Chine/ Conférence de presse sur l’Aide Publique au Développement (APD) : Des appuis considérables pour des pays partenaires

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Depuis plusieurs décennies, l’Afrique demeure un partenaire privilégié de la Chine. L’aide publique au développement de la Chine comprend les contributions diverses, les prêts sans intérêts et les prêts concessionnels du Gouvernement central à travers le Ministre du Commerce, le Ministère des Affaires Etrangères et celui des Finances. Elle est

destinée à faciliter le développement économique, social et culturel des pays destinataires. Les relations entre ce pays et le continent africain est au beau fixe, comme en atteste la conférence de presse animée, mardi dernier, devant un groupe de journalistes nigériens en mission  en Chine par la Chercheuse, et représentante du Ministère du Commerce, Mme Song Weî.

«La Chine est un vaste pays recelant les plus grandes richesses au monde. Son partenariat avec les autres pays a permis d’agir dans les secteurs indispensables notamment la santé, l’éducation, les infrastructures, les activités économiques… Elle permet aussi de lutter contre le réchauffement climatique et de répondre efficacement aux crises humanitaires sui secouent certains pays »  a dit en introduction Mme Song Wei avant de préciser que son pays est assez avancé avec des petits villages et la Chine comme beaucoup d’autres pays  disposent des écoles  qui se situent en plein milieu avec des élèves qui prennent cours en plein air.

La Chine selon elle «n’est pas un pays développé, nous avons beaucoup de problèmes à résoudre contrairement aux Etats Unis». Elle a rappelé l’évolution de la Chine, notamment l’aide publique au développement. Selon elle «  l’appui de la Chine envers l’Afrique est un appui gagnant-gagnant, car ce pays ne demande aucun privilège, n’exige aucune faveur pour aider, c’est l’un de nos principes  et cela nous différencie des autres.  Il y’ a des pays qui n’aident pas si les pays bénéficiaires ne répondent pas à leurs besoins au niveau surtout des régimes. Nous nous croyons aux capacités de ces pays à mener bien leurs objectifs et à bien se développer »

Parlant de l’évolution des aides de son pays à l’endroit de plusieurs pays, elle a fait savoir qu’en 2000, un vent nouveau a soufflé, une nouvelle ère a fait son entrée dans le monde, et la Chine est entrée dans les grandes phases des sommets, de dialogue et de coopération avec les pays sous développés. Elle a brièvement évoqué des politiques basiques de ces aides notamment sur le principe des pays bénéficiaires  à travers également la construction des infrastructures routières, le renforcement des capacités des techniciens des pays. Tout en fondant espoir qu’aucun pays ne soit dépendant de la Chine pour son développement. « Nous nous basons sur le développement  commun et le bénéfice mutuel. Nous ne ferons jamais ce qui est au-delà de nos capacités, car nous avons nos propres problèmes à résoudre. Et c’est pour cela que nous avions mis en place ‘’ chaque pays un programme’’ on ne fait jamais plusieurs programmes pour plusieurs pays. Nous mettons toujours en avant le rythme de développement et l’innovation », a t- elle soutenu.

Elle a toutefois confié que les aides financières de la Chine envers  les pays africains ont augmenté,  les énumérant en trois (3) points, il y’a les prêts sans intérêt, qui consiste à faire des donations sans remboursement pour que les pays bénéficiaires puissent l’utiliser dans les programmes et projets de coopération et surtout au renforcement de capacités.  Ils sont généralement destinés aux pays pour développer les moyens de substance. A côté de ces genres de prêts, nous avons les prêts concessionnels avec un taux d’intérêt de 2%, un taux très bas au niveau international. Ils sont surtout utilisés pour entreprendre des projets d’infrastructures de grande envergure avec des impacts socio-économiques.

‘’  Des projets clés en main’’

Depuis plusieurs années la Chine se situe parmi les pays les plus actifs en ce qui concerne l’aide au développement. Pour Mme Song la Chine consacre toutes ces aides dans le cadre de la coopération sud-sud, « Et en croire certains médias nos projets sont appelés des projets clés en main. Nous construisons des infrastructures de grande envergure sans mettre à contribution l’expertise locale ou former les techniciens pour qu’ils puissent prendre la relève en cas de dysfonctionnement. Nous faisons le travail entièrement et livrons les joyaux avec des clés en main. Nous avons compris cela, et nous essayons de corriger, dorénavant  nous nous sommes orientés vers des projets qui impliquent bien les chinois que les locaux, car avant avec ces projets dits projets clés en main, C’est pour cela depuis un certain temps nous proposons des services techniques pour aider les bénéficiaires à mieux s’approprier la chose » a-t-elle fait savoir.

Avec la coopération sud-sud la Chine fournit également des matériaux, des moyens de substances, des équipements. En ce qui concerne les infrastructures, elles constituent une partie importante de l’aide extérieure, des infrastructures indispensables notamment des routes, des aéroports nécessaires au développement des pays destinataires.

Elle a donné l’exemple du domaine agricole où la Chine dispose de techniques agricoles et artisanales assez considérables pour aider les populations africaines à avoir des bons rendements en production. Le pays forme les paysans en technique de productions agricoles, de formations intensives pour renforcer les capacités des ressources humaines. Dans ce cadre, l’aide agricole concerne principalement les centres techniques, la promotion des terres agricoles, la promotion de certaines variétés, les réservations d’eau, le transfert de technologie, les techniques d’irrigation….

Dans le secteur éducatif, Mme Song, a indiqué que la Chine a entrepris un certain nombre de formation aux cadres  et aux étudiants des pays suite à des demandes. Déjà en 1953, la Chine a accueilli les premiers étudiants pour une formation. Et en 1981, elle a commencé à travailler avec les organismes internationaux en formant les cadres dans plusieurs secteurs. Si on prend l’exemple en 2012 des centaines de millions de stagiaires ont bénéficié d’une formation. La construction des écoles, la formation des enseignants  pour mieux développer les programmes scolaires. 120 pays ont envoyé leurs étudiants  dans ce cadre  avec la prise en compte de l’égalité des sexes  dans les écoles.

Dans le secteur de la santé la chine envoie des équipes médicales dans plusieurs pays notamment en cas de catastrophes naturelles.  Dans les cas d’urgence, elle apporte également une assistance technique. Et, souvent même avec l’expertise des traitements  traditionnels.

On note, a dit Mme Song, à ce jour 270 millions de patients ont été traités dans 54 pays bénéficiaires. Ces médecins qui partent en mission médicale à l’étranger sont payés au même titre que les chinois locaux, ils ne gagnent pas plus que les locaux. De 2002 à 2012, 15.000 volontaires issus de 60 pays ont été formés pour assurer les soins de santé aux populations africaines. La Chine fournit également des médicaments et des équipements considérables pour le bien-être des populations.

Dans le domaine de l’énergie, la Chine déploie d’importants efforts par la construction des centrales hydro électriques, des énergies renouvelables, des énergies traditionnelles  pour faire face aux changements climatiques.

 

 

Aîssa Abdoulaye Alfary Envoyée Spéciale(onep)