M. Saïd Djellab, ministre algérien du Commerce : «J’invite les hommes d’affaires nigériens et algériens à créer un environnement propice à des fortes relations commerciales entre nos deux pays»

Invite de sahel dimanche
Spread the love

Sharing is caring!

inviteDu 26 avril au 2 mai dernier s’est officiellement tenue une exposition spécifique des produits de la République Démocratique et Populaire d’Algérie dans les locaux du palais du 29 juillet de Niamey. L’inauguration de cet évènement a été présidée par le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini. Au total, ils sont une cinquantaine d’entreprises algériennes issues de plusieurs secteurs d’activités, publiques et privées. Dans l’entretien qui suit, le ministre du Commerce algérien, M. Saïd Djellab, nous parle des objectifs visés à travers l’organisation de ce salon et des objectifs attendus.

Le ministère du Commerce de la République Démocratique et Populaire d’Algérie organise une exposition spécifique de produits algériens à Niamey : pourquoi cette exposition et quels sont les objectifs visés à travers cet évènement commercial ?

Tout d’abord, je vais vous dire que je suis venu au Niger, le premier pays constituant ma première sortie à l’étranger depuis ma nomination récemment à la tête du ministère du Commerce. Je conduis une délégation d’une cinquantaine d’entreprises algériennes. Nous sommes venus exposer nos produits industriels agricoles afin de permettre le contact entre les opérateurs économiques nigériens et algériens. J’ai eu l’honneur d’inaugurer le salon avec le Premier ministre SE. Brigi Rafini. Il faut le dire, lors de ma rencontre avec le Premier ministre à son cabinet, nous avons échangé sur le renforcement politique de nos relations commerciales entre nos deux pays. Notre défi est de savoir comment renforcer et diversifier et promouvoir nos échanges commerciaux entre les deux pays frères et voisins.
Cette exposition vise à faire connaitre aux opérateurs économiques nigériens les produits algériens, les capacités de production dans les différents secteurs comme l’agroalimentaire et d’autres secteurs dans leurs multiples facettes.

Quels sont les différents produits exposés au niveau de ce salon ?

A part les différents secteurs dont j’ai évoqué un peu plus haut, il y a également le secteur électroménager, le secteur de la céramique de construction, le secteur du textile, le secteur cosmétique, les produits pharmaceutiques, les pièces détachées, etc. Nous allons montrer aux opérateurs économiques nigériens qu’il y a possibilité de promouvoir les échanges entre les deux pays et nouer des partenariats durables. Nous avons une société d’exposition qui s’occupe des échantillons des produits. Ma participation à cette mission est de montrer aux autorités nigériennes que l’historique algérien exprime une ferme volonté pour renforcer cette relation commerciale entre nos deux pays.

Par comment les marchandises ont été acheminées à Niamey ainsi que la prise en charge des stands ?

La société d’exposition du ministère du Commerce a pris cet aspect en charge. Pour revenir au plan organisationnel, nous avons prévu après cette exposition le conseil d’affaire algéro-nigérien qui constitue un espace ou la locomotive des échanges commerciaux. Ce sont des hommes d’affaires qui vont se rencontrer pour répertorier les opportunités qu’il faut exploiter à travers des contrats. Le conseil d’affaire peut également énumérer tous les obstacles qui freinent nos échanges qui actuellement sont très faibles. Donc, nous allons travailler pour les fortifier. Nous pensons à travers ce mécanisme que nous pouvons régler les obstacles que rencontrent nos opérateurs économiques.

Monsieur le ministre, quelle place occupe le secteur commercial dans votre pays ?

Actuellement, nous sommes dans une énorme phase de diversification industrielle. Depuis 1999, le Président de la République, SE Abdelaziz Bouteflika, a commencé à développer toutes les infrastructures commerciales et la logistique afin de préparer le terrain aux opérateurs économiques. Après un quinquennat de travail dans ce domaine, aujourd’hui, l’Algérie dispose d’une autoroute Est-Ouest, d’une route transsaharienne d’Alger jusqu’à la frontière du Niger. Il reste 200 km pour rentrer à l’intérieur du Niger.
L’Algérie va bientôt disposer d’un grand centre  »Alhamdaniya » à Alger qui sera la plate-forme de tous les échanges au niveau mondial vers l’Afrique. On peut dire que ça sera la porte vers l’Afrique. Il y a tout un travail d’investissement qui a été fait durant le mandat de SE. Abdelaziz Bouteflika. Nous avons également amélioré le code des investissements et plusieurs réformes dans les climats des affaires. Aujourd’hui, le secteur privé représente 80% des PIB. Il y a une diversification très variée de notre industrie et de notre agriculture qui se développe. Nous voulons que l’Algérie n’aille plus dépendre en moyen terme des hydrocarbures. Il faut que cette diversification soit soutenue par les échanges commerciaux.
Notre politique commerciale africaine est perçue pour renforcer les relations bilatérales avec les pays voisins. Vous savez bien, nous sommes signataires de l’accord sur le libre échange continental africain ; donc, nous sommes déjà dans une vision d’intégration africaine et le Niger est l’un des pays voisins, d’où la nécessité de notre première sortie au Niger. Donc, le commerce occupe une place principale dans la vie socioéconomique de notre pays.

Quelles sont vos attentes à l’issue de cette exposition spécifique de produits algériens à Niamey?

J’attends de ce salon qu’il ait beaucoup de contacts entre les deux opérateurs économiques et que chacun connaitra ses produits et les opportunités qui peuvent s’offrir. Juste après cette exposition, nous organiserons le conseil d’affaires pour le rendre opérationnel. Donc, j’invite les hommes d’affaires nigériens et algériens à créer un environnement propice à des fortes relations commerciales entre nos deux pays. Parce que les indicateurs économiques sont favorables pour la réussite de nos initiatives. Ensuite, au mois de septembre ou novembre prochain, nous organiserons un salon qui va montrer le succès des relations algéro-nigériennes. Je peux dire qu’il y a une dynamique à partir de cette exposition. Je terminerai en exprimant mes sentiments de gratitude aux autorités nigériennes et les opérateurs économiques pour leur disponibilité dans l’organisation de cette foire.

onep