Ferme “Kizha Intégrante Farm” : Une affaire de famille

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’entreprenariat agricole et le retour à la terre, semble de plus attirer les jeunes au Niger. Plus qu’une vocation, certains jeunes font de l’entreprenariat agricole une affaire de famille. C’est le cas des enfants Ibrahima initiateurs de la ferme ‘’Kizha Intégrante Farm’’, implantée à Jangoré dans la commune de Tamou (région de Tillabéri).

Kizha Intégrante Farm est une entreprise/ ferme familiale créée en 2017 par quatre jeunes, 3 soeurs et 1 frère à savoir Kaltoumi Ibrahima la promotrice qui est nutritionniste de formation, Ismael Ibrahima et Zhénia Ibrahima qui sont des étudiants et la petite lycéenne Halima Ibrahima, tous coachés par un père vétérinaire, Dr Ibrahima Mahamadou. L’objectif de leur entreprise est de promouvoir l’insertion des jeunes dans l’entrepreneuriat agricole à travers le développement des filières et chaînes de valeurs agro-sylvo-pastorales.

Selon le parrain, Dr Ibrahima Mahamadou, l’entreprise travaille dans le domaine de l’embouche bovine de la multiplication des semences de l’arboriculture fruitière, de l’aviculture et de l’élevage naisseur des ovins. « Cette année, nos manguiers sont entrés en production. Nous faisons aussi le maraîchage notamment la production de la pastèque, du melon et du piment vert. Le piment vert est vraiment un produit très intéressant qui est demandé toute l’année. C’est pourquoi, nous développons des variétés de piment qui produisent toute l’année. Nous avons aussi un atelier d’embouche et parallèlement nous avons monté aussi une petite unité de culture fourragère où nous cultivons le poids dengole communément appelé ‘’Adass’’» explique Docteur Ibrahima Mahamadou.

Cependant, cet entrepreneur agricole dit faire face à un facteur bloquant ses initiatives dans le domaine de l’élevage. Il s’agit notamment de l’alimentation du bétail. «C’est d’ailleurs pourquoi, nous avons initié des cultures fourragères au niveau de notre ferme pour pouvoir supporter les coûts de l’alimentation. Quand on doit emboucher, on acquiert des aliments complémentaires tels que le son de blé et le tourteau», explique Dr Ibrahima.

A par les membres de la famille, la ferme emploie actuellement deux personnes à plein temps. Ces deux employés sont notamment chargés de la vente des produits maraîchers et ceux de l’embouche. «Nous avons une clientèle fidèle qui nous achète tout. Nous n’avons pas de problème d’écoulement», affirme Docteur Ibrahima Mahamadou. Un avantage dû selon ce fermier par la qualité de leurs produits qui, dit-il, sont entièrement Bio.

Comme la majorité des entrepreneurs agricoles du Niger, Dr Ibrahima Mahamadou fait face à des difficultés d’investissement notamment. «Jusqu’à présent, nous avons fait tout sur nos propres économies. On a besoin d’un accompagnement ne serait-ce que pour clôturer une partie du champ qui n’est pas encore clôturée et pour construire certaines infrastructures telles que des étables plus modernes en matériaux définitifs», déclare-t-il.

Malgré ces difficultés évidentes, cette ferme a participé au SAHEL 2022 où elle a présenté un taureau qui a été sélectionné pour représenter la Région de Tillabéri. Ce taureau est le fruit d’une insémination artificielle avec un mâle de race Holstein, dont les semences ont été fournies par le Programme d’Amélioration Génétique (PNAG) et  une femelle de race Goudali. L’objectif de cette insémination est d’assurer une bonne production de lait et de viande, mais aussi d’avoir des sujets aptes à tirer les charrettes. Ce taureau a fait remporter à ses propriétaires le deuxième prix «Jeune entrepreneur» de la BAGRI, cette année.

Indatou Harouna(onep)