Formation et sensibilisation des conseillères municipales sur le code général des collectivités territoriales et les droits de la personne : Edifier les élues locales sur leur rôle et responsabilité

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Réseau des ONG de Développement et Association de Défense des Droits de l’Homme et de la Démocratie (RODADDHD) a organisé, le mercredi 4 août dernier à Niamey, une session de formation et de sensibilisation des conseillères municipales de la région de Niamey sur le code général des collectivités territoriales et les droits de la personne, couplée au lancement «du Projet de renforcement des capacités des conseillères municipales des communes rurales du Niger». C’est le secrétaire général du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation M. Saidou Halidou qui a présidé cette cérémonie

A l’ouverture des travaux, le Secrétaire général du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a salué cette initiative du RODADDHD qui, a-t-il dit, permettra aux élues locales de comprendre que l’exercice de leurs rôles et responsabilités ne peut se concevoir en dehors du cadre législatif et réglementaire de la décentralisation , ni se faire en ignorant les acteurs déjà présents sur la scène locale, au risque de compromettre sinon de contrarier l’atteinte des nobles objectifs qu’elles sont censées poursuivre, à savoir : l’ancrage durable de la démocratie locale, la bonne gouvernance territoriale, le développement de leurs collectivités et par effets d’entrainement l’amélioration des conditions de vie des populations. «Et c’est justement sur ce terrain que ces dernières seront sanctionnées, positivement ou négativement, par ces mêmes populations à la fin de leur mandat», a indiqué M. Saidou Halidou.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, cette initiative s’intègre effectivement dans les objectifs de la stratégie de formation des acteurs de la décentralisation définie par son département ministériel, et est en parfaite  cohérence avec les priorités du Programme de Renaissance Acte 3, notamment dans ses Axes 1 et 2 qui préconisent respectivement de «replacer le développement local au cœur des politiques en matière de décentralisation» et de «renforcer la gouvernance et la légitimité des collectivités territoriales».

Pour sa part, M. Mahaman Nouri du RODADDHD a rappelé qu’en 2011 le Fonds a appuyé le réseau dans la réalisation de l’audit du fichier électoral ayant servi à l’organisation des élections générales. Fort de cette expérience le RODADDHD a sollicité et obtenu pour une seconde fois, l’appui du FCIL

Auparavant, l’expert thématique du projet, M. Laoual Sayabou, a souligné l’objectif de ce projet qui se subdivise en deux parties. La première est l’appropriation du code général des collectivités qui est le cadre de référence de tout élu local. La deuxième partie concerne la question des Droits l’Homme qui est une question un peu dynamique et qui tient compte du texte. «Le Niger est aujourd’hui à la 4ème génération des droits de l’homme et évolue vers la 5ème génération. Mais, même la 1ère qui s’occupe des droits civils et politiques n’est pas bien internalisée par les citoyens à fortiori les droits économiques, sociaux et culturels qui ne sont pas bien défendus et bien appréhendés par ces derniers», a précisé M. Laoual Sayyabou.

Il faut noter que cette session de formation est organisée avec l’appui financier du Fonds Canadien d’Initiatives Locales (FCIL).

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)