Rencontre d’échanges entre la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou et une délégation de l’Organisation Mondiale de la Santé : La lutte contre le paludisme au menu de la rencontre

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure, championne de la lutte contre le Paludisme, s’est entretenue hier avec une délégation du programme de prévention, de diagnostic et de traitement du Paludisme de l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette délégation conduite par Dr. Andrea Bosman, coordonnateur dudit programme, est venue échanger et discuter avec la présidente de la Fondation Guri Vie meilleure  sur une nouvelle initiative appelée ‘’ d’une charge élevée à un fort impact ‘’.  Cette initiative novatrice est portée par l’OMS et le Partenariat pour en finir avec le paludisme.

A l’issue de cette rencontre d’échanges, le coordonnateur du programme de prévention, de diagnostic et de traitement du paludisme de l’Organisation Mondiale de la Santé a précisé que cette initiative cible dix (10) pays en Afrique, plus l’Inde, qui ont plus de paludisme. Selon Dr. Andrea Bosman, ces pays sont responsables d’environ 70% des cas de paludisme dans le monde. Le Niger fait malheureusement partie de ces dix (10) pays africains. ‘’ Nous avons lancé  cette semaine la nouvelle initiative au Niger. A travers cette initiative, on se focalise sur quatre piliers essentiels, à savoir une meilleure volonté politique engagée sur la lutte contre le paludisme ; une meilleure utilisation des informations stratégiques ;  une orientation centrée sur les besoins du pays et enfin une meilleure coordination entre les partenaires. Cette initiative a été lancée par le Premier ministre, Chef du gouvernement, en présence d’une représentante de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure, marraine de lutte contre le paludisme au Niger’’, a relevé Dr. Andrea Bosman.

Au cours de cette rencontre d’échange, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a marqué son accord par rapport à cette initiative qui s’inscrit dans la droite ligne des actions menées par la Fondation Guri Vie meilleure dont elle est la présidente. La lutte contre le paludisme doit mettre l’accent sur la réduction de la mortalité des enfants. De ce fait, les financements et les plaidoyers relatifs doivent être dirigés vers les priorités et les besoins majeurs du Niger.  ‘’ C’est ce principe que la Première Dame Aissata Issoufou, championne de la lutte contre le paludisme, nous a dit de ne jamais perdre de vue. Ce principe, elle l’a toujours défendu lors des forums nationaux et internationaux’’, a conclu Dr. Andrea Bosman. Il faut noter que cette rencontre d’échange s’est déroulée en présence de la coordonnatrice de lutte contre le paludisme au Niger.

 

Hassane Daouda (onep)