Le Chef de l’Etat procède à la cérémonie de pose de la première pierre du Complexe minier de Madaouela : Un investissement d’environ 72,5 milliards de FCFA

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou a procédé hier matin à Arlit à la pose de la première pierre de la Compagnie minière de Madaouela (COMIMA), filiale du groupe canadien GOVIEX. Selon le PCA de GOVIEX, la mine de Madawela qui sera mise en exploitation dans deux (2) ans sera la plus grande réserve uranifère du monde. C’est un investissement de 145 millions de dollars (soit environ 72,5 milliards de FCFA) qui sera fait a annoncé pour sa part, le ministre des Mines et cela dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

 

La population d’Arlit a réservé un accueil digne de ce nom au Président Issoufou, un homme qu’elle connaît assez bien pour l’avoir côtoyé durant des années alors qu’il était Directeur d’exploitation à la SOMAÎR. Le Chef de l’Etat qui était un haut cadre avait occupé d’importants postes de responsabilité au niveau du ministère des Mines et avait partagé à un certain moment de l’histoire (soit de 1986 à 1991), la vie avec les populations de la cité minière d’Arlit, cadres et ouvriers ainsi qu’avec les nomades de ces vastes pleines désertiques du sud de l’Aîr. En effet, c’est à Arlit d’ailleurs qu’a débuté ouvertement la carrière politique du président Issoufou Mahamadou comme il l’a annoncé lui-même dans une interview qu’il a accordée sur place.

Il faut noter que le Chef de l’Etat est accompagné,au cours de ce déplacement à Arlit, par le président de l’Assemblée nationale, SE. OusseiniTinni, du Haut représentant du Président de la République, M. SeiniOumarou,de plusieurs membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique ainsi que des responsables des sociétés minières.Le président de la République a mis à profit cette occasion pour visiter une partie de la route transsaharienne dont le chantier traverse quelques difficultés dans l’exécution des travaux. Dans une interview qu’il a accordée sur place, le Chef de l’Etat est revenue sur la question minière et le développement des infrastructures routières dans la région d’Agadez.

 

«Je fonde l’espoir que l’injustice dont est victime l’uranium prenne fin un jour. En effet, l’uranium a été toujours victime d’une faiblesse des prix »

 

« Je suis toujours saisi par une certaine émotion chaque fois que je reviens à Arlit. Arlit où j’ai vécu 5 ans durant de 1986 à 1991. Arlit, ville à partir de laquelle j’ai débuté mon action politique ouverte. Et c’est pour cela que j’adore cette ville qui a été créée grâce à l’industrie de l’uranium et qui vit grâce à l’industrie de l’uranium. Je souhaite longue vie à la ville d’Arlit et cela passe par le développement et l’expansion de l’industrie de l’uranium autour d’Arlit. C’est pour cela que je me réjouis aujourd’hui de la pose de la première pierre du complexe minier de Madawela qui va être opérationnel, en principe, dans deux ans. Je fonde l’espoir que l’industrie de l’uranium va continuer à se développer autour d’Arlitet dans la région d’Agadez en général. Je fonde l’espoir que l’injustice dont est victime l’uranium prenne fin un jour. En effet, l’uranium a été toujours victime d’une faiblesse des prix ; une injustice qui fait que son prix ne correspond pas à son pouvoir calorifique. Normalement, le prix de l’uranium devrait permettre de rendre le prix du kilowatt heure nucléaire égal à celui du kwh de la source d’énergie la moins chère. Ce n’est pas le cas malheureusement. Du point de vue de son pouvoir calorifique, l’uranium est sous payé. Et malheureusement le marché de l’uranium a connu très peu d’années boom. De 1970 à aujourd’hui, soit une cinquantaine d’années, on a connu à peine 10 ans de bons prix pour l’uranium sur les 50 ans. C’est dire qu’on a connu 40 ans de dépression. Je fonde l’espoir que cela prenne fin et que de plus en plus, les gens vont s’orienter vers l’énergie nucléaire qui est une énergie propre, qui permet de sauvegarder l’environnement. C’est important pour Arlit, c’est important pour la région d’Agadez que nous nous activons à désenclaver. Aujourd’hui, nous avons, en cours de réalisation ou en prévision, 1300 km de route que nous allons réaliser pour désenclaver cette région. Je dis ça, parce que c’est important pour les populations de la région d’Agadez.  Nous avons déjà le tronçon Arlit – Assamaka (250 km)  qui est en cours d’exécution. Bientôt va démarrer le tronçon Agadez-Arlit. Déjà du côté de Zinder, nous avons commencé le tronçon Zinder –Tanout et nous sommes sur le point d’obtenir le financement du tronçon Tanout Téguidit ; ce qui permettra de bitumer totalement le tronçon Agadez- Zinder. Du côté de Tahoua, nous avons le tronçon Agadez –Embranchement Ingall qui est en cours ; nous avons le financement pour le tronçon Embranchement Ingall–Tamaya et nous avons également le financement du tronçon Tamaya – Tahoua. Donc, il y’a des belles perspectives pour la région d’Agadez non seulement sur le plan minier, mais  également sur le plan du développement des infrastructures routières ».

 

Siradji Sanda,

d’après Abdoulaye

Harouna

(ONEP/Agadez)