Fin du séjour du Médiateur de la République au Burkina Faso: Me Ali Sirfi Maiga salue le label de la démocratie burkinabè

Société
Spread the love

Sharing is caring!

En visite de travail au Burkina Faso depuis le jeudi 11 mars dernier, le Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maiga, président de l’Association des Médiateurs des Pays membres de l’espace UEMOA, (AMP-UEMOA) a assisté à la cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Institut  international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE). Le lendemain, Me Ali Sirfi Maiga a été  reçu en audience  par le  président du Faso, SE Roch Marc Christian Kaboré.

A sa sortie d’audience, le Médiateur de la République a déclaré qu’il est venu saluer, au nom de ses pairs de l’UEMOA, la réussite des élections couplées présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 au Burkina Faso. «Le Burkina Faso a bouclé son processus électoral dans le calme et la sérénité, et pour cela, mes pairs de l’espace UEMOA m’ont mandaté pour venir présenter toutes leurs félicitations pour la bonne tenue du scrutin, mais aussi présenter leurs félicitations au président du Faso pour sa réélection», a indiqué le président de l’Association des médiateurs de l’espace UEMOA. Il a souligné que les élections sont des moments de grandes respirations démocratiques et constituent également des moments d’espérance et d’inquiétudes. «L’expérience du Burkina Faso est un label démocratique et les médiateurs dont le cœur de mission est de contribuer à favoriser l’approfondissement de la démocratie et de l’Etat de droit, ont décidé de reconnaitre cet exploit», a soutenu Me Ali Sirfi Maïga.

Le médiateur de la République du Niger a aussi rendu compte au Président du Faso d’une mission de médiation, menée par son homologue burkinabè, Mme Saran Séré Sérémé, au profit d’étudiants nigériens inscrits à l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE). C’est d’ailleurs suite à cette médiation entreprise par Me Ali Sirfi Maiga avec la collaboration du Médiateur du Faso que nos étudiants de 2IE sont entrés en possession de leurs parchemins. A cette occasion, le Médiateur de la République a indiqué que l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement est vital pour nos Etats aux prises à des aléas climatiques récurrents, mais déterminés à se battre pour leur développement. Il a vivement remercié le directeur général de l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et

de l’Assainissement d’avoir consenti la libération des diplômes qui fait l’objet de la présente cérémonie.

«Monsieur le directeur général, l’Institut que vous avez l’honneur de diriger joue un rôle capital dans le développement de nos Etats. Créé en 2007, il résulte de la fusion et de la restructuration des ex-écoles- inter-Etats et Ecole des Techniciens de l’Hydraulique et de l’Equipement Rural. Elles sont créées respectivement en 1968 et 1970 par 14 Etats d’Afrique de l’Ouest et du Centre, parmi lesquels le Burkina Faso et le Niger, déterminés à doter leurs nouvelles structures gouvernementales, issues des indépendances, de cadres formés sur leur propre continent, avec leurs propres moyens et leurs propres réalités» a dit le Médiateur de la République du Niger.

Le Médiateur du Faso, Mme Saran Séré Sérémé a plaidé pour un meilleur soutien des Etats à toutes les grandes écoles interafricaines et africaines pour répondre aux défis du développement. «C’est la seule voie si nous voulons peser en Afrique et dans le monde» a-t-elle ajouté. Elle a enfin interpellé la jeunesse pour une plus grande responsabilité à reprendre le flambeau.

Quant au directeur général de 2IE, il a souligné que cette cérémonie consacre l’excellence de cette grande école internationale qui compte en son sein 27 nationalités. Il a ajouté que cette école a formé des milliers de cadres africains dans les domaines de l’eau, des travaux publics, de l’énergie etc. Il a remercié les deux Médiateurs du Niger et du Burkina Faso qui lui ont fait l’honneur d’assister à cette cérémonie, de plaider auprès des Etats pour continuer à financer cette école qui est un outil efficace d’intégration africaine.

 Oumarou Moussa(onep)