TICAD 7 à Yokohama (Japon) : Le Président Issoufou Mahamadou a présidé le vendredi 30 août dernier, une  importante réunion sur le thème : «  le renforcement de la paix et de la stabilité»

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’Etat SE.  Issoufou Mahamadou a participé activement, du mercredi 28 au vendredi 30 août 2019 à Yokohama, au Japon, à la 7ème Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 7). Peu avant la clôture de cette rencontre, le Chef de l’Etat a présidé les travaux de la Plénière 5, dont le thème était « le renforcement de la paix et de la stabilité. »

 

Les Chefs d’Etat africains ou leurs représentants, les responsables japonais ainsi que ceux des Organisations Internationales, ont pris la parole lors de cette importante rencontre, évoquant ainsi diverses questions relatives à ce thème. On peut citer entre autres, le renforcement de la démocratie, l’amélioration de la gouvernance, la  lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l’extrémisme ; les problèmes de réfugiés; la prévention, la médiation et la résolution des conflits ; les questions de développement et la nouvelle approche proposée par le Japon en matière de paix et de stabilité en Afrique.

S’adressant aux participants à cette rencontre, SEM Issoufou Mahamadou a rappelé que l’Agenda 2063 à travers le premier plan décennal 2013-2023, se fixe, entre autres objectifs, de faire taire les armes en 2020. « Tout laisse croire qu’il sera difficile d’atteindre cet objectif, car aux conflits classiques, s’ajoutent d’autres foyers de tension d’un genre nouveau comme la piraterie maritime sur les côtes du continent,  le terrorisme au Sahel et dans le bassin du Lac Tchad, en Libye, en Somalie, les bandits armés, les preneurs d’otages et les trafiquants de tous genres », estime le Président de la République. « Ces conflits, s’ils ne sont pas résolus à temps, peuvent compromettre les perspectives de développement économique et social, qui s’offrent au continent », a-t-il ajouté.

Face à toutes ces menaces, le Président Issoufou Mahamadou affirme que « premièrement, nous devons admettre que la sécurité est un bien public mondial et à ce titre, elle est l’affaire de tous les Etats». « La sécurité est le domaine par excellence où le multilatéralisme peut agir à condition de repenser profondément les missions des Nations Unies », a-t-il ajouté, invitant « tous les partenaires de la TICAD à soutenir une telle approche. »

Deuxièmement, il est important de se pencher sur les causes profondes de la détérioration de la situation sécuritaire en Afrique notamment dans le bassin du Lac Tchad et dans le Sahel, a dit SEM Issoufou Mahamadou. Parmi ces causes profondes, le Chef de l’Etat a cité l’extrême pauvreté et l’ignorance. « La lutte contre le terrorisme et le crime organisé, militaire à court terme, passe par le développement économique et social à moyen et long terme », a-t-il expliqué. « Il est donc heureux que la TICAD 7 ait décidé de travailler sur trois piliers : accélérer la transformation économique et améliorer l’environnement des affaires à travers l’innovation et l’implication du secteur privé ; bâtir une société durable ; renforcer la paix et la sécurité », s’est réjoui le Président de la République.

« Pour renforcer la paix et la sécurité, nous soutenons les solutions envisagées dans le plan d’action de Yokohama », a-t-il affirmé. Pour assurer et sauvegarder la paix et la sécurité notamment au Sahel et dans le bassin du Lac Tchad, le Président de la République préconise, en premier lieu, « le  règlement urgent de la question libyenne qui passe par la restauration de l’Etat en Libye ». Il faut ensuite mettre nécessairement en œuvre les  programmes de développement des zones fragiles en vue de lutter contre la pauvreté et l’ignorance, a-t-il poursuivi.

Troisièmement, SEM Issoufou Mahamadou suggère « la nécessité de coordination en matière de lutte contre le terrorisme au niveau des Etats concernés et la coopération de la communauté internationale. ». Enfin, la lutte contre l’extrémisme et le radicalisme religieux.

Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, souligné « l’importance du chantier de la coopération Japon-Afrique dans divers domaines » et a réaffirmé « notre grand intérêt et notre foi dans le partenariat spécial qui unit le Japon à l’Afrique. »

A l’issue de la Plénière 5, le Chef de l’Etat et plusieurs de ses pairs africains ont participé à une rencontre sur les activités de GAVI, l’Alliance du Vaccin. Le Président Issoufou Mahamadou a saisi cette occasion pour remercier GAVI pour le soutien apporté au Niger. GAVI est le principal bailleur de la vaccination au Niger, un des principaux partenaires de santé dans notre pays avec des investissements importants, de près de 100 milliards de FCFA, a-t-il indiqué. Ce soutien de GAVI a permis au Niger d’avoir un taux de couverture vaccinale de plus de 90 pour cent, de financer des vaccins nouveaux et des chaines logistiques qui peuvent permettre d’atteindre chaque enfant partout sur le territoire national, a-t-il expliqué.

Evoquant les « résultats extraordinaires » obtenus grâce à l’Alliance du Vaccin, le Chef de l’Etat a dit que le nombre de cas de rougeole a passé de 60.000 en 2004 à 1500 cas aujourd’hui. « Grâce à GAVI, nous avons éliminé le tétanos néo natal et maternel, le poliovirus sauvage et nous avons augmenté le nombre de vaccins disponibles pour la vaccination de routine (de 7 à 14 vaccins) », a poursuivi le Chef de l’Etat.

Toutes ces actions ont contribué à la réduction de la  mortalité des femmes et surtout des enfants, s’est-il réjoui. « Les femmes du Niger, les enfants du Niger peuvent témoigner de l’efficacité des interventions de GAVI au Niger. Ils souhaitent que GAVI continue  ses activités, et continue  également à rendre accessible et disponible les vaccins », a insisté le Président de la République. « Les enfants et les femmes du Niger veulent que les autres partenaires techniques développent des vaccins contre certaines maladies infectieuses et non transmissibles », a-t-il dit. « Ils veulent que tous les acteurs se mobilisent pour la reconstitution des fonds pour la vaccination pour la période 2021-2025, une période au cours de laquelle GAVI a des programmes  ambitieux de vaccination », a-t-il ajouté. « Bravo GAVI, Bravo. Et je demande à GAVI de poursuivre ses actions en faveurs des femmes et des jeunes enfants du Niger.

Le Chef de l’Etat était accompagné dans ce déplacement de la Première Dame Dr. Lalla Malika  Issoufou, du  Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et  des Nigériens à l’Extérieur M. Kalla  Ankouraou, du Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou, du Ministre de la Santé Publique Dr. Idi Illiassou Mainassara et du Directeur de Cabinet Adjoint en Second du Président de la République M. Mahamane Sani Mahamadou.

 

Abdourahmane Alilou AP/PRN