Entretien avec le Directeur Régional des Transports de Diffa : «Dans le cadre de Diffa N’GLA, il est prévu la construction de plusieurs infrastructures dont la prolongation de la piste d’atterrissage» déclare M. Bagalé Malam Daouda

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

le directeur pouvez-vous nous rappeler les missions assignées à la Direction régionale des Transports de Diffa ?

Le Service départemental des Transports a été créé en 1984 avant d’être érigé en Direction régionale des Transports par arrêté N°82/ME/I/T/DGT en date du 22 Juillet 1999. La Direction régionale des Transports de Diffa est composée d’un secrétariat ; d’un service d’immatriculation ; d’un service de visite technique ; d’un service de la circulation et de la sécurité routière ; et d’une régie des recettes. Outre ces structures, un Centre Technique des Transports (CTT) a été créé à N’Guigmi en 2007. Mais celui-ci n’est pas opérationnel depuis 2009 par manque d’activités (manque de personnel).

Le transport est un secteur d’appui aux activités économiques et sociales de la région; il a trois avantages que sont la contribution à la promotion de la compétitivité de l’économie régionale et l’approvisionnement en produits divers ; l’accès aux services sociaux de base (école, formations sanitaires, marchés,…); le brassage entre les populations de la région, l’espace national et transfrontalier.

Conformément à l’Arrêté N°000062/MT/SG/DL du 15 Juillet 2015, la Direction régionale des transports est chargée de la mise en œuvre des politiques  et stratégies dans les domaines des transports. Elle assure la promotion, l’organisation des transports dans les régions. A ce titre elle est chargée de veiller à l’application des textes législatifs et réglementaires ; de participer au contrôle des infrastructures de transports ; d’assurer l’exploitation des infrastructures des transports et du matériel de franchissement des obstacles naturels se trouvant sur le tracé des routes et chemin de fer ; d’assurer les visites techniques périodiques d’homologation des embarcations affectées aux transports public et privé des personnes et des marchandises ; d’assurer l’immatriculation des embarcations ; d’assurer la collecte des informations relatives aux accidents de la circulation routière ; d’organiser et procéder à l’évaluation des candidats aux permis de conduire ; de veiller au respect des programmes de formation et d’évaluation des candidats au permis de conduire ; de suivre et contrôler les activités des établissements d’enseignement de la conduite automobile ; de suivre et contrôler les activités de garages et des centres de formation en mécanique automobile ; d’assurer le contrôle technique des véhicules terrestres automobiles à moteurs, des remorques et des semi-remorques ; de délivrer, par délégation, les autorisations locales des transports terrestres de marchandises et des voyageurs ; d’effectuer avec l’assistance des Forces de Défense et de Sécurité (Police et Gendarmerie) des contrôles inopinés des véhicules automobiles ; d’apporter un appui/conseil aux partenaires et aux collectivités territoriales dans le secteur des transports ; d’assurer la tutelle des centres techniques et des structures sous tutelles (aviation civile, météorologie et Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports Publics).

 

Avez-vous les moyens nécessaires pour accomplir toutes ces missions?

 

Malgré les efforts déployés pour la modernisation de l’administration régionale des transports (dotation en matériels informatiques neufs et mobiliers de bureau, renforcement de capacité du personnel, …,) quelques difficultés existent. Le Centre Technique des Transports de Nguigmi est le seul service déconcentré dans la région, qui n’a fonctionné que deux (2) ans depuis sa création en 2009. La vétusté du véhicule acquis depuis 2007, est  un handicap pour les missions foraines ; il ya aussi l’exiguïté des locaux avec l’installation de deux nouvelles sociétés, d’où la nécessité de la construction d’une nouvelle salle d’archives pour protéger les documents et d’une nouvelle salle d’examen. A cela, il faut ajouter l’insuffisance du

personnel (informaticien, documentaliste, archiviste, secrétaire et chauffeur-planton); l’abandon des travaux de construction des nouveaux locaux de la DRT depuis plus de 20 ans ; la clôture partielle de l’Aéroport de Diffa ; la dégradation avancée des logements et murs de clôture ; l’insuffisance des moyens financiers pour le fonctionnement.

 

Comment se déroulent à votre niveau les opérations des permis biométriques et les nouvelles immatriculations ?

Au début nous avons connu quelques difficultés dont entre autres le faible débit de connexion pour le traitement de Permis de Conduire Biométrique et l’absence de la représentation bancaire en ce qui concerne les Cartes Grises. C’est pourquoi il y a eu du retard dans leur délivrance. Mais aujourd’hui, le débit de connexion est parfait, les opérations de permis de conduire biométrique se poursuivent normalement. S’agissant des certificats d’immatriculation ou Cartes Grises, deux (2) conventions ont été signées, dont une entre la Banque Atlantique et la BIA et la deuxième entre SONILOGA et la compagnie de téléphonie mobile Moov,  pour le versement des frais y afférents.

L’Aéroport de Diffa connait ces derniers mois, une intense activité compte tenu du contexte sécuritaire et de la fête tournante du 18 Décembre, pouvez-vous nous présenter cet aéroport ?

Cet aéroport a été construit entre 1980 et 1981 et a été ouvert au trafic en juin 1982. La longueur de la piste est de 1.800 m avec une largeur de 30 m. il a connu une réhabilitation en 2004 et est partiellement clôturé. Dans le cadre de «DIFFA N’GLA», il est prévu la construction de plusieurs infrastructures dont entre autres : la prolongation de la piste d’atterrissage qui passera de 1800 m à 3000 m et la largeur de 30 m à 45 m; un bloc technique ; un aérogare ; une tour de contrôle ; un salon présidentiel ; un salon d’honneur ; un parking ; un bâtiment de sécurité incendie ; la construction du tronçon RN1E-Aéroport ; et une adduction d’eau. En ce qui concerne le service de la météorologie qui a été créé en 1982, il a pour mission de relever les paramètres météorologiques (pluviométrie, température, humidité, vent, …) afin de transmettre au niveau central pour exploitation. Il est à noter que ce service travaille 24H/24H.

Avez-vous un message particulier à l’endroit des usagers de la route de  Diffa ?

Je remercie l’ONEP pour cette opportunité qui m’est offerte pour concrétiser une véritable visibilité de la Direction régionale des Transports de Diffa. Aussi je profite de cette occasion pour lancer un appel aux conducteurs des taxis urbains (conducteurs des tricycles) de respecter le code de la route ; à tous les usagers, qui désirent immatriculer leurs véhicules, que le versement des frais y afférents se font à la BIA ou à la compagnie de téléphonie Moov à travers Flooz.

 

Réalisé par Mato Adamou ONEP  DIFFA