Journée mondiale de lutte contre l’hépatite : La Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou initie une caravane de  sensibilisation, de dépistage et de traitement du fléau

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Après le lancement de la journée mondiale de lutte contre l’hépatite le 28 juillet dernier, à l’auditorium Sani Bako, de Niamey sous l’égide du ministre de la Santé publique, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a initié dans ce sens une caravane de sensibilisation jusqu’au jeudi 02 août, dans tous les communes de la villes de Niamey et ses environs pour sensibiliser,

dépister et traiter la population.

Les études récentes au sujet de l’hépatite montrent un taux alarmant de plus de 325 millions de personnes touchées dans le monde. Cette maladie provoque par la suite des incapacités et de nombreux décès, avec environ 1 million de personnes qui meurent chaque année et 2,7% dans l’ensemble des décès enregistrés sont le plus  souvent liés au cancer hépatique ; 57% des cas de cirrhose du foie et 78%  des cas de cancer hépatique primaire résultent d’une infection par le virus de l’Hépatite B ou le virus de l’hépatite C. Il y a aussi le risque d’une large transmission de cette maladie par plusieurs voies comme celle de la mère à l’enfant. C’est dans le  but d’alléger les souffrances liées à  cette

maladie que des multiples dispositions ont été prises par le gouvernement en matière de santé, dont entre autre : la

politique Nationale en matière de sécurité transfusionnelle adoptée en 2014 qui prévoit le dépistage systématique de toutes les poches de sang à l’hépatite B, l’intégration du penta 3  depuis 2008 dans le programme Elargi de vaccination (PEV), la mise en place d’une unité de lutte contre les hépatites virales au Niger logée à l’unité de lutte sectorielle santé contre les IST/VIH/SIDA, l’adoption d’un plan stratégique National de lutte contre les hépatites

virales 2018-2021, la mise en place des unités de prise en charge des hépatites chroniques B et C à l’hôpital National de Niamey.

C’est ainsi que dans le cadre de l’engagement en vue d’éradiquer cette maladie

terrible, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la fondation Guri vie meilleure a initiée une grande caravane de sensibilisation dans toutes les communes de la ville de Niamey et ses entourages du 28 juillet au 02 août placée sous le thème : « Agir contre l’hépatite : sensibiliser, dépister et traiter». Il y a au programme de cette caravane de sensibilisation des grandes conférences à l’intention des professionnels de la santé et des

Etudiants en médecine sur le traitement ; des actions pour faire connaitre aux populations leur état sérologique et les orienter en fonction des résultats, inciter la population à se rendre dans les centres de santé pour se faire vacciner contre l’hépatite. A cette occasion, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a souligné que la prise en charge de cette maladie s’articule sur les modes de prévention les plus efficaces ainsi que la gestion de la maladie. «Pour réussir ce combat face à cette maladie, le concours et l’engagement de tous les acteurs concernés est sollicités», a-t-elle dit.

Intervenant dans le cadre de la sensibilisation, la communicatrice du district sanitaire Niamey II, madame Soumana Salamatou Gaoh a salué une telle initiative qui contribue à l’élimination des hépatites qui affectent les populations les plus vulnérables à savoir les femmes et les jeunes. Cette caravane vient à point nommé car beaucoup de femmes sont victimes de cette maladie. Elle a par la suite appelé la population de la ville de Niamey et ses environs à se faire dépister le plutôt possible, car le dépistage est non seulement gratuit mais aussi suivi d’un traitement. Pour le Dr Idé Zakou, c’est une opportunité pour la population de se faire dépister. Cet acte,  a un double objectif, celui de se préserver en faisant la vaccination, et de faire la consultation. «Préserver son état de santé, c’et s’offrir la vie»,  a-t-il dit.

 

Dalhatou Sahabi Aminou

(stagiaire)