Formation des responsables des médias sur l’accès équitable et le pluralisme : Permettre aux journalistes de jouer pleinement leur rôle en cette période électorale

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et le Ministère français des Affaires Etrangères a organisé hier matin à Niamey un atelier de formation des responsables des médias sur l’accès équitable et le pluralisme. Conformément à ses prorogatives, le CSC voudrait, à travers cette rencontre d’échanges, outiller ces responsables sur les modalités d’accès notamment sur tous les formats de productions surtout en cette période électorale pour que les journalistes puissent jouer efficacement leur rôle. C’est le président du CSC, Dr Kabir Sani qui a présidé l’ouverture des travaux.  

L’objectif de cet atelier est de sensibiliser les responsables des médias publics et privés sur les modalités d’accès notamment sur tous les formats de productions entre autres des messages, portraits des candidats en lice en vue de contribuer à des élections libres, transparentes et apaisées, de faire bénéficier aux candidats d’un accès équitable et effectif, de respecter le pluralisme d’opinion sur les médias publics et privés.

A l’ouverture des travaux, le président du Conseil Supérieur de la Communication, Dr Kabir Sani a rappelé que les articles 156 et 157 de la Constitution du 25 Novembre 2010 confèrent au Conseil Supérieur de la Communication le statut d’une autorité administrative et indépendante. Il a ajouté que le CSC a pour mission de garantir la liberté et l’indépendance des moyens de communication audiovisuelle, de la presse écrite et électronique dans le respect de la loi.

Selon Dr Kabir Sani, le CSC a entre autres pour mission de veiller au respect de la mission du service public conférée aux médias d’Etat, au respect de l’accès équitable et effectif des citoyens, des associations, des syndicats et des partis politiques aux moyens publics de l’information et de la communication, au respect de la pluralité d’opinion dans les médias publics et privés.

Evoquant le choix du thème retenu, le président du Conseil Supérieur de la Communication a dit que le choix du thème sur «accès équitable et le pluralisme d’opinion» se justifie amplement par le contexte électoral auquel fait face notre pays. En tant qu’Autorité de Régulation des Médias, «nous avons la lourde responsabilité d’assurer l’accès égal et/ou équitable des candidats, partis politiques ou groupements des partis politiques aux médias publics et d’assurer le pluralisme et l’équilibre dans le traitement de l’information sur les médias privés au cours des élections municipales et régionales, législatives et présidentielles », a-t-il reconnu.

Dr Kabir Sani a rappelé aussi qu’en période électorale, moment par excellence d’importantes activités médiatiques, le CSC a principalement pour rôle de réguler le flux d’informations générées par la communication politique. « Il a la charge d’une part de veiller au bon traitement de l’information électorale par les professionnels des médias; et d’autre part de garantir l’accès égal/équitable aux médias publics et privés des candidats et des partis politiques. Il s’agira aussi pour le CSC de veiller à la pluralité d’opinions de toutes les forces politiques en compétition pour la conquête du pouvoir, au sein des médias publics et privés», a-t-il conclu.

Mamane Abdoulaye(onep)