Tabaski : Les revendeurs des ustensiles et autres accessoires se frottent les mains

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

La fête de Tabaski, communément appelée fête du mouton, est une occasion pour plusieurs jeunes nigériens d’entreprendre des petits commerces de circonstance.  Ils sont nombreux les jeunes qui s’improvisent en revendeurs de tout genre notamment des ustensiles de cuisine. Cette activité permet à beaucoup d’entre eux de réaliser des bons chiffres d’affaires.

En cette veille de la fête, tous les marchés et plusieurs artères de la ville sont inondés de ce petit commerce. Les revendeurs s’approvisionnent à partir de Katako ou du Grand marché. Certains étalent leurs articles au niveau des endroits stratégiques de la ville, tandis que d’autres  (les revendeurs ambulants ) choisissent de circuler à travers la ville.

C’est le cas de M. Ousseini Soja Kéléssi qui, depuis plus de quatre ans, exerce le commerce d’accessoires liés à la grillade des moutons et à la cuisson et de la viande. Agé d’une quarantaine d’années, Ousseini prend son quartier général derrière la maternité Gawaye, à la Rive Droite où il étale ses articles. Il s’agit de bois de chauffe et de broches pour la grillade du mouton, divers ustensiles nécessaires dans la préparation de la viande. « J’exerce cette activité depuis plus de 4 ans. Chaque année c’est ici que j’expose mes produits. C’est sur la voie principale et c’est un endroit accessible à tout le monde. Dieu merci, j’ai un nombre important des clients surtout de la rive droite. Il y’a des

personnes qui m’appellent pour livraison à domicile. Donc vraiment Alhamdoulillahi », dit-il, tout en se réjouissant fortement de ce qu’il gagne dans cette activité.

Rien ne manque chez Ousseini, couteaux, coupe-coupe, haches, tenailles, pinces, fils de fer, broches, bois de chauffe et de grillade, grosses casseroles, limes, nattes, et autres. « Pour les bois je m’approvisionne dans les villages sur la route de Kollo et de Say. Mais pour les autres nous achetons ça au grand marché et à Katako. J’ai des ustensiles locux, chinois et indiens pour toutes les bourses», a

indiqué M. Ousseini. Ainsi, les couteaux localement fabriqués sont vendus à 300f l’unité et le chinois à 500f l’unité. Les coupe-coupe sont à 750 et 800 l’unité. Les nattes à 750 f et le rouleau de fils de fer à 600 f. Quant à la grosse casserole elle se vend chez Ouseini à 3000 f la locale et 4500 la marque indienne. Les broches sont à 150 et 200 f l’unité.

Certes, l’ambiance n’est pas forte en ce jeudi 8 Aout 2019, mais, selon lui, Ousseini, c’est la veille de la fête souvent à la nuit tombée ou même le jour de la fête de retour de la grande prière que les gens font la queue pour se procurer de ces objets. Il a indiqué que chaque année, avant de plier bagages, il remet l’endroit à son état propre.

 

Ali Maman  (onep)