Clôture de la 3ème session ordinaire du Parlement Panafricain, à Johannesburg (en Afrique du Sud) : « L’heure aujourd’hui est à la poursuite du travail engagé et à la prééminence des intérêts des peuples africains » déclare le Président du Parlement panafricain, M. Roger Nkodo Dang

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

Le Parlement Panafricain (PAP) a clos, le 17 octobre 2019, les travaux de sa 3ème session ordinaire de la 5ème législature, à Midrand, dans la banlieue de Johannesburg, en Afrique du Sud. A cette occasion, le président du PAP, l’Honorable Roger Nkodo Dang a prononcé une allocution dans laquelle il est revenu sur les travaux effectués tout en dégageant les perspectives qui s’offrent au parlement.

 

De prime abord, le président du PAP a indiqué que « cette session a été celle de la vérité. « Notre institution a subi plusieurs tentatives de déstabilisation ; tantôt par la calomnie, tantôt par le mensonge. Nous rendons grâce à Dieu, la vérité a fini par éclater aux yeux de tous. Nous avons tenu à la totale transparence du processus de vérité, et de restitution des faits ». Il a ajouté que, face à l’ambition et à la fourberie, il poursuivra son chemin, car convaincu qu’il est seul à même de mener à bien la réforme et la transition.

Le président sortant du Parlement a rappelé que « le PAP est l’Assemblée des Peuples d’Afrique, le débat contradictoire y est une richesse ; je viens là rappeler notre détermination à réformer structurellement cette Institution afin qu’elle occupe toute la place qui est la sienne sur la scène continentale. Les bruits de bottes se sont tus. L’heure aujourd’hui est à la poursuite du travail engagé et à la prééminence des intérêts des Peuples africains qui nous ont portés à Auguste Assemblée ».

Roger Nkodo Dang a également indiqué que « tout au long de cette année 2019, le cheminement de notre réflexion sur la thématique de l’année nous a conduits à constater que l’Afrique, tout en étant un espace très touché par ce « mal » universel ; demeure celui où les valeurs de partage et d’hospitalité priment toujours sur la crainte de l’étranger ». Il a poursuivi en mettant en exergue le fait que « l’Afrique demeure un des derniers havres d’hospitalité dans le monde et de solidarité entre les peuples : la servir est un honneur que nous partageons, et qui nous pousse chaque jour à nous surpasser et à donner le meilleur de nous-mêmes. Forts de cette expérience acquise, et déterminés à poursuivre notre marche en avant et à améliorer substantiellement le rendement de notre institution, nous allons continuer à ouvrir de nouveaux chantiers dans la mise en place des jalons d’un Parlement Panafricain digne de nos peuples, et de notre idée de l’Afrique ».

En guise de conclusion et de matière à réflexions pour tous les parlementaires présents à cette session, le Président du parlement panafricain à dit que « mes réalisations d’aujourd’hui sont le fruit de votre engagement, de votre enthousiasme. Celles à venir seront celui de la persévérance et du travail acharné au service de notre leitmotiv : Une Afrique ! Une Voix ! Servir l’Afrique nous honore et nous pousse à ne jamais tomber dans le piège de l’autocongratulation : le PAP poursuivra son plaidoyer au service de l’Afrique des Peuples, et renforcera sa machine institutionnelle afin d’éviter les erreurs passées et les errements que notre administration a connue».

Il faut noter que la 12ème Conférence sur les droits des Femmes s’est ténue en marge de cette session du 14 au 15 octobre au siège du parlement panafricain. Toutes parlementaires membres du PAP, dont notre compatriote Amina Abdou Souna, ont participé à ces assises.

Le Niger était représenté à cette session par une délégation parlementaire composée des Honorables Ibrahim Hassane, chef de délégation, Amina Abdou Souna, Assane Marou dit Koubou, Ousmane Kouré Jackou et Mahamane Laouali Boukari Hassane.

 

Garé Amadou, AP/AN