Séminaire sur les établissements publics administratifs, la gestion de trésorerie et la gestion de la dette : Vers l’élaboration d’un plan d’action permettant de mettre en œuvre le trésor public banquier

Economie
Spread the love

Sharing is caring!

 

La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, organise depuis hier, au Centre Culturel Franco-Nigérien de Niamey, un séminaire sur les établissements publics administratifs (EPA), la gestion de trésorerie et la gestion de la dette. Ce séminaire qui se veut interactif à travers un certain nombre de thématiques inscrites dans son aganda, regroupe des participants issus des établissements publics administratifs du pays. Il a pour objectif d’une part de faire le point des reformes engagées par le Niger dans le cadre des finances publiques  conformément aux directives de l’Union Monétaire Ouest Africaine et d’autre part de recueillir les recommandations des participants dans une perspective visant à élaborer un plan d’action en vue de mettre en œuvre le trésor public banquier.

Pendant trois jours, les participants à ce séminaire auront droit à plusieurs présentations à savoir : le Compte unique du Trésor  (CUT) : principes généraux et mise en œuvre : état d’avancement de la reforme, cas des EPA ; le Compte unique du Tresor et l’accompagnement du changement des initiatives à résultat rapide ; le CUT : quelles avancées réglementaires en lien avec les EPA ?; Le CUT : Quelles avancées techniques ? La mise en œuvre de la bancarisation, le fonctionnement dans le cadre d’un Tresor connecté aux nouveaux systèmes de paiement, la ribisation ; les plans de passation des marchés et les établissements publics ; les contrôles de la dépense des EPA, le rôle des différents acteurs ; le contrôle interne : les grands principes, les travaux accomplis dans le cadre de la formalisation des procédures de l’Agence Comptable Chargée des Dépôts et enfin l’organisation d’ateliers interactifs.

En ouvrant les travaux de ce séminaire, le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, M. Issa Djibo a précisé que la reforme liée au Compte unique du trésor a connu des avancées décisives. Le trésor nigérien est désormais raccordé aux systèmes modernes de paiement que sont STAR et SICA-UEMOA. En outre, une structure spécifique, l’Agence Comptable Chargée des Dépôts, destinée à gérer les comptes de dépôts de fonds des correspondants, a été créée, et la plupart des comptes des entités publiques ouverts dans les banques commerciales, notamment ceux des établissements publics administratifs ont été clôturés. « C’est dire que le Compte unique du trésor n’est pas une finalité en soi, mais, à l’inverse constitue la première pierre d’un édifice complet de reformes visant à rendre le fonctionnement de l’Etat plus efficace », a relevé le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique.

  1. Issa Djibo devait aussi souligner que la concentration des ressources sur un seul et même compte offre ainsi aux décideurs une vision consolidée des finances publiques. Elle permet d’optimiser la gestion de la tresorerie au quotidien, en bénéficiant de toutes les ressources liées aux fonds publics dont le législateur a prévu qu’ils soient dans leur intégralité déposés dans un Compte unique à la Banque Centrale. En outre, l’un des avantages de la concentration des fonds publics au CUT est qu’elle limite le recours à l’emprunt et permet à l’Etat de se financer à moindre cout, dans les meilleures conditions de marché. Par ailleurs, le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique a fait remarquer aux participants que si cette reforme crée une obligation envers les établissements publics, elle oblige également le Trésor public nigérien à plusieurs titres : elle oblige au trésor de proposer des prestations dont la qualité doit se rapprocher le plus possible, puis égaler voire dépasser, celles proposées par le secteur bancaire privé ; à revoir son mode de fonctionnement interne ; et à garantir une totale disponibilité de ressources propres aux établissements publics administratifs.

Auparavant, la représentante de la Délégation de l’Union Européenne au Niger, Mme Pierloz Sandrine a rappelé que les partenaires techniques et financiers accompagnent l’Etat nigérien dans l’internalisation effective des textes transposés. Et c’est dans cette optique, et à la demande du gouvernement, que l’UE a décidé de financer la mise en place du Compte unique du trésor en collaboration avec le fonds monétaire international. « Notre pari, commun à tous, est l’utilisation effective et l’opérationnalité totale du Compte unique du trésor et d’un véritable trésor national banquier», a conclu Mme Pierloz Sandrine.

 

Hassane Daouda(onep)