Validation du Plan d’action national pour la promotion d’emplois décents pour les jeunes en milieu rural et l’entreprenariat dans les secteurs agricole et agro-alimentaire : Promouvoir l’emploi des jeunes ruraux

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage M. Albadé Abouba a présidé, hier matin à Niamey, l’ouverture des travaux de l’atelier de validation du Plan d’action national pour la promotion d’emplois décents pour les jeunes en milieu rural et l’entreprenariat dans les secteurs agricole et agro-alimentaire.  Le présent atelier est une initiative de l’Agence du NEPAD qui s’inscrit dans le cadre du programme « Avenir rural » exécuté avec le soutien du Fonds Fiduciaire de Solidarité Africaine. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des membres du gouvernement ; des représentants de la FAO et du NEPAD ainsi que du gouverneur de la région de Niamey. Pendant deux jours, les participants vont enrichir le document qui est soumis à leur appréciation.

 

Le projet ‘’Promotion des emplois décents pour les jeunes en milieu rural et l’entreprenariat dans les secteurs agricole et agro-business’’ est une contribution de l’Agence NEPAD à l’initiative conjointe sur la création d’emplois pour les jeunes en Afrique par l’Union Africaine, la commission Economique pour l’Afrique (CEA), la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Bureau International du Travail (BIT). En ouvrant les travaux de cet atelier, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage M. Albadé Abouba a précisé que le projet  vise à établir une plateforme et à utiliser les moyens limités de façon efficiente pour créer des synergies et des partenariats avec des programmes et activités en cours dans les pays cibles, à savoir le Benin, le Cameroun, le Malawi et le Niger tout en créant les conditions de l’identification et la mobilisation des ressources supplémentaires potentielles par ailleurs.

En outre, depuis son lancement au Niger le 28 mars 2018, à l’issue de la 1ère session du comité national de coordination, le projet s’est appliqué à travailler en étroite collaboration avec les structures de l’Etat dans la promotion des emplois pour les jeunes en milieu rural et l’entreprenariat dans les secteurs agricole et agro-alimentaire. « Dans notre pays où les jeunes ruraux représentent environ 25 % de la population, la création d’opportunités d’emplois constitue un défi social et économique majeur pour lutter contre la pauvreté, l’immigration et l’endoctrinement par les réseaux de la criminalité. Ce projet est un véritable levier qui contribue à l’atteinte des objectifs de développement durable en particulier l’ODD 2 ‘’faim zéro’’ », a relevé le ministre d’Etat. C’est dire que le projet est en parfaite adéquation avec les objectifs du Programme de la renaissance acte II, tels que définis par le Président Issoufou Mahamadou et qui visent à transformer fondamentalement le monde rural, afin qu’il puisse jouer son rôle de nourrir les Nigériens et aussi de demeurer le moteur de la croissance économique et sociale du pays. Dans cette perspective, a dit le ministre Albadé, ce projet renforce le dispositif d’encadrement individuel des jeunes ruraux tout en appuyant leur organisation en groupements, pour une production agricole quantitative et qualitative significative.

Auparavant, la représentante du Secrétaire exécutif du NEPAD, Mme Fati N’ZI Hassane, a fait remarquer qu’en 2015, le NEPAD avait conduit une étude dont les résultats ont montré que d’ici 2030, quelque 440 millions de jeunes africains seront sur les marchés du travail. Ainsi, cette étude est, loin d’être une simple projection, encore moins une estimation mais plutôt un décompte dans la mesure où tous ces 440 millions de jeunes sont nés. Si cette jeunesse est formée, éduquée, et si elle accède à des opportunités économiques, elle constituera une force formidable qui deviendra une locomotive pour le développement du continent. Dans le cas contraire, cette jeunesse est une véritable bombe à retardement qui menace la stabilité sociale, économique et politique de tous les Etats. C’est pourquoi, les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine, réunis en Assemblée Générale à Addis Abeba en janvier 2015, ont adopté l’agenda 2063, qui est à la fois une vision et un plan d’action pour le développement du continent africain. Cet agenda, a précisé Mme Fati N’ZI Hassane est articulée autour de sept (7) aspirations parmi lesquelles on peut citer l’émergence d’une Afrique prospère, dont la croissance est durable et inclusive ; l’accent mis sur le développement basé sur l’humain en particulier sur le potentiel offert par les femmes et les jeunes etc.

Pour sa part, le représentant de la FAO au Niger M. Attaher Maïga a indiqué que dans l’ensemble 15 programmes régionaux et projets nationaux, y compris le projet de promotion de l’emploi décent et de l’entreprenariat pour les jeunes ruraux dans l’agriculture et l’agro-business, ont été mis en œuvre dans 36 pays avec pour objectif d’appuyer les efforts des Etats en vue de l’éradication de la faim et de la réduction de la malnutrition et de la pauvreté. En effet, dans le cadre de l’atteinte du résultat du projet, la FAO a apporté un appui technique aux travaux d’élaboration du Plan national d’action, en étroite collaboration avec la coordination du projet au niveau du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage et les experts du NEPAD. Une approche inclusive et participative ont notamment permis de rencontrer et de recueillir les points de vue des différents acteurs concernés.

 Hassane Daouda(onep)