Moringa : Commerce et usage d’une plante en passe de devenir l’or vert du Niger

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

Le moringa communément appelé windu bundu en Zarma, zogala ou el makka en Houssa fait partie de l’un des aliments les plus consommés par la population Niaméenne, à la maison et lors des cérémonies notamment les mariages, les baptêmes, les réceptions. Aujourd’hui, sur les différents marchés et dans les quartiers, beaucoup de femmes exercent en gros et en détail le petit commerce de moringa pour avoir des revenus afin de subvenir à leurs besoins quotidiens. Au niveau des marchés de gros, le moringa en sac se négocie à un prix allant de 7500 FCFA le sac de 50 kg et  9000F à 10000 FCFA le sac de 100 kg.

Il suffit de faire un tour dans les différents  marchés pour voir comment les clients se bousculent devant les vendeuses de cette denrée qui occupe de plus en plus une place de choix dans l’alimentation des habitants de Niamey. Aujourd’hui, elles sont nombreuses ces braves femmes qui pratiquent ce petit commerce au marché Dollé qui  constitue l’un des plus grands marchés  qui ravitaillent la population de Niamey en moringa. Chaque matin aux environs de 6 H du matin ce marché est déjà inondé par des clients venus de tous les horizons de la capitale qui attendent les déchargements des camions de moringa afin de se procurer de ce précieux aliment. En effet, parmi les clients rencontrés dans ce marché, il y a ceux qui sont venus acheter le moringa pour leur propre consommation ou pour des cérémonies et  d’autres pour le revendre en gros et en détail sur d’autres marchés et quartiers de Niamey. Mme Amadou Ramatou, une commerçante grossiste nous explique qu’elle peut écouler jusqu’à 20 sacs dans ce marché. «  Je me ravitaille dans un village de la commune de Torodi à un prix abordable et je le revends ici à Niamey en gros et souvent en demi gros ou même en détail. «Avant j’arrive à écouler plus de 40 sacs mais aujourd’hui c’est pas du tout facile à cause de la loi de l’offre et de la demande ».

De son côté, Kadidja Boubacar une autre commerçante de moringa nous explique qu’elle se ravitaille auprès les jardiniers de la Rive droite à Niamey. « Depuis que j’ai commencé cette activité, il y a de cela 10 ans je n’ai jamais eu un quelconque problème avec mes clients ; c’est en majorité des femmes qui sont toujours satisfaites de la qualité du moringa que je leur vends» a-t-elle indiqué.

  1. Ibrahim, un autre vendeur rencontré au marché Djamadjé, quant à lui précise qu’il vend deux variétés de moringa notamment le moringa qui lui provient de Doutchi et celui acheté auprès des jardiniers de la Rive droite «Le sac de 100kg de moringa qui lui parvient de Doutchi est vendu à 9000F CFA voire 10000F ; le sac de 50 kg de moringa qu’il achète à harobanda est cédé à  5000F CFA à 6000F ; le sac de 25kg est vendu à 1500F » a déclaré M. Ibrahim. Il  ajoute que ces prix sont à débattre avec ses clients car des fois je diminue ou augmente les prix ; déjà il y a trois jours de cela le prix du moringa a connu une hausse dans les différents marchés dû à la rareté de ce produit au niveau des vendeurs grossistes».

Selon Mme Nafissa une vendeuse en détail habitante du quartier Boukoki, chaque matin elle se lève très tôt pour se rendre au marché afin de se procurer un à deux sacs qu’elle ramène à la maison pour bien préparer le moringa qu’elle revend cuit en détail à un prix accessible à tout le monde. Le prix de vente en détail va de 75F CFA à plus la portion. « Par jour si le marché est favorable,  j’arrive à vendre un sac et aussi gagner un bénéfice de 4000F CFA».

 

Par Yacine Hassane