1ère édition de la journée de la femme de l’ENAM : La contribution des femmes énarques dans le développement socioéconomique du pays

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

La célébration de la journée de la femme de l’Ecole Nationale de l’Administration (ENA) a eu lieu le 10 juin dernier dans les locaux dudit établissement. Une journée qui vise à valoriser l’image de la femme, le talent et la compétence professionnelle de la femme énarque. C’est la ministre de la Fonction Publique et de la Réforme administrative, Mme Rekiatou Christelle Jackou représentante de la Première Dame Malika Issoufou qui a présidé la cérémonie d’ouverture en présence du ministre Porte Parole du Gouvernement, M. Abdourahamane Zakaria, des épouses de plusieurs personnalités, des responsables des associations féminines et de centaines de filles et de femmes toutes vêtues aux couleurs de cette  école de renommée.

 

Des allocutions riches en enseignement, des témoignages vivants des anciennes élèves, des animations des chants et la remise des prix et des témoignages de satisfaction aux élèves et aux partenaires ont marqué les moments forts de cette cérémonie. L’ambiance était festive et conviviale dans la grande cour de l’école ornée pour la circonstance aux couleurs  de l’ENA.

En lançant les activités de cette 1ère  édition de la journée de la femme énarque, la ministre de la Fonction Publique et de la Reforme  administrative a mis l’accent sur le renforcement des liens de solidarité et surtout de partage entre les anciens et les nouveaux élèves. Pour Mme Rekiatou Christelle Jackou, cette journée offre l’occasion pour montrer à l’opinion publique que la femme énarque occupe une place de choix dans le dispositif institutionnel et administratif de notre pays. « Cette journée donne également plus de visibilité à nos rôles et responsabilités au sein de vos structures respectives afin de servir de modèle et de source d’inspiration  aux élèves de l’ENA et de l’Enseignement en général » a dit la Ministre tout en expliquant que « c’est pourquoi le Président de la République SE Issoufou Mahamadou dans le programme de la Renaissance a pris l’engagement de faire de notre administration  une administration de développement, une administration décomplexée et résolument orientée vers la satisfaction de l’intérêt général. Ce chantier est en cours. Nous devons continuer à y travailler  chacune à partir de là où le devoir l’a appelé ».

Pour la Représentante de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joelle Dehasse invitée d’honneur, cette journée rend hommage à la femme nigérienne. « Les débats et les témoignages  auxquels nous assistons devront nous inspirer et nous rappeler tant les opportunités que les défis qui demeurent pour que la femme nigérienne puisse s’épanouir pleinement et jouer un rôle actif dans la vie économique, sociale et politique du pays ». Elle a rappelé la question combien importante du rôle de la femme et du genre dans le développement qui est primordial pour son institution. D’après elle, la mission de la BM est d’éliminer la pauvreté d’ici 2030 et de promouvoir une prospérité mieux partagée. Certes, a-t-elle reconnu le Niger a accompli des progrès non négligeables  sur le plan  social et économique au cours des dernières décennies, mais ces acquis ont été engloutis par une croissance démographique galopante résultant du taux de fécondité élevé. Le chemin qui mène à l’autonomisation des femmes et des filles est donc celui qui aboutit à un taux de croissance démographique soutenable et à un modèle de croissance économique plus inclusif et par conséquent une réduction du taux de pauvreté. « De meilleures perspectives économiques, une éducation et une santé de meilleure qualité renforceront le pouvoir de décision des femmes. J’ai eu le privilège de lire les compositions soumises au comité du jury par les étudiants de l’ENA qui ont participé au concours associé à cette journée ; j’ai été inspirée mais aussi j’ai été marquée par les hommages rendus aux femmes rurales, qui font un travail héroïque  quotidien dans leurs villages, leurs communautés et leurs foyers au service de leurs voisins et de leurs familles et cela souvent en dépit du nombre limité de services sociaux de base et d’infrastructures » a confié Mme Joelle Dehasse.

Le Directeur General de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), M. Abba Kaka et le Secrétaire General de l’Union des Etudiants de l’établissement, M. Abdoulbeidi Hama ont tour à tour pris la parole pour présenter cette structure académique. L’ENA qui est une école de formation de renommée, un établissement qui a donné et continue à donner à notre pays et à notre administration des cadres valeureux, intègres et compétents. Plusieurs personnalités ont été formées dans cette école à l’exemple de l’actuel Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini.

Des prix (ordinateurs portables) ont été remis aux gagnants du concours littéraires intitulés «  rôle de la femme nigérienne dans le contexte moderne de gestion ». Des témoignages de satisfaction et des tableaux de décoration ont été également remis aux partenaires qui ont soutenu l’organisation de cet événement.

 

 Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)