Table ronde au ministère de la santé publique sur le financement du PSA : 18 millions d’euros à mobiliser pour le développement d’une chaine unique et contrôlée d’approvisionnement en produits de santé

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

C’est une réforme du marché des produits pharmaceutiques qui est envisagée, au Niger, en réponse aux irrégularités dues à la pluralité des circuits d’approvisionnement, à travers le Plan Stratégique d’Approvisionnement (PSA). Vendredi 21 juin dernier, le ministère de la Santé publique a organisé, à Niamey, une table ronde de mobilisation des fonds avec les partenaires techniques et financiers (PTF), pour la mise en œuvre dudit plan qui s’étend sur les cinq prochaines années. La réunion dirigée par le ministre Dr. Idi Illiassou Mainassara a vu la participation des représentants des partenaires clés du secteur, avec à leur tête le chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de la santé, M. Pièrre Charlier, par ailleurs chargé d’Affaires à l’ambassade de Belgique ainsi que ceux des administrations publiques concernées en l’occurrence le ministère du Plan et celui des Finances.

 

A l’ouverture de la table ronde, le ministre de la Santé publique, Dr. Idi Illiassou Mainassara, a rappelé que la disponibilité des produits de santé de qualité et leur accessibilité constituent une préoccupation majeure des autorités sanitaires de notre pays. Ainsi, le Ministère de la Santé publique, en collaboration avec les PTF, a élaboré le Plan stratégique d’approvisionnement (PSA) en produits de santé pour la période 2019-2023. Ce plan cadre parfaitement avec les axes stratégiques du Plan de Développement Sanitaire 2017-2021. Et le processus de son élaboration a associé l’ensemble des acteurs du système de santé (l’Etat, les PTF et les ONG), a-t-il indiqué.

Il s’agit, à travers ce plan stratégique d’assurer à toutes les populations du Niger, où qu’elles se trouvent, l’accès à des médicaments et produits de santé de qualité pour une prise en charge intégrale des problèmes sanitaires qu’elles rencontrent.

« En réponse à l’état des lieux du marché pharmaceutique qui a fait ressortir des insuffisances et des dysfonctionnements assez préoccupants, cela, suppose une disponibilité régulière de médicaments et produits de santé de qualité à tous les niveaux de la pyramide sanitaire, par la mise en place d’une chaine unique d’approvisionnement centrée sur l’ONPPC, coordonnée par la DPH/MT et qui regroupera les diverses parties prenantes », a précisé le ministre de la santé publique. Dr. Idi Illiassou Mainassara d’ajouter que pour l’atteinte de cet objectif, les activités du Plan stratégique consisteront, entre autres au renforcement de la gouvernance et de la coordination du SNA pour garantir la transparence du système ; au renforcement du cadre règlementaire pour la mise en circulation de médicaments et produits de santé conformes dans l’ensemble du SNA ; au renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles et des ressources humaines des structures clés du SNA pour garantir la disponibilité et la traçabilité d’approvisionnement ; et à la pérennisation du financement du SNA en médicaments et produits de santé de qualité.

« Estimé à 18. 018. 654 Euros, sur les cinq ans, le budget de la mise en œuvre du Plan stratégique d’approvisionnement en produits de santé, sera financé par l’Etat et les partenaires du secteur », a dit le ministre. D’où la tenue de cette table ronde organisée par son département ministériel. Il a, à cet effet, réitéré son engagement personnel à tout mettre en œuvre pour une mobilisation accrue des fonds, la mise à disposition du personnel adéquat et de veiller à la mise en œuvre des réformes souhaitées.

Le chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de la santé, M. Pièrre Charlier, par ailleurs chargé d’affaires à l’ambassade de Belgique a salué et encouragé l’initiative dudit plan stratégique. «Nous notons, avec beaucoup de satisfaction que ce plan stratégique s’attaque à tous les obstacles à l’accessibilité de tous les Nigériens aux médicaments et produits de santé de qualité. Et nous vous rassurons que les PTF-Santé seront auprès de vous pour relever les défis », a déclaré le chef de file des partenaires techniques et financiers. M. Pièrre Charlier a, par la suite, souligné tout l’intérêt de cette réforme avant de recommander au Ministère un processus unique de planification et de budgétisation pour la mise en œuvre du plan de développement sanitaire (PDS).

Rappelons que pour le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre du plan, il est prévu un certain nombre d’indicateurs pour lesquels le Ministère de la Santé publique et ses partenaires devront veiller à ce que les données soient régulièrement collectées, afin qu’elles puissent annuellement faire l’objet d’une analyse avec le reste des reformes menées.

 

Mahamane Chékaré Ismaël