Film « Un coin du ciel noir » : Le plaidoyer émouvant du cinéaste Djingarey A. Maïga pour une inclusion sociale des albinos

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

La stigmatisation dont sont victimes les albinos dans certaines sociétés et le sort déplorable qui leur est réservé ont inspiré le cinéaste nigérien Djingarey Abdoulaye Maïga qui leur a consacré le film « Un coin du ciel noir », un long métrage de 90 mn sorti en 2018.

Le doyen des cinéastes nigériens, Djingarey Abdoulaye Maïga a fait des préjugés sur les albinos le sujet de son 9ème long métrage intitulé « Un coin du ciel noir ».  On entre dans le vif du film quand, une nuit sous un ciel menaçant, les deux principaux acteurs de cette fiction se rencontrent par hasard. Tanko, un avocat, fait la rencontre de Katy, une jeune albinos issue d’une famille modeste et élève dans un lycée. La connaissance fortuite avec Tanko sera salutaire pour Katy déterminée à réussir à l’école malgré les difficultés liées à sa condition.

Tanko, engagé dans la défense des personnes vulnérables, tombe amoureux de Katy, et se bat contre les préjugés que sa famille et ses amis ont vis-à-vis de sa fiancée. La maman du jeune avocat est particulièrement angoissée à l’idée de devenir grand-mère d’enfants albinos. 

Sans occulter d’autres sujets de préoccupations pour le commun des citoyens (la justice, la politique, la corruption), « Un coin du ciel noir » reste un plaidoyer émouvant sur la situation des albinos. Zeynabou Seydou de l’association des femmes albinos du Niger qui incarne Katy l’actrice principale de ce film, amène à comprendre, à sentir la stigmatisation dont les albinos font l’objet et leurs peurs. On perçoit aussi à travers ce film le message selon lequel les albinos peuvent avoir une vie comme tout le monde. Ce qu’illustre Zeynabou Seydou qui est l’actrice principale de ce film. Un rôle qu’elle joue assez bien pour une première apparition dans le cinéma.

Le long métrage a remporté quatre prix à l’issue de la 4èmeédition de Toukountchi festival de cinéma du Niger en novembre 2019, dont le Prix Paulin Soumanou Vieyra de la Fédération africaine de la critique cinématographique (FACC). Le jury avait attribué ce prix au film pour l’intérêt de son sujet humaniste, la défense des valeurs humaines et la qualité exceptionnelle de ses choix esthétiques.  «Un coin du ciel noir» est un hymne à l’amour sans intérêt, à la reconnaissance du droit de toutes les races à jouir de leurs pleins potentiels et à être acceptées dans la société », ont estimé les membres du Jury.

 Souley Moutari(onep)