Gestion des ressources humaines affectées au service public : La ministre de la Fonction publique demande aux DRH d’être rigoureux dans leur travail

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’auditorium de l’immeuble CNSS a servi de cadre, le vendredi 18 mars dernier, a une session d’échange entre la ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative Mme Daoura Hadizatou Kafougou et les principaux responsables de la gestion des ressources humaines des ministères et institutions de l’Etat. Ces échanges ont porté sur la problématique de la gestion efficace et rationnelle des ressources humaines de l’Etat. L’objectif  est de formuler les attentes de chaque groupe envers l’autre, mais aussi de proposer des solutions innovantes et non-onéreuses à même de contribuer à booster le développement du pays.

A l’ouverture des échanges, la ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative a rappelé la législation en vigueur au Niger en matière de gestion des ressources humaines et a exhorté les principaux responsables à exercer leur travail «dans la limite des compétences délégués aux autorités administratives concernées sur certains actes d’administration et de gestion courante de la carrière des agents de la fonction publique». L’appropriation des textes de base par les directeurs et responsables de la gestion des ressources humaines de l’Etat, a-t-elle insisté, est indispensable dans l’amélioration de la qualité de la gestion technique de la fonction publique.

Pour Mme Daoura Hadizatou Kafougou, la faible connaissance et le faible niveau d’application des dispositions statutaires régissant la carrière des agents de la fonction publique, l’absence d’un texte déterminant les missions types des directeurs des ressources humaines des ministères et institutions et fixant les profils des directeurs, de même que le suivi peu régulier de la carrière des agents de l’État et l’indiscipline de certains agents, sont actuellement quelques-uns des défis qui entravent la gestion des ressources humaines de l’Etat. Elle a également cité, dans le même registre, le non-respect des heures légales de travail, le retard et l’absentéisme de certains agents, le manque d’engagement personnel et de rigueur dans le travail.

A la suite de la ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative, les participants aux échanges ont, à l’unanimité, reconnu la nécessité de renouer avec les valeurs fondamentales de la fonction publique que sont le respect des textes, le respect de l’intérêt général et le sens du service public, la discipline à tout-égard, le goût du travail bien fait et de la rationalité. Les échanges ont permis d’aller en profondeur dans la compréhension des problèmes actuels que connaît le secteur et de définir le renforcement des capacités des responsables chargés de la gestion des ressources humaines de l’Etat, comme étant le pilier principal pour atteindre les objectifs voulus. Le renforcement des capacités des différents responsables passe par l’organisation de séances de formations périodiques et ciblées sur la gestion des ressources humaines de l’Etat.

La ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative a reconnu, avec ses techniciens, que la formation est incontournable mais à rejeter dans l’immédiat, toute idée de dépenser des sommes colossales pour former un ou deux responsables des ressources humaines à l’extérieur seulement. «Honnêtement je pense que, même ici au Niger, il y a des ressources humaines de qualité qui peuvent valablement vous former surplace», a fait savoir à la ministre Hadizatou Kafougou qui a demandé par ailleurs aux responsables des ressources humaines de l’Etat de privilégier la formation par leurs pairs au sein des ministères et des institutions publiques.

Présent à la rencontre, le Haut-commissaire à la modernisation de l’Etat, M. Amadou Saley Oumarou, s’est réjoui de la création de ce cadre de dialogue avec les responsables de la gestion des ressources humaines de l’Etat, tout en assurant de la disponibilité ici même au Niger, de la documentation adéquate et de ressources humaines qualifiées pour conduire surplace les formations visant le renforcement des capacités des cadres. Il a énuméré les actions menées par le ministère de la Fonction publique, avec l’accompagnement du HCME, pour permettre de vulgariser les principaux textes relatifs à la gestion des ressources humaines de l’Etat au Niger. «En plus de la publication du manuel sur l’employé et sa carrière, la fonction publique a eu à faire l’accueil, il y a 10 ans de cela, des nouveaux fonctionnaires pour leur expliquer le processus qu’ils venaient d’intégrer. L’objectif était que chaque ministère ou institution de l’Etat puisse prendre le relais pour accueillir les nouveaux agents, leur expliquer tout ce qu’ils devraient apprendre pour mieux connaitre l’institution et être productifs», a rappelé M. Amadou Saley Oumarou.

Souleymane Yahaya(onep)