Fruits : Des prix relativement abordables aux premiers jours du Ramadan

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

d-4La communauté musulmane de notre pays observe depuis le 16 mai le jeûne du mois de ramadan. En cette période de grande consommation, certains produits sont très demandés. C’est le cas des fruits. Heureusement, contrairement aux années antérieures, cette année, les prix des fruits sont restés les mêmes à la grande satisfaction des consommateurs. Mais jusqu’à quand durera cette stabilité des prix?
Ce dont on est sûr, c’est de la disponibilité des fruits. Un tour dans les principaux marchés de la capitale permet de s’en convaincre. Les étals et autres vendeurs ambulants dans les quartiers et les rues viennent appuyer ce constat. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les prix sont relativement abordables. D’après Chaibou, un vendeur ambulant rencontré dans les alentours du Petit marché, le kilo de la papaye est à 750 FCFA. Chaibou vend en détail principalement de l’ananas, de la pastèque et de la papaye. Il dit s’approvisionner au marché de Katako où il achète le kilo de la papaye à 600F auprès des grossistes. Ce fruit provient principalement du Burkina Faso, l’ananas vient du Bénin et la pastèque provient du Nigeria. Le kilo d’ananas est aussi à 750 F en détail et 600 F chez les grossistes. Quant à la pastèque, Chaibou dit acheter le tas de 10 à 8000 F chez les grossistes. Il revend l’unité à 1000 F.
Adamou Boubacar est un autre vendeur rencontré toujours dans les environs du Petit marché assis à côté de son pousse-pousse bien rempli. Il vend du raisin, de la banane, des pommes et diverses variétés d’oranges. D’après lui, le raisin provient de trois pays : le Maroc, le Ghana et le Togo. Le kilo est vendu en gros 3000 F et à 35000 F en détail. Quant à la banane, elle provient de la Côte d’ivoire et du Ghana. « Nous achetons le carton de 17 kg à 10500F et on revend par kilo à 750F/KG », explique-t-il. Pour ce qui est des oranges, Adamou Boubacar explique qu’il y a diverses variétés. Ainsi, le kilo de l’orange marocaine qu’il achète à 900 F en gros est vendu à 1250F en détail. Il y a aussi le « Tenjalo » qui provient de Gaya. « J’achète le prix en gros à 450F et je le revends à 500F ». Quant à l’orange du Nigeria, « j’achète le sac à 30.000F et je revends le kg à 500F », dit-il.
Il y a aussi les mangues locales, celles du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire. Elles ont presque le même prix. « Je prends le carton à 25.000F et je revends le kg à 500F », confie-t-il. Quant à la pomme, elle provient du Maroc et de l’Afrique du Sud. Le carton est à 25.000 F tandis que le kg est vendu à 1500F. Pour ce qui est du melon, essentiellement produit à Niamey, Adamou Boubacar dit en acheter le carton de 6000F à 9000F, voire jusqu’à 20.000F au marché de Djemadjé. Il en revend le kg à 1500F. « Nous n’avons pas de problème avec le marché mais juste avec la chaleur qui fait pourrir nos fruits », dit-il.
Aichatou Boureima (Stagiaire)