Conférence de Presse du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante : «Les formalités administratives et techniques préparatoires à l’élaboration du fichier biométrique sont quasiment achevées», annoncent la CENI et l’opérateur technique Gemalto

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Après le lancement du test de recrutement des opérateurs
d’enrôlement, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante
(CENI), Me Issaka Souna, a animé le samedi 25 mai dernier à Niamey une
conférence de presse. Il s’agissait pour le président de la CENI de faire le
point sur l’avancement du processus de la confection du fichier électoral
biométrique. La Conférence de presse s’est déroulée en présence de M. Jean
Michel Douieb, représentant de la Société Gemalto.

Dans son introduction, Me Issaka Souna a donné plus de
précisions sur les audiences foraines, la préparation de l’enrôlement
biométrique et les différents partenariats finalisés ou en cours de l’être. Il
a rappelé que c’est la loi organique 2017-64 du 14 Août 2017 qui a introduit
l’usage d’un fichier électoral biométrique comme outil de sécurisation des
élections. Cette loi, a dit le président de la CENI, « est le fruit d’une
option unanime de la classe politique ». En effet, a-t-il poursuivi, les
systèmes d’identification des électeurs et les méthodologies « doivent être
rentables dans leurs choix et flexibles dans leur mise en œuvre afin de
permettre une inclusion optimale des citoyens éligibles, tout en minimisant
l’éventualité d’enregistrements multiples et frauduleux ».

Ainsi, l’une des premières actions entreprises par la CENI
pour mettre en œuvre le processus de développement de la liste électorale
biométrique est l’organisation des audiences foraines à travers l’ensemble du
pays. Après cinq mois de réalisation, Me Issaka Souna estime que son évaluation
a été concluante, avec des déclarations de 5.107.000 naissances, de 103.100
mariages et de 81.700 décès. C’est pourquoi, a-t-il indiqué, il a été décidé
que ces audiences foraines vont se poursuivre dans les prochains mois et ce jusqu’à
la fin de l’enrôlement biométrique afin « de permettre au plus grand nombre
possible de citoyens d’obtenir leurs pièces d’état civil facilitant un
enregistrement régulier sur le fichier électoral biométrique ».

Pour assurer l’enrôlement biométrique, une phase importante
du processus électoral, la CENI a procédé à un recrutement de personnel dédié
au fichier biométrique. Ainsi, 16 superviseurs régionaux et leurs adjoints, 147
superviseurs communaux, 155 techniciens de maintenance et 651 contrôleurs ont déjà
été sélectionnés. La finalisation du processus de recrutement de 6.510
opérateurs d’enrôlement est en cours sur l’ensemble du pays. Le Président de la
CENI a, en outre, souligné que le processus d’acquisition de la solution
biométrique s’est déroulé conformément au Code des Marchés Publics et des
Engagements Financiers. Et, c’est à l’issue de cette procédure que la Société
Gemalto a été sélectionnée comme titulaire du marché. Au plan purement
opérationnel à ce jour, la CENI et l’opérateur technique Gemalto annoncent que
les formalités administratives et techniques préparatoires à l’élaboration du
fichier biométrique sont quasiment achevées.

De plus, 200 kits d’enrôlement destinés à la formation des
formateurs expédiés par GEMALTO sont en cours de livraison ; les programmes
de  formation  et 
le  déroulé des opérations
techniques sont établis. Le président de la CENI a annoncé la publication très
prochaine d’un chronogramme complet du cycle électoral. Pour l’instant, il
annonce « l’effectivité du démarrage de l’enrôlement des électeurs pour
septembre 2019 et la disponibilité de la liste électorale biométrique et des
cartes d’électeur biométriques pour juillet 2020 ».

Pour ce qui est du financement de ce cycle électoral, Me
Issaka Souna a indiqué  que l’enveloppe
budgétaire dégagée par le gouvernement a permis de couvrir les frais de
sélection de l’opérateur technique et d’assurer l’avance de démarrage de la
solution biométrique à hauteur de 5.925.393.745 FCFA TTC. Dans le cadre du
respect de ses engagements, a-t-il précisé, le Gouvernement « a déjà sécurisé
dans un compte spécial et par anticipation, une somme de 3.346.389.789 FCFA,
destinée au paiement de la deuxième tranche du marché en cours ». En appui aux
efforts de l’Etat, plusieurs dossiers de partenariat avec la communauté
Internationale sont en cours d’exécution ou dans un état d’élaboration très
avancé.

Souleymane Yahaya

27/05/19