Editorial : Pour un Niger vert !

Edito
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Niger célèbre, ce jour 03 août 2020, le soixantième anniversaire de la procla-mation de son indépendance, le 03 août 1960. Cela fait donc soixante ans que le Niger a accédé à la souveraineté internationale, après un peu plus de soixante-dix ans vécus sous le joug de la colonisation.

Comme vous le savez, depuis l’avènement du Conseil Militaire Suprême (CMS), la junte militaire qui dirigea le pays de 1974 à 1987, la commémoration de la fête d’indépendance a été toujours placée sous le signe de la plantation d’arbres, un peu partout sur le territoire national. Par cette initiative, le Général Seyni Kountché ambitionnait de reverdir le Niger menacé de désertification et de déboisement. Avec le recul du temps, on peut constater que le Président du CMS était un écolo avant l’heure.

Aujourd’hui, la question environnementale, en plus d’être une priorité nationale dans un pays sahélien comme le Niger, est également une problématique planétaire avec notamment le réchauffement climatique qui menace dangereusement l’existence même de notre planète. La prise de conscience mondiale du phénomène a conduit à l’élaboration et à l’adoption de plusieurs conventions internationales relatives à la protection et à la sauvegarde de notre environnement. Qu’il s’agisse des 03 Conventions de Rio de Janeiro, appelées couramment ‘’Sommet de la Terre’’, ou de la Convention de Kyoto sur la biodiversité, la COP 21 de Paris et bien d’autres, notre pays est partie prenante de toutes ces conventions.

Tout ceci montre à quel point la question environnementale constitue un défi extrêmement important pour un pays comme le Niger, pays sahélo-saharien avec un climat tropical sec et une végétation peu abondante. On imagine donc que la prise en compte de la composante environnementale revête un intérêt hautement stratégique à la fois au plan alimentaire, économique et social. C’est pourquoi les plus hautes autorités du pays accordent une attention toute particulière à la célébration de ce que l’on appelle communément La Fête de l’arbre au Niger.

Cette année, la commémoration de cette fête intervient dans un contexte sanitaire particulier lié à la pandémie de la COVID-19 qui ébranle le monde entier depuis des mois avec son cortège macabre de milliers de morts, un peu partout sur la planète terre. Cependant, en dépit de cette situation sanitaire préoccupante, les plus hautes autorités du pays, en l’occurrence le Président Issoufou Mahamadou, ont tenu à honorer ce grand rendez-vous écologique national, dont le clou de la manifestation se tiendra dans la capitale de l’Aïr, Agadez.

Grand écolo dans l’âme, le Président Issoufou aura participé à tous les grands rendez-vous environnementaux planétaires, tant il est conscient de la place importantissime du développement durable pour un pays comme le Niger menacé quotidiennement par l’avancée dangereuse du désert, la déforestation humaine et surtout par les changements climatiques avec leurs lots de conséquences comme les irrégularités pluviométriques et les crises alimentaires qui s’en suivent inéluctablement. Déjà avec l’Initiative 3N et les multiples projets portant sur la résilience des populations face aux conséquences des changements climatiques, le Niger peut se prévaloir aujourd’hui de tenir le bon bout dans cette lutte épique pour endiguer ces fléaux qui menacent la survie même de notre pays.

Voilà pourquoi, parce que conscient de la fragilité de notre tissu environnemental, tout comme des défis sécuritaires pour lesquels il se bat nuit et jour, le Président Issoufou le Chef d’Etat n’a guère cesser de rappeler et marteler aux grands de ce monde, qui sont en même temps les grands pollueurs, leurs responsabilités afin de réparer les dégâts causés sur notre environnement par leurs industries.

C’est donc en prenant en compte tous ces enjeux et pour marquer l’événement d’une pierre symbolique que le Président Issoufou a décidé de transporter la fête au cœur du Sahara, à Agadez. Tout un symbole en matière de lutte contre la désertification…

 

Bonne Fête de l’arbre, et bonne fête de l’indépendance, chers compatriotes !

 

 

Zakari Alzouma Coulibaly