Elections locales 2020/arrondissements communaux 1,2,3 et 4 : Affluence des électeurs et retard dans le début des opérations

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

Les Nigériens et Nigériennes ont exercé hier, 13 décembre 2020, leur droit civique à travers la tenue des élections locales. Ce premier scrutin des élections générales 2020-2021 constitue un tournant décisif pour la démocratie à la base en ce sens qu’il permettra d’élire ou de réélire ceux et celles qui seront à la tête des collectivités territoriales. Mieux, ces élections locales renforceront le processus de la décentralisation à travers un meilleur ancrage de la démocratie à la base. A Niamey, les électeurs et électrices sont sortis massivement pour accomplir leur droit civique dans la plupart des bureaux de vote notamment ceux des arrondissements communaux Niamey 3 ; 4 ; 2 et 1.

A l’école primaire poudrière III, six (6) bureaux de vote sont installés. Le bureau de vote N 157 compte 425 inscrits sur la liste électorale. Ici, les opérations de vote ont debuté à 9 h 20mn selon le président du bureau de vote M. Chefoulaye Zakari. Le matériel électoral est disponible. Deux urnes sont déposées sur une table dont l’une pour l’élection des conseillers d’arrondissement et l’autre pour les conseiller de Ville. L’affluence des électeurs est timide ici parce que le nombre de personnes dans la file d’attente peut être compté à bout de doigt. Pendant ce temps, certains électeurs munis de leurs récépissés délivrés à l’enrôlement se présentent à ce bureau de vote pour à la fois retirer leurs cartes d’électeur et voter. «Il va falloir attendre l’arrivée de ces cartes d’électeurs pour accomplir votre droit de vote», a expliqué le président du bureau de vote ¨N 157 à un électeur visiblement impatient.

Au bureau de vote N 153, le retard accusé dans l’acheminement des bulletins a retardé le démarrage du scrutin. «Nous étions obligés d’attendre ces bulletins sans lesquels on ne peut pas démarrer les opérations de vote. Maintenant que nous avons commencé, je pense que tout va bien.  D’ores et déjà, sur 426 électeurs inscrits sur la liste électorale, près de 30% ont accompli leu droit de vote. Le seul problème qui n’est pas encore résolu, c’est le fait que plusieurs électeurs se présentent ici avec seulement le reçu de l’enrôlement biométrique, croyant que leurs cartes d’électeurs sont disponibles à notre niveau», a expliqué le président du bureau de vote M. Idrissa Abdou Abdoul-Aziz.

Quelques instants après, un membre de la commission communale de la CENI Niamey 3 M. Kamilou Adamou arrive sur une moto avec deux urnes contenant les cartes d’électeurs de ceux et celles qui n’ont pas pu récupérer. Il est 12h 40 mn déjà. L’indisponibilité des cartes d’électeurs au niveau des six (6) bureaux de vote installés à l’école primaire Poudrière III est imputable selon Kamilou Adamou à l’agent de l’Etat civil de l’arrondissement communal Niamey 3. «Nous avons dit à l’agent d’état civil de l’arrondissement communal Niamey 3 de mettre toutes cartes d’électeurs non récupérées dans les urnes appartenant aux bureaux de vote ou ces propriétaires vont les trouver sur place. Celui-ci dit avoir oublié ces cartes d’électeurs. Et c’est pourquoi, nous sommes en train de rattraper en déposant chaque lot de cartes d’électeur au bureau de vote indiqué», a  précisé M. Kamilou Adamou.

A l’arrondissement communal Niamey 4, le bureau de vote N 253 installé au CEG 22 n’est pas encore ouvert à 12 h 57 mn. Les membres de ce bureau de vote s’activent pour pouvoir débuter les opérations avec l’aide de deux éléments de sécurité. Certains électeurs étaient visiblement au bout de leur patience. Dans une longue file d’attente, les électeurs crient à l’impréparation de ce scrutin qui doit leur permettre d’élire celui ou celle qui présidera aux destinées de l’arrondissement communal Niamey 4. Selon le président de ce bureau de vote M. Moussa Garba, la CENI a accusé énormément de retard pour acheminer les membres du bureau de vote. Abondant dans le même sens, un délégué de ce bureau de vote affirme que le matériel électoral est arrivé avant 8 heures. Mais, le président et le secrétaire ne sont venus à temps pour commencer les opérations de vote. Au niveau de ce bureau de vote qui compte 491 électeurs inscrits, le vote n’a pas encore débuté jusqu’à 13 h 10 mn.

