L’inquiétude persiste à Saga

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

 

Depuis vendredi dernier, les populations du quartier populaire de Saga sont sur le qui-vive. En effet, suite aux importantes précipitations enregistrées, plusieurs  habitations et des rizières ont été inondées. Issaka Moumouni, âgé de 59 ans, né et vivant à Saga Goungou témoigne : « De mémoire, c’est la 2ème fois que je vois un tel phénomène. C’est le vendredi passé, en pleine nuit que nous avons été surpris et réveillés par des cris des voisins, qui ont été envahis par l’eau du fleuve, qui a quitté son lit et a englouti les rizières, les caniveaux, les rues et les maisons ».

 

Par chance, selon lui, il n’y a pas eu de victimes humaines, cependant beaucoup de maisons se sont effondrées et des champs de riz perdus. « Grâce au soutien de la mairie, nous avons pu limiter le dégâts en renforçant les digues avec des sacs remplis de latérite, des cailloux. La mairie nous donne aussi de l’essence pour alimenter les moteurs qui nous permettent d’évacuer l’eau hors du quartier», ajoute Moumouni.

Quant à Djibrilla Alfari, Chef de quartier de Saga Goungo, il a indiqué que cela fait 4 jours que les habitants dudit quartier ne dorment pas, veillent, et surveillent, de jour comme de nuit, le fleuve. «Il parait que c’est les importantes précipitations, enregistrée au niveau de la Sirba, des autres affluents et même au-delà, vers le Mali, qui sont venues remplir le fleuve, et qui l’ont fait déborder de son lit. Voilà ce qui a causé les inondations au niveau de plusieurs quartiers de Niamey», a précisé Djibrilla Alfari. Selon lui, même si le décompte n’est pas encore fini, il y a plus de cent maisons touchées et près de 50 rizières détruites par ces inondations, en trois jours. «Certes, le ministre en charge de la gestion des Catastrophes et le Président-Délégué Spécial de la ville de Niamey, nous ont rendus visites, ils nous ont promis de l’assistance. Nous avons en effet reçus des appuis pour renforcer les digues. Mais nous souhaiterions que cet appui continue car nous restons toujours inquiets. Surtout que d’autres précipitations sont annoncées dans les jours à venir » dit-il. A l’endroit des populations, le Chef du quartier appelle à la vigilance et à la prudence.

Venu soutenir moralement son collègue et les populations du quartier sinistré, le Chef de quartier Kalley Nord-Abidjan, Mahamoudou Hassane, accompagné des Chefs des quartiers Banifandou I et Kalley-Est, compatit : « Nous avons vu à la télévision ce  qui s’est passé dans plusieurs quartiers du bord du fleuve, notamment à Saga, alors, nous sommes venus pour apporter notre compassion et notre soutien non seulement aux populations sinistrées mais aussi à notre collègue, Djibrilla Alfari». Mahamoudou Hassane et ses collègues ne cachent pas leur tristesse suite à ce désastre naturel, mais ils se félicitent qu’il n’ait pas eu de victime humaine. «Certes les autorités ont fait de leur mieux, en venant promptement au secours de ces populations mais nous leur lançons cet appel, pour qu’elles continuent à venir en aide aux sinistrés qui ont tout perdu. D’abord pour permettre de stopper l’afflux de l’eau dans les quartiers et dans les maisons mais aussi permettre aux ménages affectés de subvenir aux besoins essentiels quotidiens», suggère M. Hassane.

 

Mahamadou Diallo(onep)