seconde phase «a été consacrée à l’acquisition de connaissances en droit pénal et procédure pénale, police judiciaire, administrative et militaire, maintien de l’ordre public etc…».

Pour la première fois dans l’histoire de l’école de la Gendarmerie Nationale, s’est réjoui le Lt-Colonel Mallam Yaganami, le Commandement a répondu favorablement aux sollicitations de l’école et a introduit au sein du Centre d’Instruction le culte de la culture du mérite et de l’excellence en élevant, dès l’école de formation, le major de la promotion au grade de gendarme de deuxième classe. Il a ajouté que pendant toute la durée de formation, les élèves-gendarmes de la 54ème promotion ont appris à cultiver «un sens élevé de discipline et de cohésion au sein de leur promotion», ce qui les aidera sans le moindre doute «à vaincre l’adversité dans le strict respect des droits humains et du droit international humanitaire».

Souleymane Yahaya(onep)