Coopération : Signature des Accords de financement entre l’Autorité du Bassin du Niger et la Banque Africaine de Développement

Economie
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Le Secrétaire Exécutif de l’Autorité du Bassin du Niger, M. Abderahim Bireme  Hamid et le Représentant de la Banque Africaine de Développement, M. Nouradine Dja Kane, ont procédé, hier matin dans la salle de réunion de l’ABN,  à une signature de l’accord de don du Programme intégré de développement et d’adaptation au changement climatique (PIDACC) dans le Bassin du Niger. Cette signature consacre l’aboutissement d’un long processus de préparation du Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au Changement Climatique (PIDACC) dans le bassin du Niger, mais aussi le déclenchement de la mise en œuvre effective du Plan d’investissement climat (PIC) du Bassin du Niger.

En procédant à la signature de la convention , le  Secrétaire Exécutif de l’Autorité du Bassin du Niger, M. Abderahim Bireme  Hamid a déclaré que c’est après un long chemin parcouru de 2012 à ce jour que la BAD et l’ABN ont ensemble monté l’important et ambitieux programme intitulé « Programme Intégré de Développement et d’Adaptation au changement climatique dans le bassin du Niger (PIDACC/BN) ». Sur ce chemin, a-t-il dit, « nous avons ensemble avec les Etats membres de l’ABN écrit une belle page de l’histoire de nos institutions au profit des populations et des écosystèmes du bassin qui restera gravée dans les revues du Développement Durable. Notre présence dans cette salle est d’une importance capitale pour les populations du Bassin de Niger car il s’agit de procéder à la signature des Accords de don pour le financement du PIDACC/BN ».

Selon M. Abderahim Bireme  Hamid, « le PIDACC/BN permettra d’améliorer les conditions de vie des populations du Bassin du Niger à travers le développement des activités agro-sylvo-pastorales (la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire) et la restauration des écosystèmes dégradés », tout en rassurant les partenaires financiers du PIDACC que l’ABN et ses Etats membres prendront les dispositions idoines pour une mise en œuvre efficace et efficiente du PIDACC/BN à tous les niveaux (régional et national) afin de contribuer à la préservation des écosystèmes du Bassin et à la réduction de la vulnérabilité des populations aux effets néfastes du changement climatique.

Pour sa part, le représentant de la BAD, M. Nouradine Dja Kane a indiqué que la lutte contre les changements climatiques et la gestion durable et équitable des ressources naturelles du fleuve Niger constitue un axe majeur du Plan d’Actions pour le Développement Durable du Bassin du Niger (PADD) et son plan d’investissement climat (PIC, 2016-2024) adoptés par les pays membres de l’ABN. Il a précisé que la Banque Africaine de Développement  a adopté en 2016 son 2ème plan d’action (2016-2020) sur le changement climatique qui appuiera notamment la mise en œuvre des Contributions déterminées au niveau national CDN pour l’atteinte des engagements de l’accord de Paris sur le climat. «C’est pour traduire cette parfaite convergence de vues et nos engagements communs pour la lutte contre le changement climatique que la BAD, l’ABN et ses pays membres ont tout naturellement décidé de cofinancer, avec les contributions du Fonds pour l’Environnement Mondial, du Fonds Vert pour le climat, et de l’Union Européenne, le Programme intégré de développement agricole et d’adaptation au changement climatique dans le Bassin du Niger pour un coût total d’environ 218 millions de dollars dont 14 millions de dollars pour la composante régionale ; la Banque contribuant à hauteur de 77 millions de dollars, soit 36% du coût total du Programme», a-t-il expliqué. Il a ajouté que le PIDACC est le 1er Programme de mise en œuvre du PIC et fait suite au Programme de lutte contre l’ensablement dans le Bassin du Niger (PLCE/BN), cofinancé par la BAD dont il consolidera les acquis. « Ce projet phare est non seulement stratégique et structurant mais il a également une portée régionale, grâce à la gestion durable et au partage des ressources du fleuve Niger qu’il permettra », a-t-il dit. M. Nouradine Dja Kane a souligné que la présente signature de l’accord de financement de la composante régionale du PIDACC représente une étape importante dans l’exécution du Programme. Toutefois, nous voudrions encourager l’ABN et les autres parties prenantes à redoubler d’efforts en vue d’accélérer la mise en œuvre de cet important programme. Nous encourageons en particulier l’ABN à prendre toutes les dispositions nécessaires pour la satisfaction des conditions de premier décaissement et le décaissement rapide des ressources et la mise des activités.

Dans son mot de bienvenue, le Directeur Technique de l’ABN, Dr Abdou Guero a expliqué que le Programme intégré de développement et d’adaptation au changement climatique (PIDACC), premier programme de mise en œuvre du PIC, est structuré en trois composantes  dont  la première composante qui concerne  le Développement de la résilience des écosystèmes et des ressources naturelles. Dans cette composante, 70.000ha de terres dégradées ont été restaurés (CES/DRES) ; 40.000m3 d’ouvrages de traitement de ravins ont été réalisés ; 52 000 ha d’agroforesterie ont été aménagés ; 360 cadres et 360 responsables d’associations professionnelles ont été formés sur la planification et la mise en œuvre des mesures d’adaptation. Pour  la deuxième composante qui a trait au développement de la résilience des populations; 70 infrastructures pastorales ont été réhabilitées/construites ; 72 petits barrages hydro agricoles réhabilités/ construits ; 900.000 producteurs ont été sensibilisés aux techniques d’adaptation au changement climatique ; 200.000 ha de périmètres pastoraux ont été aménagés ; 27.000 producteurs et éleveurs ont été accompagnés à l’utilisation de l’information climatique. Et enfin,  la troisième composante concerne la coordination et la gestion du programme.

 

Yacine Hassane et Youhanatou Abdoulaye

(stagiaire)

 

22/03/19