C’est le même constat au niveau du bureau de vote 249 érigé toujours dans l’enceinte du CEG 22 au quartier Talladjé. Abdoulaye Illiassou est le responsable de ce bureau de vote qui compte 491 électeurs inscrits sur la liste électorale. Certains d’entre eux sont présents à la porte d’entrée en attendant que le dispositif de vote soit mis en place. Les opérations de vote n’ont commencé qu’à 13 h 13 mn ici. Cet état de fait n’a point entamé la détermination et le moral des électeurs qui ont décidé d’attendre le début du vote. L’affluence des électeurs est d’ailleurs perceptible à travers des files d’attente formées dans le respect et la discipline. Le retard accusé par rapport au démarrage des opérations de vote semble être la chose la mieux partagée pour la quasi-totalité des bureaux de vote installés au CEG 22.

L’école primaire Boukoki 2 accueille un nombre important des bureaux de vote dont le bureau N 105 qui dénombre au total 456 inscrits sur la liste électorale. Ce bureau a ouvert à 12 h 30 mn selon la présidente Samaou Morou. Ce retard s’explique selon elle par le fait que certains matériels de vote comme les bulletins n’étaient pas disponibles à 8 heures. Ici, les carte d’électeurs de ceux et celles qui n’ont pas pu les récupérer sont disponibles. Les propriétaires viennent seulement avec leur reçu pour récupérer et accomplir tranquillement leur droit de vote. Au bureau de vote N 107, on invoque la présence d’une seule urne au départ. Ce qui n’a pas permis aux opérations de vote de commencer à temps. La seconde urne, en l’occurrence celle des conseillers d’arrondissement manquait au départ.

Dans l’arrondissement communal Niamey I, les membres du bureau de vote N 7  logé au CES Yantala appelé aussi ex CEG 6, viennent de reprendre les opérations de vote après avoir observé une pause déjeuner. Il est 14 h 15 mn. Abdoul-karim Salifou Maazou est le président ce bureau de vote qui compte 413 électeurs inscrits. Il affirme avoir ouvert le bureau de vote à 8 h 00 mn. Tout le matériel de vote est aussi disponible avec un isoloir bien installé pour le secret du vote. L’affluence des électeurs est timide. Cependant, Abdoul-Karim précise que beaucoup d’électeurs ont déjà accompli leur devoir dans la matinée. Selon lui, 60% des électeurs ont voté. Au bureau de vote voisin, c’est-à-dire le numéro 8, l’affluence est aussi faible. Dr. Moussa Fatoumata est une électrice qui vient d’exercer son droit civique. «Je suis contente d’accomplir ce devoir citoyen. Je pense qu’à travers ce scrutin appelé élections locales, le peuple est plus proche de réaliser ses espoirs et avoir les bénéfices de sa citoyenneté. J’espère que l’organisation du scrutin pourrait permettre à chaque Nigérien d’exercer ce droit comme moi», dit cette électrice qui fonde l’espoir que la CENI va corriger les manquements observés avant les scrutins à venir.

«Je constate que les mesures barrières ne sont pas aussi respectées aussi bien pour les électeurs que par les membres des bureaux de vote. La CENI doit intégrer toutes ces précautions dans le processus de ces opérations», a relevé Dr Moussa Fatoumata. Ce constat est valable dans la plupart des centres vote. En effet, en dépit de la résurgence de la pandémie à coronavirus, les électeurs et les membres des bureaux de vote visités ne respectent pas les mesures barrières telles que le port du masque et la distanciation physique.

Hassane Daouda(onep)